Aller au contenu principal

Agriculture bas carbone : « La mise en œuvre de pratiques basiques coûte au minimum 50 €/ha/an »

Étienne Lapierre est responsable innovation de Terrasolis. Il revient sur l’enjeu de l’accompagnement et l’opportunité que peut représenter l’agriculture bas carbone pour les agriculteurs.

Étienne Lapierre est responsable innovation de Terrasolis.
Étienne Lapierre est responsable innovation de Terrasolis.
© Terrasolis

Pouvez-vous nous présenter Terrasolis ?

E. L. - Terrasolis est un pôle d’innovation, situé à proximité de Reims, créé par les organisations professionnelles agricoles du Grand Est – chambres d’agriculture, coopératives, négoces… – pour mener des essais système grandeur nature autour de l’enjeu du carbone en grandes cultures.

Lire aussi | Agriculture bas carbone : quelle rémunération pour les agriculteurs qui s’engagent ?

On travaille sur des sujets comme l’azote, les sols ou encore la méthanisation. Nous sommes installés sur une ancienne base militaire à proximité de Reims et travaillons avec les agriculteurs historiques du site qui continuent de produire au sein de notre ferme expérimentale.

Quels sont les travaux que vous menez concernant l’agriculture bas carbone ?

E. L. Nous réalisons des essais pluriannuels sur le site, mais aussi au-delà des murs du pôle. Nous avons notamment travaillé sur la problématique du financement de l’agriculture bas carbone en grandes cultures. L’étude s’est basée sur une centaine de diagnostics carbone réalisés sur des exploitations du Grand Est en 2022. On observe que nos fermes de grandes cultures ont un vrai potentiel d’amélioration concernant le carbone, que ce soit sur le volet diminution des émissions ou du côté du stockage.

Les crédits carbone sont-ils incitatifs pour massifier les changements de pratique ?

E. L. - Le gain potentiel moyen estimé dans le cadre de nos travaux s’élève à 0,7 tonne équivalent CO2 par hectare et par an. Si on fait le calcul sur cinq ans pour une ferme de 200 ha, cela représente 700 t de CO2 économisées. En face, on estime que le coût minimum pour mettre en œuvre des pratiques basiques, comme l’introduction de légumineuses dans les couverts, qui ne remettent pas totalement en cause le système, est de l’ordre de 50 €/ha/an. Si on met en place des pratiques d’agriculture régénératrice plus poussées, on peut vite monter à 90 ou 100 €/ha. Les crédits carbone ne payent pas les changements de pratique, mais selon les systèmes et les exploitations, cela peut s’avérer tout de même intéressant. Nous prônons le cumul des dispositifs d’aides tels que les primes filières et les crédits carbone pour permettre à ces pratiques de décoller. Certaines régions proposent aussi des MAEC bas carbone.

Quel est l’intérêt de s’engager dans cette voie ?

E. L. - Les agriculteurs qui se sont lancés s’accordent à le dire, les pratiques bas carbone présentent des cobénéfices réels à long terme pour la qualité des sols ou l’amélioration de l’autonomie sur la fertilisation azotée. Le diagnostic carbone initial, et le plan d’actions qui en découle, est une bonne porte d’entrée pour être accompagné dans des nouvelles pratiques.

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Pulvérisateur Amazone dans une parcelle de grandes cultures
Machinisme agricole : la chute des prises de commandes se confirme en 2024

Malgré une forte progression du chiffre d’affaires du secteur des agroéquipements en 2023, la baisse des prises de commandes…

Epandage de matière organique. Epandeur à fumier et compost RollMax de Rolland (chez David Dos Reis) . Fertilisation. Fertilisant. Apport de fientes de volailles. ...
Fertilisation : l’apport de phosphore passe au second plan en bio à cause de la conjoncture

La conjoncture actuelle impose aux agriculteurs biologiques de faire des économies sur l’amendement des sols. L’apport de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures