Aller au contenu principal

Assurance : Pacifica garantit le chiffre d'affaires

L’assureur agricole Pacifica lance une option pour sécuriser le chiffre d’affaires des agriculteurs pour la récolte 2019. C’est une indemnisation pour garantir un revenu lorsque les prix ou les rendements ne sont pas au rendez-vous. Détails.

Panel des dirigeants lors de la conférence de presse de Pacifica du 12 juin 2018
© Sophie Thillaye du Boullay

Pacifica, la filiale assurances dommages du Crédit agricole, se lance dans un nouveau produit pour les exploitants agricoles : la garantie chiffre d’affaires sécurisé. Cette option de l’assurance récolte a été présentée lors d’une conférence de presse le 12 juin à Paris. Pour les producteurs de blé tendre d’hiver, maïs grain et colza d’hiver, « nous proposons une double protection contre les aléas climatiques et la variabilité des prix », explique Thierry Langreney, directeur général de Pacifica. Selon le responsable, un agriculteur sur deux a connu un sinistre climatique ces trois dernières années mais seulement un quart d’entre eux sont couverts par une assurance récolte. « En tant que deuxième assureur des agriculteurs, il est de notre responsabilité de trouver des solutions pour maintenir leurs revenus », affirme Thierry Langreney.

Indemnisation fonction du rendement de la ferme

« C’est l’agriculteur qui choisit le chiffre d’affaires sécurisé en fonction de ses besoins, de même qu’il détermine le pourcentage de la sole qu’il souhaite assurer dont le plafond est fixé à 80% », détaille le directeur. Trois mois après la récolte, si les rendements et/ou les prix ne sont pas au rendez-vous, le contrat permet d’être indemnisé. Cette indemnisation est calculée en fonction du chiffre d’affaires réalisé sur la ferme et de la moyenne des cours Euronext sur 6 mois (3 mois avant et 3 mois après la récolte), ainsi que du chiffre d’affaires et du pourcentage de la sole déterminés au départ. Pour le blé et le colza l’observation des prix Euronext s’étale du 1er avril au 7 octobre. Quant au maïs, il s’étale du 1er juillet au 7 janvier. L’indemnisation est alors versée à l’agriculteur « quelques semaines après l’observation des prix, assure Thierry Langreney, vers la deuxième quinzaine de novembre pour le blé et le colza ».

Prime d’assurance calculée sur une base individuelle

Par ailleurs, la prime d’assurance est calculée sur une base individuelle selon le potentiel du client à atteindre le chiffre d’affaires déterminé, à travers l’historique des rendements et les cotations moyennes du marché. L’option a été testée sur une centaine d’agriculteurs depuis 2014, elle sera disponible pour tous pour la récolte 2019. Elle peut être souscrite jusqu’en novembre 2018 pour le blé/colza et mars 2019 pour le maïs.

Il existe d’autres systèmes similaires d’assurance chiffre d’affaires. Depuis l’année dernière Groupama propose l’assurance stabilité. Plus localement, la coopérative Océalia dans le sud-ouest dispose de la garantie chiffre d’affaires minimum depuis 2016. Cette dernière assure également le blé dur et le tournesol.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures