Aller au contenu principal

[Auxiliaire] Reconnaître les micro-guêpes parasites des coléoptères du colza

Attaqué par divers ravageurs comme les charançons, altises et méligèthes, le colza peut compter sur un cortège de micro-hyménoptères capables de les parasiter, comme ceux du genre Tersilochus.

Description des micro-hyménoptères parasites

Elles ne font que quelques millimètres de long et présentent le plus souvent des teintes sombres. Les micro-guêpes (micro-hyménoptères) parasites se comptent par centaines d’espèces dans la nature en France, dont une douzaine rencontrée régulièrement sur colza. Grâce à leur ovipositeur ressemblant à un long dard, les femelles parasitent les ravageurs de cette culture, comme les coléoptères, en pondant dans leurs larves ou dans leurs œufs à travers les tissus végétaux.

Il existe plusieurs genres de micro-hyménoptères dont un important, Tersilochus, qui comprend des espèces s’attaquant aussi bien au charançon de la tige, à la grosse altise du colza et au méligèthe. L’espèce Tersilochus heterocerus émerge au début du printemps à la faveur de températures douces, au moment où le colza présente des boutons floraux. Cette émergence peut se traduire par de petits nuages de dizaines d’insectes semblables à des moucherons autour des inflorescences de colza. Ces micro-guêpes vont alors parasiter les larves de méligèthes.

Larve d'altise parasitée. Le taux de parasitisme des altises peut approcher les 50 %. © R. Rouzes

Comment préserver les micro-guêpes parasitoïdes

Agronomie : Le non-travail du sol est favorable au développement des micro-guêpes du genre Tersilochus. Un travail du sol superficiel et surtout un labour avec retournement de la terre empêcheront les insectes d’émerger de leurs cocons ou détruiront ces derniers.

Parcellaire : La taille des parcelles a son importance dans l’impact des auxiliaires, qui entrent à partir des bords de la parcelle. Un champ trop grand (plusieurs dizaines d’hectares) ne pourra pas bénéficier des services de ces insectes dans sa totalité. Les haies avec une bordure végétalisée, les éléments boisés et les bandes enherbées (intraparcellaires, en bord de chemin et de cours d’eau…) sont bénéfiques aux auxiliaires et à leur action sur les ravageurs.

Lire aussi - Auxiliaires : à la recherche de la recette efficace pour réduire la pression des ravageurs

En y privilégiant les fleurs présentes naturellement, ces habitats semi-naturels servent de refuges à ces insectes et de source de nourriture. La diversification des cultures dans la rotation est favorable également. L’adoption de la protection intégrée des cultures, combinant des moyens alternatifs à la lutte chimique, favorise l’action des auxiliaires et aide à maintenir la population des ravageurs à un niveau sans impact économique sur la culture.

Lire aussi : Environnement/PAC : des jachères SIE pour une biodiversité utile en agriculture

Chimie : Les insecticides sont défavorables d’une manière générale aux insectes auxiliaires. Leur utilisation ne se justifiera qu’en dernier recours en cas de seuil de nuisibilité atteint pour un ravageur. Des produits sont sélectifs de certaines catégories d’auxiliaires. Ainsi, il a été montré que l’insecticide Steward avait peu d’incidence sur les micro-guêpes comme celles du genre Tersilochus et sur les diptères parasites (tachinaires…), mais avait un impact sur les coléoptères prédateurs comme les carabes et staphylins. Les autres produits phyto ne sont pas sans effet sur les auxiliaires.

Les micro-guêpes peuvent émerger par centaines sur les inflorescences.. © H. Compère

Quatres points clés sur les micro-hyménoptères

Phradis, Diospilus, Tersilochus : ces trois genres de micro-hyménoptères présentent des espèces parasitant les méligèthes. Certains montrent plusieurs générations par an (Diospilus) et d’autres, une seule génération (Tersilochus). Tersolichus heterocerus est dominant dans la plupart des régions.

Le sol héberge les cocons des micro-guêpes Tersilochus, après que les larves de ravageurs parasités s’y laissent tomber et y meurent. Ces insectes passent l’hiver ainsi avant l’émergence des adultes en mars-avril.

De 45 à 80 % : le taux de parasitisme des méligèthes est très variable selon les situations et les régions en Europe, selon une étude allemande. Le parasitisme des charançons de la tige est plus faible ; celui du charançon des siliques est de 30 à 70 % et celui des grosses altises est supérieur à 44 %.

80 espèces d’insectes parasitoïdes s’attaquent aux ravageurs du colza dont 12 sont régulières et ont un impact élevé sur leur régulation.

Mâle et femelle de Tersilochus : la femelle porte un ovipositeur, sorte de tarière à l'extrémité de l'abdomen pour pondre des oeufs. © R. Rouzes

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures