Aller au contenu principal

Betteraves : 5000 hectares désherbés avec un herbicide pollué seront détruits 

Plus de 270 planteurs devront détruire des parcelles de betterave ayant été désherbées avec des lots de l'herbicide Marquis contenant des molécules non homologuées.

La destruction des parcelles de betteraves concernées pourra être réalisée de façon uniquement mécanique, ou en combinant le passage d'outils avec un désherbage chimique.
La destruction des parcelles de betteraves concernées pourra être réalisée de façon uniquement mécanique, ou en combinant le passage d'outils avec un désherbage chimique.
© J.-C. Gutner

Environ 5000 hectares de betteraves, impliquant plus de 270 agriculteurs, vont devoir être détruits en France. C’est la conséquence de la présence accidentelle de matières actives non homologuées dans deux lots de l’herbicide Marquis (métamitrone) commercialisé par Adama.

Le ministère de l’Agriculture a tranché : il demande la destruction des parcelles traitées avec les lots incriminés, situées essentiellement en Champagne. Les planteurs ayant à mettre en œuvre cette mesure seront contactés officiellement par l’administration.

Dans une note l’ITB souligne qu'une intervention précoce est à favoriser, afin d'en optimiser l'efficacité. L’institut technique explique que les producteurs concernés peuvent opter pour une destruction uniquement mécanique. Dans ce cas, l’ITB recommande d’effectuer un effeuillage suivi de la destruction avec un outil animé, puis plusieurs passages successifs (espacés de 8 à 10 jours) avec un outil à disques. La pratique d’un labour est ensuite recommandée. L'institut souligne toutefois que "des interventions strictement mécaniques pourraient engendrer un effet dépressif sur la culture suivante".

Plusieurs herbicides disponibles pour les conjuguer à une action mécanique

Il est également possible de combiner une destruction chimique puis mécanique. Plusieurs herbicides peuvent être utilisés (voir tableau ci-dessous). Le glyphosate ne peut pas être utilisé si un labour a été effectué avant la culture de betterave (sauf labours d’été ou de début d’automne en sols hydromorphes). Une fois que l’effet de l’herbicide est visible (15 jours minimum conseillés), l’ITB préconise une destruction mécanique, de préférence avec un outil animé. La destruction peut être complétée avec plusieurs passages d’outil à disques, et finalisée avec un labour.

 

 
Dans le cadre d'une destruction combinée chimique puis mécanique, plusieurs produits peuvent être utilisés. © ITB

 

Les représentants des planteurs sont actuellement en discussion avec Adama pour déterminer le dédommagement des agriculteurs touchés.  En juin, des problèmes de sélectivité sur betteraves avaient été signalés pour des produits commercialisés par Adama.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures