Aller au contenu principal

2013, « Annus horribilis » pour le colza

Rétrospectivement, on mesure l’ampleur des dégâts provoqués par les conditions climatiques
désastreuses sur le colza au cours de la campagne 2012-2013. Le Cetiom a publié la carte des pertes de surfaces de colza entre la récolte 2012 et celle de 2013 dans les départements français concernés par cette culture. « Ces pertes sont liées à la fois à des impossibilités
de semis et à des retournements, souligne Fabien Lagarde, directeur technique du Cetiom. Les secteurs les plus affectés sont le Nord-Est, le Centre, notamment le Berry, et la région Poitou-Charentes. Les taux de retournement ont atteint jusqu’à 45 % des surfaces ! »
Ceci s’explique à la fois par la période très sèche qui a suivi les semis 2012 (10 % des intentions de semis n’ont pu être réalisés), des difficultés de désherbage et des conditions humides de l’automne.
« Les biomasses des colzas à l’entrée de l’hiver se situaient entre 150 et 300 grammes par mètre carré alors qu’en année normale, elles se situent entre 1 et 1,5 kilo/m2. On estime
qu’en dessous de 300 grammes/m2, le potentiel de la parcelle ne peut être atteint », poursuit-il.



Production en baisse de 17 %


Au final, la production de colza en 2013 est de 4,5 millions de tonnes, en retrait de 17 % par rapport à 2012 et de 13 % par rapport à la moyenne quinquennale. Le rendement moyen a été de 31 quintaux/hectare, en retrait de 8,5 % par rapport à 2012 et de 10 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.
Le scénario d’une longue période sèche après les semis 2013 s’est renouvelé dans le Centre,
engendrant des inquiétudes.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
L'adaptation des dispositifs actuels est indispensable pour faire face à la multiplication des aléas climatiques, à commencer par la sécheresse, estime le député Frédéric Descrozaille. © G. Omnès
Assurance récolte : comment le rapport Descrozaille veut sauver la multirisque climatique
Face au changement climatique, le rapport du député Descrozaille propose la réarticulation de l’intervention de l’État et de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures