Aller au contenu principal

250 000 tonnes de blé OGM récoltées en Argentine : quelles conséquences pour les marchés mondiaux ?

L’Argentine va récolter en décembre 250 000 tonnes de blé OGM tolérant à la sécheresse, faisant peser des risques énormes pour la commercialisation de la production de ce géant de l’export.

Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
© M.-H. André

Une récolte bien embarrassante. En Argentine, la société Bioceres va collecter en décembre près de 250 000 tonnes de blé OGM HB4 possédant un caractère de tolérance à la sécheresse. Emblavé sur 55 000 hectares « d’essais » dans tout le pays, il sera stocké par les producteurs.

Après un décret du pouvoir argentin autorisant les « tests » de plein champ, c’est la Commission nationale de biosécurité brésilienne (CNTBio) qui a approuvé sa consommation en farine. Mais les meuniers brésiliens, eux, n’en veulent pas. Leur fédération Abitrigo a fait appel de la décision de la CNTBio.

Les risques commerciaux sont en effet colossaux, et toute la filière est à cran, compte tenu des conséquences dramatiques en cas de détection d’un grain OGM dans un lot destiné à l’export. Une probabilité jugée « faible, car notre système de traçabilité des récoltes est fiable, mais réelle » par un ancien directeur de l’autorité sanitaire argentine. Sur les 20 millions de tonnes (Mt) de la récolte argentine, environ 13 Mt pourraient partir à l’export. Cette forte dépendance à l'export du blé argentin est un élément important pour le marché mondial... et un enjeu colossal en cas de boycott des importateurs.

« Folie », « suicide commercial » : les acteurs de la filière n’ont pas de mots assez durs pour qualifier l’aventure de Bioceres. Certains stockeurs exigent la destruction intégrale de la récolte de blé OGM. Car en cas de mélange dans leurs grands silos, qui payera ?

Et quid des tests PCR (100 dollars par camion de 30 tonnes) de facto indispensables, dont le coût est estimé à 20 millions de dollars pour la filière ? En septembre dernier, Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, visiblement rappelé à la rescousse pour traiter ce dossier explosif qu’il connaît bien.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Aurélie et Anthony Quillet. « Dans la perspective d'une éventuelle transmission à nos enfants, qui sont encore jeunes, la holding permet de ne fermer aucune porte tout en confortant nos capacités de capitalisation et d’investissement. »
« Nous avons créé une holding pour assurer la pérennité de la ferme »
Pour Anthony et Aurélie Quillet, engagés dans l’agriculture de conservation, la durabilité doit être écologique mais aussi…
Le législateur confie l’instruction des dossiers de transferts partiels de parts sociales aux SAFER, qui alerteront les services de l’État si nécessaire.
Contrôle des Safer : ce qui change avec la nouvelle loi
Les sénateurs et les députés ont adopté en urgence une proposition de loi qui confie à la Safer le contrôle de tous les…
Vincent Guyot : "La betterave est une excellente tête d’assolement dans ma rotation."
Betterave : « Malgré 4 ans de pertes, j’ai encore envie d'y croire. »
Vincent Guyot, agriculteur à Étaves-et-Bocquiaux, dans l’Aisne, souligne l’intérêt de la betterave comme tête de rotation, mais…
Le nombre des exploitations françaises a baissé de 21 % entre 2010 et 2020, un rythme moins rapide qu'au cours des décennies précédentes.
Recensement agricole : 5 grandes tendances pour les fermes françaises entre 2010 et 2020
Le recensement agricole a dévoilé ses premiers chiffres, confirmant la baisse du nombre d’exploitations et la hausse de la…
Le chia appartient à la famille des labiacées et n’a pas d’autre représentant dans les assolements.
Diversification : la chia, une culture sobre à haute rentabilité
Originaire d’Amérique du Sud, la chia se développe en France grâce à de nouvelles variétés. Son itinéraire technique économe et…
Pour connaître les besoins azotés du blé, des mesures sur feuilles doivent être pratiquées régulièrement pour piloter la fertilisation avec l'outil Appi'N.
Fertilisation azotée : le pilotage intégral sur blé fait ses classes
Avec les outils Appi’N et CHN-conduite, le pilotage intégral de la fertilisation azotée sur blé doit encore faire ses preuves,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures