Aller au contenu principal

Simulations économiques
Avec la nouvelle PAC, la marche sera haute en 2015 pour les céréaliers

Une surprime sur les premiers hectares engendrerait une chute brutale des aides en une année. Alors que la convergence a un effet plus progressif.

Avant de négocier avec les professionnels agricoles les modalités de mise en œuvre de la PAC à partir de 2015, le ministère de l’Agriculture a publié des simulations afin d’évaluer ses effets sur les aides pour les différentes catégories d’exploitations, notamment d’élevage. Parmi les quatre scénarios testés, l’un prévoit une convergence minimum à 60 % sans surprime aux 52 premiers hectares, et un autre une convergence à 100 % avec surprime.


Dans le scénario avec 60 % de convergence, l’ensemble des exploitations de grandes cultures voient leurs aides directes dimi- nuer de 6 % au profit de l’élevage, avec relativement peu d’écart quelle que soit la surface des exploitations. C’est le secteur ovins et caprins qui est le plus avantagé (+ 29 %), suivi du secteur bovins viande herbagers (+ 13 %) et bovins lait herbe et mixte (+ 3 %). En revanche, le secteur bovins lait intensif avec maïs est particulièrement pénalisé (- 15 %) et dans une moindre mesure les exploitations de polyculture élevage (- 3 %).


Dans le scénario prévoyant une convergence de 100 % et une surprime aux 52 premiers hectares, les effets sont amplifiés pour les grandes cultures. Les aides baissent de 14 % en moyenne. Logiquement, plus la surface des exploitations augmente, plus celles-ci sont pénalisées : - 3 % entre 50 et 100 hectares, -17 % de 100 à 200 hectares et - 25 % au-dessus de 200 hectares. En élevage, le classement des secteurs avantagés et désavantagés reste identique, mais en exacerbant les écarts : de + 47 % en ovins caprins à - 18 % en bovins lait mixte. En revanche, l’effet escompté d’amélioration des aides pour les petites et moyennes exploitations de moins de 100 hectares est bien atteint, y compris en grandes cultures et en polyculture élevage. Seul le secteur bovins lait maïs échappe à cette règle.


Du côté des syndicats, si la Confédération paysanne applaudit des deux mains en soutenant la surprime, la Coordination rurale considère que l’on se trompe de débat, la priorité étant la défense des prix, et la FNSEA se montre peu enthousiaste pour ce dispositif. Xavier Beulin, qui doit jouer un numéro d’équilibriste pour faire la synthèse entre ses différentes fédéra- tions spécialisées, a proposé à Stéphane le Foll de retenir le scénario avec 60 % de convergence sans surprime. Quant à l’AGPB, elle affiche sa volonté de minimiser le plus possible la surprime aux premiers hectares, quitte à aller vers une convergence à 100 %.


L'AGPB a effectué ses propres simulations sur des cas concrets d’exploitations en zone à haut potentiel, avec un DPU élevé, et en zone intermédiaire avec un DPU moindre, avec les mêmes hypothèses que le ministère (voir graphiques). Celles-ci montrent que les pertes d’aides peuvent aller jusqu’à 44 % en 2019. Mais surtout que le dispositif de surprime aux premiers hectares engendre une chute brutale de soutien dès 2015, contrairement à la convergence qui conduit à une dimi- nution progressive des aides permettant aux exploitants agricoles de s’adapter. Pour autant, difficile d’imaginer que Stéphane Le Foll renoncera à ce dispositif qu’il a défendu si ardemment à Bruxelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures