Aller au contenu principal

Production betteravière
2006, année de la réforme de l´OCM sucre

L´année 2006 est pour la filière sucre celle de la réforme de l´organisation commune de marché. Les planteurs souhaitent que ce soit aussi celle d´un nouvel accord interprofessionnel et de l´automatisation complète de la réception des betteraves.


« Cette réforme de l´OCM sucre était nécessaire », reconnaît Dominique Ducroquet, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB). Une nécessité face à l´abaissement futur des droits de douane en discussion à l´OMC. Une nécessité également après l´accord « Tout sauf les armes » qui prévoit l´ouverture de nos marchés au sucre des pays les moins avancés, et suite au panel contre les exportations européennes de sucre déposé et gagné à l´OMC par le Brésil, la Thaïlande et l´Australie.
Une réforme en profondeur du règlement sucre
Les ministres européens de l´Agriculture sont arrivés à un accord sur un projet de réforme le 25 novembre dernier. Celui-ci doit encore passer devant le parlement européen pour être définitivement adopté. Ses grandes lignes sont donc désormais connues et les principes en sont clairs : baisser fortement les prix pour empêcher les sucres d´entrer sur le marché européen, et réduire la production puisque l´Union européenne ne pourra plus exporter.
Pour la CGB, la réforme, telle qu´elle se dessine, est moins catastrophique que le projet initial de juillet 2004.

Le point important est un fonds de restructuration qui va permettre à certaines usines, voire à certains pays, d´arrêter de produire du sucre. En France, pays le plus compétitif de l´Union européenne, aucune fermeture n´est envisagée. Au final, avec le quota supplémentaire qui lui est alloué (moyennant finances), la production de sucre pourra atteindre 3,85 millions de tonnes contre 4 millions de tonnes actuellement.
Mais il sera impossible de dépasser ce volume, faute de pouvoir exporter. A chaque planteur donc d´emblaver les surfaces nécessaires à la réalisation de son quota betteraves. La CGB appelle donc les planteurs à se référer à la moyenne de leurs rendements des trois dernières années.
Produire exactement son quota, désormais il faudra, sous peine de devoir moins produire l´année suivante. ©S. Leitenberger

Mise en place d´un nouvel accord interprofessionnel
« Les producteurs français sauront s´adapter », a décla-ré le président Ducroquet mais les conditions nouvelles de production nécessitent la mise en place d´un nouvel accord interprofessionnel pour 2006-2007. Celui-ci doit notamment définir les conditions d´achat de la betterave. Des négociations sont en cours, en particulier, sur la définition de la betterave marchande. La dernière date de 1964 et n´est plus adaptée à la betterave de 2005 ! Les planteurs, qui ont fait des propositions aux industriels, demandent qu´un nouvel accord soit trouvé avant les semis de 2006, c´est-à-dire en pratique d´ici le 1er mars, les semis débutant vers le 15 de ce mois.
La réception entièrement automatisée
Autre sujet de négociations, non seulement avec les industriels mais aussi avec les pouvoirs publics : la réception entièrement automatisée des betteraves. L´objectif poursuivi depuis plusieurs années est d´éviter toute intervention manuelle dans la prise d´échantillons et dans toutes les opérations qui aboutissent au final à déterminer la quantité et la qualité (richesse) des betteraves livrées par un planteur, et qui déterminent donc au final son revenu. Des expérimentations ont abouti à des équipements dont certains sont d´ores et déjà agréés par la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF). Il reste désormais à négocier avec les industriels sur des procédures qui, selon les planteurs, seront source d´économies et de sécurité des résultats.
Quant à l´éthanol, les planteurs espèrent que son développement, tant attendu, sera bientôt une réalité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures