Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Assurance : Pacifica garantit le chiffre d'affaires

L’assureur agricole Pacifica lance une option pour sécuriser le chiffre d’affaires des agriculteurs pour la récolte 2019. C’est une indemnisation pour garantir un revenu lorsque les prix ou les rendements ne sont pas au rendez-vous. Détails.

Panel des dirigeants lors de la conférence de presse de Pacifica du 12 juin 2018
© Sophie Thillaye du Boullay

Pacifica, la filiale assurances dommages du Crédit agricole, se lance dans un nouveau produit pour les exploitants agricoles : la garantie chiffre d’affaires sécurisé. Cette option de l’assurance récolte a été présentée lors d’une conférence de presse le 12 juin à Paris. Pour les producteurs de blé tendre d’hiver, maïs grain et colza d’hiver, « nous proposons une double protection contre les aléas climatiques et la variabilité des prix », explique Thierry Langreney, directeur général de Pacifica. Selon le responsable, un agriculteur sur deux a connu un sinistre climatique ces trois dernières années mais seulement un quart d’entre eux sont couverts par une assurance récolte. « En tant que deuxième assureur des agriculteurs, il est de notre responsabilité de trouver des solutions pour maintenir leurs revenus », affirme Thierry Langreney.

Indemnisation fonction du rendement de la ferme

« C’est l’agriculteur qui choisit le chiffre d’affaires sécurisé en fonction de ses besoins, de même qu’il détermine le pourcentage de la sole qu’il souhaite assurer dont le plafond est fixé à 80% », détaille le directeur. Trois mois après la récolte, si les rendements et/ou les prix ne sont pas au rendez-vous, le contrat permet d’être indemnisé. Cette indemnisation est calculée en fonction du chiffre d’affaires réalisé sur la ferme et de la moyenne des cours Euronext sur 6 mois (3 mois avant et 3 mois après la récolte), ainsi que du chiffre d’affaires et du pourcentage de la sole déterminés au départ. Pour le blé et le colza l’observation des prix Euronext s’étale du 1er avril au 7 octobre. Quant au maïs, il s’étale du 1er juillet au 7 janvier. L’indemnisation est alors versée à l’agriculteur « quelques semaines après l’observation des prix, assure Thierry Langreney, vers la deuxième quinzaine de novembre pour le blé et le colza ».

Prime d’assurance calculée sur une base individuelle

Par ailleurs, la prime d’assurance est calculée sur une base individuelle selon le potentiel du client à atteindre le chiffre d’affaires déterminé, à travers l’historique des rendements et les cotations moyennes du marché. L’option a été testée sur une centaine d’agriculteurs depuis 2014, elle sera disponible pour tous pour la récolte 2019. Elle peut être souscrite jusqu’en novembre 2018 pour le blé/colza et mars 2019 pour le maïs.

Il existe d’autres systèmes similaires d’assurance chiffre d’affaires. Depuis l’année dernière Groupama propose l’assurance stabilité. Plus localement, la coopérative Océalia dans le sud-ouest dispose de la garantie chiffre d’affaires minimum depuis 2016. Cette dernière assure également le blé dur et le tournesol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Le sytème de lavage de main embarqué S-Clean
[Covid-19] : S-Clean, un système de lavage de main embarqué sur tracteur
Le système doté d’un réservoir de 3 litres est équipé d’un porte-savon liquide et de deux vannes permettant 5 à 10 lavages de…
Coronavirus : la filière pommes de terre sur le qui-vive
Fini les frites au restaurant : le confinement lié au Covid 19 fait s'effondrer la demande de pommes de terre pour l'industrie,…
Les semis de printemps ne devraient pas être perturbés par le coronavirus, les activités agricoles n'étant pas concernées par les restrictions d'activité. © J.-C.Gutner
Coronavirus : la filière céréalière fait front face à la crise
La filière céréalière s’organise pour ne pas interrompre la chaîne allant de l’appro à la transformation, en passant par la…
Un impact du gel plus important que prévu sur colza
Le vent de Nord-Est qui a soufflé pendant plusieurs jours la semaine dernière a aggravé les effets des températures négatives sur…
En 2019, la gendarmerie a relevé 1776 dégradations sur les exploitations agricoles. © Julie Pertriaux
Vols et dégradations : le travail des gendarmes fait des vagues
Le dispositif Demeter, créé pour lutter contre les violences visant le monde agricole, suscite l’émoi des opposants au modèle…
En achetant maintenant sa solution azotée pour 2021, l'économie serait d'environ 10 €/ha par rapport à la dernière campagne. © C.Baudart
Engrais: faut-il acheter la solution azotée maintenant pour 2021 ?
Couvrir ses besoins en solution azotée pour 2021 est une stratégie qui peut être gagnante au vu des prix bas proposés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures