Aller au contenu principal

Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »

Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les risques de pannes, l'agriculteur privilégie le matériel d'occasion et des modèles les moins pourvus d'électronique.

Fabien Varoquier, Dommartin-sous-Hans (51) :"J’achète le plus souvent du matériel d’occasion."
© C. Baudart

« Lorsque je renouvelle un matériel, je me rappelle mes objectifs : être autonome et casser les coûts, pour gagner ma vie avec mon travail. Alors j’investis toujours avec prudence dans le matériel, et uniquement lorsque cela correspond à un besoin.

Lire aussi : Six questions à se poser avant de réinvestir

J’achète le plus souvent du matériel d’occasion et je choisis toujours des outils qui ne sont pas bardés d’électronique. Je ne suis pas contre le progrès mais je n’aime pas qu’un matériel qui coûte cher tombe en panne pour une bricole.

Lorsque j’ai acheté mon pulvé, on m’a proposé un 28 mètres équipé des dernières buses et de la coupure de tronçons, mais j’ai opté pour un 36 mètres tout simple. Combien de litres de produit phytosanitaire économise-t-on vraiment avec ces options à 5 000 ou 10 000 euros ?

Mon dernier investissement en date concerne du matériel betteraves. J’ai investi 20 000 euros dans une arracheuse en décomposé et 20000 euros dans un semoir à betteraves, tous deux d’occasion. Cet équipement m’a permis d’abaisser mes coûts d’arrachage à 120 euros/hectare : je ne compte pas mon temps de travail mais c’est la moitié du prix d’un arrachage en prestation. J’essaie d’autofinancer le plus possible mes achats, pour descendre au maximum le niveau de mes emprunts.

J’évite aussi de différer la première annuité, pour rembourser le plus vite possible : aujourd’hui, l’argent ne coûte pas cher mais les aléas ou les coups durs, ça arrive, et il faut toujours rembourser un prêt. Je préfère jouer la sécurité.

Lire également : Profiter de taux encore très bas pour renouveler son matériel agricole

Cette année, j’ai fait une exception : j’ai acheté un télescopique neuf, avec une première échéance à douze mois. L’écart de prix avec un matériel d’occasion était réduit et cela m’a permis d’autofinancer l’aménagement d’un stockage à plat dans un bâtiment existant, pour mieux valoriser ma récolte. »

Les plus lus

Victor Boutin, agriculteur à Noyales (02)  -  "J'ai transformé un outil pour un semis du couvert après moisson préservant la fraîcheur du sol." © VB
« J'ai conçu un outil pour semer les couverts en conservant la fraîcheur du sol »
Agriculteur sur 160 hectares à Noyales (Aisne), Victor Boutin a conçu un outil spécifique lui permettant de semer un couvert en…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
[vidéo] Pyrale du maïs : un quad customisé pour épandre les trichogrammes
Un quad avec épandeur de trichogramme intégré : cette innovation testée par Bioline et la coopérative Oxyane permet de simplifier…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
Le semis avec un outil à dents adapté procure de bons résultats sur la levée de couverts rapidement après moisson. © R. Crignon/Agro-Transfert
Couverts d’interculture : semer juste après moisson pour bénéficier de l’humidité du sol
Le semis d’une culture intermédiaire au plus près de la récolte de la céréale a fait l’objet d’une étude approfondie dans les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures