Aller au contenu principal

Simulations économiques
Avec la nouvelle PAC, la marche sera haute en 2015 pour les céréaliers

Une surprime sur les premiers hectares engendrerait une chute brutale des aides en une année. Alors que la convergence a un effet plus progressif.

Avant de négocier avec les professionnels agricoles les modalités de mise en œuvre de la PAC à partir de 2015, le ministère de l’Agriculture a publié des simulations afin d’évaluer ses effets sur les aides pour les différentes catégories d’exploitations, notamment d’élevage. Parmi les quatre scénarios testés, l’un prévoit une convergence minimum à 60 % sans surprime aux 52 premiers hectares, et un autre une convergence à 100 % avec surprime.


Dans le scénario avec 60 % de convergence, l’ensemble des exploitations de grandes cultures voient leurs aides directes dimi- nuer de 6 % au profit de l’élevage, avec relativement peu d’écart quelle que soit la surface des exploitations. C’est le secteur ovins et caprins qui est le plus avantagé (+ 29 %), suivi du secteur bovins viande herbagers (+ 13 %) et bovins lait herbe et mixte (+ 3 %). En revanche, le secteur bovins lait intensif avec maïs est particulièrement pénalisé (- 15 %) et dans une moindre mesure les exploitations de polyculture élevage (- 3 %).


Dans le scénario prévoyant une convergence de 100 % et une surprime aux 52 premiers hectares, les effets sont amplifiés pour les grandes cultures. Les aides baissent de 14 % en moyenne. Logiquement, plus la surface des exploitations augmente, plus celles-ci sont pénalisées : - 3 % entre 50 et 100 hectares, -17 % de 100 à 200 hectares et - 25 % au-dessus de 200 hectares. En élevage, le classement des secteurs avantagés et désavantagés reste identique, mais en exacerbant les écarts : de + 47 % en ovins caprins à - 18 % en bovins lait mixte. En revanche, l’effet escompté d’amélioration des aides pour les petites et moyennes exploitations de moins de 100 hectares est bien atteint, y compris en grandes cultures et en polyculture élevage. Seul le secteur bovins lait maïs échappe à cette règle.


Du côté des syndicats, si la Confédération paysanne applaudit des deux mains en soutenant la surprime, la Coordination rurale considère que l’on se trompe de débat, la priorité étant la défense des prix, et la FNSEA se montre peu enthousiaste pour ce dispositif. Xavier Beulin, qui doit jouer un numéro d’équilibriste pour faire la synthèse entre ses différentes fédéra- tions spécialisées, a proposé à Stéphane le Foll de retenir le scénario avec 60 % de convergence sans surprime. Quant à l’AGPB, elle affiche sa volonté de minimiser le plus possible la surprime aux premiers hectares, quitte à aller vers une convergence à 100 %.


L'AGPB a effectué ses propres simulations sur des cas concrets d’exploitations en zone à haut potentiel, avec un DPU élevé, et en zone intermédiaire avec un DPU moindre, avec les mêmes hypothèses que le ministère (voir graphiques). Celles-ci montrent que les pertes d’aides peuvent aller jusqu’à 44 % en 2019. Mais surtout que le dispositif de surprime aux premiers hectares engendre une chute brutale de soutien dès 2015, contrairement à la convergence qui conduit à une dimi- nution progressive des aides permettant aux exploitants agricoles de s’adapter. Pour autant, difficile d’imaginer que Stéphane Le Foll renoncera à ce dispositif qu’il a défendu si ardemment à Bruxelles.

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
« la confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doivent orienter les actions publiques vers une meilleure protection des populations », affirment les experts de l'Inserm. © V. Marmuse
Pesticides et santé : nouvelle « confirmation de présomptions fortes de liens » avec certaines maladies (Inserm)
L’expertise réactualisée de l’Inserm « confirme la présomption forte d’un lien entre l’exposition aux pesticides et six…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures