Aller au contenu principal

[Marchés] Le blé tendre résiste face au Covid-19, mais jusqu'à quand ?

Au début de la crise, les cours du blé étaient encore portés par les achats des pays importateurs et le temps sec en mer Noire. Mais le coronavirus pourrait affaiblir la demande européenne et mondiale.

Les cours du blé tendre ont tenu bon jusqu'ici, mais la crise du Covid-19 pourrait rogner la demande animale et industrielle, face à une récolte mondiale qui s'annonce abondante. © G. Omnès
Les cours du blé tendre ont tenu bon jusqu'ici, mais la crise du Covid-19 pourrait rogner la demande animale et industrielle, face à une récolte mondiale qui s'annonce abondante.
© G. Omnès

Un trou d’air vite surmonté. Le prix du blé tendre a dévissé en février à la suite du pétrole, atteignant 170 euros/tonne à Rouen le 16 mars. Un rebond lui permettait alors de repasser au-dessus des 190 euros/tonne dès la semaine suivante. La crise du Covid-19 serait-elle positive pour la céréale ? Pas si simple. Les pays importateurs ont été très actifs aux achats ce printemps afin de sécuriser leurs stocks, à l’instar de l’Afrique du Nord (menacée de surcroît de piètres récoltes). Ces importations qui se poursuivent plus tard que d'habitude, notamment au Maroc et en Egypte, peuvent en partie être mises sur le compte de craintes liées au coronavirus. Cela devrait d’ailleurs conduire la France à un nouveau sommet pour les exportations vers pays tiers, prévues à plus de 13 millions de tonnes (Mt).

« Nous assistons à des appels d'offres supplémentaires par rapport à ce qui était attendu, notamment de la part de l'Egypte », soulignait le 15 avril Marc Zribi, chef de l'unité grains et sucre de FranceAgriMer. De quoi soutenir les prix, même si la fermeté est aussi alimentée par des stocks attendus bas chez les grands exportateurs et à la sécheresse qui menace les rendements de la mer Noire et d'une partie de l'Europe.

La demande humaine et animale en risque

Les effets du coronavirus sont toutefois incertains pour les mois à venir. En maintenant les cours du pétrole (et donc de l’éthanol) extrêmement bas, la crise exerce une forte pression sur le maïs. Or, celui-ci est un concurrent direct du blé dans l’alimentation animale. Le taux d’incorporation du blé dans les rations va donc fléchir si sa prime face au maïs demeure élevée. En outre, la consommation de viande pourrait pâtir du Covid-19, à l’unisson avec le pouvoir d’achat, ce qui se répercutera sur les besoins en céréales des animaux. En Europe, même la consommation humaine devrait accuser le coup.

En France, on constate certes une explosion des ventes de farine en sachets provoquée par le confinement. Ce créneau de niche est toutefois loin de compenser l’effondrement de la boulangerie, qui pèse près de deux tiers des débouchés de la farine tricolore. La baisse d’activité en mars est estimée entre 40 et 60 % pour la boulangerie artisanale, la boulangerie industrielle étant encore plus touchée. Dans son bilan publié en avril, FranceAgriMer a ainsi revu en baisse de 200 000 tonnes la prévision de consommation de blé par la meunerie française, à 3,7 Mt. Un phénomène qui pourrait s’appliquer à toute l’Europe, dans des proportions variables, et qui s’ajoute à la minoration de l’utilisation de blé pour l’éthanol.

Dans les prochains mois, le coronavirus risque donc d’exercer une influence baissière sur le blé, quoique moindre qu’en maïs. Et il ne faut pas oublier l’influence de la météo. Elle peut déjouer les pronostics concernant l’offre mondiale, encore annoncée à un niveau élevé. Les grains ne sont pas encore dans les bennes.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures