Aller au contenu principal

Agrica résiste à la concurrence accrue

Malgré une année marquée par la forte concurrence en matière d’assurances à la personne, le groupe Agrica garde la tête au-dessus de l’eau.

En épargne retraite supplémentaire, le chiffre d'affaires d'Agrica a progressé de 6,2 % en 2017.
© Pxhere

« Malgré la fin des clauses de désignation, l’année 2017 reste une belle année face à la concurrence accrue en assurance de personnes, annonce Frédéric Herault, directeur général du groupe Agrica, spécialisé en retraite complémentaire, épargne et prévoyance. Nous avons répondu à plus d’une cinquantaine d’appels d’offres alors qu’auparavant, seules quelques-uns étaient lancés. » Pour rappel jusqu’en 2016, ces clauses obligeaient les entreprises d’une même branche à s’affilier à l’organisme assureur choisi. Dorénavant, elles ont été remplacées par des clauses de recommandation. « Nous avons constaté que le monde agricole avait un gros sentiment d’appartenance à sa structure Agrica, explique Antoine Leroy, directeur général délégué du groupe. Le taux de départ est relativement faible. »

Un chiffre d’affaires stable

Avec un résultat combiné en assurance après impôt en hausse de plus de 50 %, passant ainsi de 47,1 à 71,8 millions d’euros, le groupe se dit satisfait. La hausse de 25 millions d’euros est principalement due au nombre de décès et d’arrêts de travail en baisse par rapport aux prévisions.

Pourtant, le chiffre d’affaires du groupe reste relativement stable. En prévoyance et en santé, il diminue de respectivement 4,4 et 1,7 %. « En épargne retraite supplémentaire, l’activité progresse de 6,2 % à 165 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, explique Pierre Richert, directeur financier du groupe Agrica. Cette branche est portée par une hausse de 28 % des versements individuels volontaires. » Coté retraites, le chiffre d’affaires est en hausse de 2,1 % avec 2,2 milliards d’euros. En 2017, Agrica comptait environ 1,5 million de cotisants en retraite complémentaire et 685 000 retraités protégés.

Tourné vers l’agroalimentaire

Ce déséquilibre montre bien le manque d’activités commerciales du groupe. Il en est bien conscient puisque l’une des ambitions des prochaines années est de développer de nouvelles offres santé et prévoyance pour les entreprises agroalimentaires. « Nous souhaitons sortir du champ de la MSA et nous étendre vers les entreprises du régime général, déclare le directeur général du groupe. Nous connaissons les risques que couvrent des entreprises agricoles telles que des coopératives, alors pourquoi ne pas aller plus loin dans la prévention du risque avec les entreprises agroalimentaires. » Pour cela, le groupe Agrica a prévu une refonte globale de ses sites internet et souhaite commercialiser ses offres dès cet été.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Combiné à d'autres leviers, les techniques de travail du sol simplifié permettent aux producteurs de colza et de tournesol de bénéficier d'un bonus substantiel. © Orthman
Bas carbone : des efforts désormais valorisés en grandes cultures
Colza, tournesol, orge, maïs : les filières végétales se lancent sur le marché du carbone pour générer de la valeur ajoutée. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures