Aller au contenu principal

Betteraves : un robot pour s’affranchir du désherbage chimique sans perdre en rentabilité

Le groupe Deleplanque développe un robot qui désherbe mécaniquement les betteraves. Objectif : obtenir une solution plus rentable que les herbicides, avec une commercialisation annoncée pour 2023.

Bluebob distingue les betteraves des adventices, ce qui permet un binage entre les rangs, mais aussi sur le rang. © Charles Baudart
Bluebob distingue les betteraves des adventices, ce qui permet un binage entre les rangs, mais aussi sur le rang.
© Charles Baudart

Un robot pour désherber les betteraves ? L’idée est développée très sérieusement par les équipes du groupe Deleplanque. Via sa filiale Strube, le semencier développe un prototype de robot pour désherber mécaniquement les betteraves en plein champ, en s’appuyant sur les acquis du robot de phénotypage, déjà opérationnel dans les essais variétaux du groupe. « Nous ne choisissons pas d’aller vers des variétés résistantes aux herbicides mais d’aller vers le désherbage mécanique. Nous mettons le développement durable au cœur de notre activité », a justifié Eric Verjux, président du groupe Deleplanque, lors d’une présentation le 23 septembre dernier à Ableiges (95).

Ce projet, baptisé Bluebob, est développé avec le constructeur Naïo technologies et l’institut de recherche belge Fraunhofer. Parmi les objectifs des chercheurs : travailler à une vitesse suffisante pour être plus rentable que les passages d’herbicides, dont ils entendent s’affranchir totalement. « On croit pouvoir concilier haute productivité agricole et respect de l’environnement », confie Antje Wolff, responsable innovation du centre de recherche Strube. Le binage effectué par Bluebob présente en outre des avantages insolites : aération du sol, meilleure disponibilité des nutriments, fin des stress phyto sur les betteraves et des arrêts de croissance induits.

Un débit de chantier d’un demi hectare par heure

Un prototype du robot existe déjà : équipé de couteaux de désherbage, il couvre 6 rangs et travaille à la vitesse de 2,4 km/h, ce qui lui permet de désherber un demi hectare par heure, soit 12 ha par jour. « Le gros challenge, c’est le binage entre les rangs et surtout sur le rang », précise Antje Wolff. Les défis technologiques restent importants : « L’écartement entre les betteraves sucrières est très variable et pour être capable de biner sur le rang, il faut distinguer les adventices des betteraves sucrières. » Bardé de caméras multispectrales et flanqué d’algorithmes, le robot doit déterminer la position des plantes et décider en temps réel quelles sont les plantes à préserver et les plantes à détruire. Un objectif que les chercheurs entendent atteindre d’ici à trois ans. Le début de la commercialisation est annoncé pour 2023.

Surveillance humaine obligatoire

« Il est fort probable que ces outils évoluent encore fortement en intégrant par exemple un système électrique à la place de l’hydraulique », précisait Bruno De Wulf, en charge du projet chez Strube. Un nouveau prototype sortira dès l’an prochain. La réglementation française évoluera-t-elle au même rythme ? Car aujourd’hui, l’utilisation de ce type d’engin n’est autorisée que sous surveillance humaine permanente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour
Les restrictions d’usage du glyphosate annoncées par l’Anses concernent toutes les productions agricoles mais impactent peu les…
Aides PAC / Grandes cultures : versements anticipés sur les comptes courants dès le 16 octobre
70 % des aides Pac viennent d’être versées sur les comptes des exploitations de grandes cultures. Un ratio majoré cette année. En…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
Thierry Gaillard, Michaël Bonnevie et Emmanuel Vigier font partie du groupe de huit agriculteurs qui portent à bout de bras un projet de méthaniseur dans le Cher. L'introduction des Cive dans la rotation sera un atout pour sortir des impasses techniques actuelles. © G. Omnès
Énergies renouvelables : un projet de méthanisation pour pérenniser des fermes en zone intermédiaire
Huit agriculteurs du Cher se sont lancés dans un projet de méthanisation afin de sécuriser l’avenir de leurs fermes à la…
En plus d'être une bonne candidate pour la méthanisation et de résister aux aléas climatiques, la silphie produit des fleurs jaunes attractives pour les abeilles. © C. Gloria
La silphie, une culture fourragère offrant de nombreux atouts pour la méthanisation
Dans les plantes alimentant les méthaniseurs, je demande… la silphie. Cette espèce originaire d’Amérique du Nord commence à être…
récolte de colza
Colza : l'inquiétante chute des surfaces se poursuit en 2020
Insectes hors de contrôle, sécheresse au semis… le colza est confronté à des conditions hostiles qui mettent à mal son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures