Aller au contenu principal
Font Size

Agrica résiste à la concurrence accrue

Malgré une année marquée par la forte concurrence en matière d’assurances à la personne, le groupe Agrica garde la tête au-dessus de l’eau.

En épargne retraite supplémentaire, le chiffre d'affaires d'Agrica a progressé de 6,2 % en 2017.
© Pxhere

« Malgré la fin des clauses de désignation, l’année 2017 reste une belle année face à la concurrence accrue en assurance de personnes, annonce Frédéric Herault, directeur général du groupe Agrica, spécialisé en retraite complémentaire, épargne et prévoyance. Nous avons répondu à plus d’une cinquantaine d’appels d’offres alors qu’auparavant, seules quelques-uns étaient lancés. » Pour rappel jusqu’en 2016, ces clauses obligeaient les entreprises d’une même branche à s’affilier à l’organisme assureur choisi. Dorénavant, elles ont été remplacées par des clauses de recommandation. « Nous avons constaté que le monde agricole avait un gros sentiment d’appartenance à sa structure Agrica, explique Antoine Leroy, directeur général délégué du groupe. Le taux de départ est relativement faible. »

Un chiffre d’affaires stable

Avec un résultat combiné en assurance après impôt en hausse de plus de 50 %, passant ainsi de 47,1 à 71,8 millions d’euros, le groupe se dit satisfait. La hausse de 25 millions d’euros est principalement due au nombre de décès et d’arrêts de travail en baisse par rapport aux prévisions.

Pourtant, le chiffre d’affaires du groupe reste relativement stable. En prévoyance et en santé, il diminue de respectivement 4,4 et 1,7 %. « En épargne retraite supplémentaire, l’activité progresse de 6,2 % à 165 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, explique Pierre Richert, directeur financier du groupe Agrica. Cette branche est portée par une hausse de 28 % des versements individuels volontaires. » Coté retraites, le chiffre d’affaires est en hausse de 2,1 % avec 2,2 milliards d’euros. En 2017, Agrica comptait environ 1,5 million de cotisants en retraite complémentaire et 685 000 retraités protégés.

Tourné vers l’agroalimentaire

Ce déséquilibre montre bien le manque d’activités commerciales du groupe. Il en est bien conscient puisque l’une des ambitions des prochaines années est de développer de nouvelles offres santé et prévoyance pour les entreprises agroalimentaires. « Nous souhaitons sortir du champ de la MSA et nous étendre vers les entreprises du régime général, déclare le directeur général du groupe. Nous connaissons les risques que couvrent des entreprises agricoles telles que des coopératives, alors pourquoi ne pas aller plus loin dans la prévention du risque avec les entreprises agroalimentaires. » Pour cela, le groupe Agrica a prévu une refonte globale de ses sites internet et souhaite commercialiser ses offres dès cet été.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte 2020 : le spectre de 2016 plane au-dessus des blés français
Surfaces de céréales d’hiver très basses, nombre d’épis réduit par l’excès de pluies automnales puis par la sécheresse…
Les correspondants sureté de la gendarmerie se déplacent gratuitement et sur demande. © Gendarmerie nationale
Vols en agriculture : « les voleurs sont venus trois fois en six mois »
Les vols de GPS, carburant, phyto sont fréquents. Que faire et ne pas faire, quels moyens mettre en place, comment s’y prendre ?…
Pour Gilles Lenfant, disposer d'un déchaumeur attelé et prêt à partir pendant la moisson est désormais indispensable. © C. Baudart
Incendie à la récolte : « Le mur de flammes avançait rapidement sur une largeur de 100 mètres. »
Agriculteur dans l’Eure, Gilles Lenfant a été confronté au feu à plusieurs reprises à l'été 2019. Son expérience…
Copyright Gabriel Omnès
La revalorisation des retraites agricoles définitivement adoptée au sénat
La loi revalorisant les retraites agricoles à 85 % du Smic pour une carrière complète d'exploitant a été votée définitivement en…
L'assemblée nationale a voté la revalorisation des retraites agricoles, revendication portée par e député André Chassaigne
L'Assemblée nationale vote la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du SMIC
L’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture une proposition de loi garantissant une pension minimale de 85 % du SMIC aux…
Une fertilisation au semis ne compense jamais une mauvaise levée. © J.-C. Gutner
Colza : fertiliser au semis avec discernement
Pour favoriser la croissance à l’automne et limiter la nuisibilité des attaques d’insectes aux stades jeunes du colza, fertiliser…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures