Aller au contenu principal
Font Size

[Marchés] Le blé tendre résiste face au Covid-19, mais jusqu'à quand ?

Au début de la crise, les cours du blé étaient encore portés par les achats des pays importateurs et le temps sec en mer Noire. Mais le coronavirus pourrait affaiblir la demande européenne et mondiale.

Les cours du blé tendre ont tenu bon jusqu'ici, mais la crise du Covid-19 pourrait rogner la demande animale et industrielle, face à une récolte mondiale qui s'annonce abondante. © G. Omnès
Les cours du blé tendre ont tenu bon jusqu'ici, mais la crise du Covid-19 pourrait rogner la demande animale et industrielle, face à une récolte mondiale qui s'annonce abondante.
© G. Omnès

Un trou d’air vite surmonté. Le prix du blé tendre a dévissé en février à la suite du pétrole, atteignant 170 euros/tonne à Rouen le 16 mars. Un rebond lui permettait alors de repasser au-dessus des 190 euros/tonne dès la semaine suivante. La crise du Covid-19 serait-elle positive pour la céréale ? Pas si simple. Les pays importateurs ont été très actifs aux achats ce printemps afin de sécuriser leurs stocks, à l’instar de l’Afrique du Nord (menacée de surcroît de piètres récoltes). Ces importations qui se poursuivent plus tard que d'habitude, notamment au Maroc et en Egypte, peuvent en partie être mises sur le compte de craintes liées au coronavirus. Cela devrait d’ailleurs conduire la France à un nouveau sommet pour les exportations vers pays tiers, prévues à plus de 13 millions de tonnes (Mt).

« Nous assistons à des appels d'offres supplémentaires par rapport à ce qui était attendu, notamment de la part de l'Egypte », soulignait le 15 avril Marc Zribi, chef de l'unité grains et sucre de FranceAgriMer. De quoi soutenir les prix, même si la fermeté est aussi alimentée par des stocks attendus bas chez les grands exportateurs et à la sécheresse qui menace les rendements de la mer Noire et d'une partie de l'Europe.

La demande humaine et animale en risque

Les effets du coronavirus sont toutefois incertains pour les mois à venir. En maintenant les cours du pétrole (et donc de l’éthanol) extrêmement bas, la crise exerce une forte pression sur le maïs. Or, celui-ci est un concurrent direct du blé dans l’alimentation animale. Le taux d’incorporation du blé dans les rations va donc fléchir si sa prime face au maïs demeure élevée. En outre, la consommation de viande pourrait pâtir du Covid-19, à l’unisson avec le pouvoir d’achat, ce qui se répercutera sur les besoins en céréales des animaux. En Europe, même la consommation humaine devrait accuser le coup.

En France, on constate certes une explosion des ventes de farine en sachets provoquée par le confinement. Ce créneau de niche est toutefois loin de compenser l’effondrement de la boulangerie, qui pèse près de deux tiers des débouchés de la farine tricolore. La baisse d’activité en mars est estimée entre 40 et 60 % pour la boulangerie artisanale, la boulangerie industrielle étant encore plus touchée. Dans son bilan publié en avril, FranceAgriMer a ainsi revu en baisse de 200 000 tonnes la prévision de consommation de blé par la meunerie française, à 3,7 Mt. Un phénomène qui pourrait s’appliquer à toute l’Europe, dans des proportions variables, et qui s’ajoute à la minoration de l’utilisation de blé pour l’éthanol.

Dans les prochains mois, le coronavirus risque donc d’exercer une influence baissière sur le blé, quoique moindre qu’en maïs. Et il ne faut pas oublier l’influence de la météo. Elle peut déjouer les pronostics concernant l’offre mondiale, encore annoncée à un niveau élevé. Les grains ne sont pas encore dans les bennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures