Aller au contenu principal
Font Size

[Edito] Coronavirus, météo... (a)mère nature n'est guère clémente avec les grandes cultures

Semis entravés par des pluies incessantes à l'automne, sécheresse printanière très défavorable aux cultures, et maintenant le coronavirus qui menace le marché de l'orge brassicole et des productions connectées aux biocarburants... la nature semble s'acharner sur les grandes cultures.

© J. Chabanne

Décidément, les phénomènes naturels n’auront pas épargné l’activité humaine ces derniers mois. En France, le secteur des grandes cultures peut en témoigner. Déjà, à l’automne, des pluies incessantes ont empêché la bonne réalisation des semis, bouleversant les assolements avec des reports sur les cultures de printemps. Principale conséquence : des soles de blé au plus bas et des surfaces d’orge de printemps qui montent en flèche.

C’est désormais le coronavirus qui chamboule à grande échelle la vie des humains. Là encore, si l’on regarde à travers le prisme céréalier, la note pourrait être salée. En faisant plonger le prix du pétrole, le Covid-19 exerce une forte pression baissière sur les grains connectés au marché de l’énergie, via les biocarburants. Sans parler du marché de la brasserie qui va pâtir lourdement de l’arrêt de la vie sociale. La fermeture des cafés et restaurants, combinée à l’annulation des événements sportifs et culturels, est une catastrophe annoncée pour le secteur.

À la mi-avril, la persistance du temps sec depuis de longues semaines s’est ajoutée à la liste des préoccupations majeures. Le retour rapide des pluies était indispensable pour ne pas hypothéquer définitivement le rendement des cultures de printemps dans l’Hexagone. Malheureusement, la fiabilité des prévisions météo est elle aussi affectée par le coronavirus : l’aviation commerciale fournit habituellement 700 000 données journalières aux supercalculateurs, mais le nombre de vols a chuté de 90 %.

La nature se venge-t-elle de l’Homme ? La question ainsi posée par certains confine au mysticisme. En revanche, l’origine humaine du réchauffement climatique est désormais avérée. De même, des experts qualifiés mettent en cause la destruction des habitats naturels dans le risque d’exposition de l’humanité aux virus. Analyser l’impact de nos activités sur l’environnement et d’éventuels effets boomerang néfastes pour l’Homme est assurément d’actualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures