Aller au contenu principal

Assurance : Pacifica garantit le chiffre d'affaires

L’assureur agricole Pacifica lance une option pour sécuriser le chiffre d’affaires des agriculteurs pour la récolte 2019. C’est une indemnisation pour garantir un revenu lorsque les prix ou les rendements ne sont pas au rendez-vous. Détails.

Panel des dirigeants lors de la conférence de presse de Pacifica du 12 juin 2018
© Sophie Thillaye du Boullay

Pacifica, la filiale assurances dommages du Crédit agricole, se lance dans un nouveau produit pour les exploitants agricoles : la garantie chiffre d’affaires sécurisé. Cette option de l’assurance récolte a été présentée lors d’une conférence de presse le 12 juin à Paris. Pour les producteurs de blé tendre d’hiver, maïs grain et colza d’hiver, « nous proposons une double protection contre les aléas climatiques et la variabilité des prix », explique Thierry Langreney, directeur général de Pacifica. Selon le responsable, un agriculteur sur deux a connu un sinistre climatique ces trois dernières années mais seulement un quart d’entre eux sont couverts par une assurance récolte. « En tant que deuxième assureur des agriculteurs, il est de notre responsabilité de trouver des solutions pour maintenir leurs revenus », affirme Thierry Langreney.

Indemnisation fonction du rendement de la ferme

« C’est l’agriculteur qui choisit le chiffre d’affaires sécurisé en fonction de ses besoins, de même qu’il détermine le pourcentage de la sole qu’il souhaite assurer dont le plafond est fixé à 80% », détaille le directeur. Trois mois après la récolte, si les rendements et/ou les prix ne sont pas au rendez-vous, le contrat permet d’être indemnisé. Cette indemnisation est calculée en fonction du chiffre d’affaires réalisé sur la ferme et de la moyenne des cours Euronext sur 6 mois (3 mois avant et 3 mois après la récolte), ainsi que du chiffre d’affaires et du pourcentage de la sole déterminés au départ. Pour le blé et le colza l’observation des prix Euronext s’étale du 1er avril au 7 octobre. Quant au maïs, il s’étale du 1er juillet au 7 janvier. L’indemnisation est alors versée à l’agriculteur « quelques semaines après l’observation des prix, assure Thierry Langreney, vers la deuxième quinzaine de novembre pour le blé et le colza ».

Prime d’assurance calculée sur une base individuelle

Par ailleurs, la prime d’assurance est calculée sur une base individuelle selon le potentiel du client à atteindre le chiffre d’affaires déterminé, à travers l’historique des rendements et les cotations moyennes du marché. L’option a été testée sur une centaine d’agriculteurs depuis 2014, elle sera disponible pour tous pour la récolte 2019. Elle peut être souscrite jusqu’en novembre 2018 pour le blé/colza et mars 2019 pour le maïs.

Il existe d’autres systèmes similaires d’assurance chiffre d’affaires. Depuis l’année dernière Groupama propose l’assurance stabilité. Plus localement, la coopérative Océalia dans le sud-ouest dispose de la garantie chiffre d’affaires minimum depuis 2016. Cette dernière assure également le blé dur et le tournesol.

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures