Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Faune sauvage
Dégâts de gibier dans les cultures - Une nécessaire concertation entre agriculteurs et chasseurs

Sangliers et cervidés. Dans certaines régions, ces deux espèces de gibier sont responsables de dégâts importants dans les cultures. C’est le cas notamment en Normandie où chasseurs et agriculteurs ont décidé de se concerter pour  diminuer ces nuisances. Et dans les Vosges où l'enveloppe des indemnisations explose cette année.

© L'Agriculteur normand (archives)

Gibier et cultures font rarement bon ménage. Et les agriculteurs se plaignent des pertes dues aux dégâts provoqués par les animaux sauvages.

Exemple en Normandie. Dans le département du Calvados, le Pays d’Auge est particulièrement touché par les dégâts de sangliers et « chasseurs et agriculteurs se sont réunis autour de la table pour régler ensemble la question » ou tout du moins « essayer de se comprendre les uns les autres sans radicalisme », selon les termes de Jean-Christophe Aloë, le président de la fédération départementale des chasseurs, repris dans l'Agriculteur normand.

Dans l’Orne, autre département normand, ce sont les cervidés qui sont le plus préoccupants. « Les cultures sont saccagées, l’herbe ne pousse plus et les clôtures sont détruites. Cela fragilise grandement nos exploitations, déjà affaiblies par une forte sécheresse cette année », déplore Stéphane Lecaché, agriculteur et maire de La Trinité-des-Laitiers (61) dans le journal normand. Il faut dire que dans cette commune, les animaux sont allés se réfugier dans le parc d’une centaine d’hectares du réalisateur Luc Besson. Depuis 1998, date de l'acquisition de la propriété par l'homme de cinéma, le territoire est non chassable ce qui a, semble-t-il, favorisé le développement des chevreuils, biches et cerfs. En octobre 2017, l'Agriculteur normand racontait déjà l'histoire  de ce lieu devenu connu pour le brame du cerf. Mais « ce n’est désormais plus un problème Besson, mais un problème de secteur », assurent les éleveurs dans le journal. « Il y a une concentration d’animaux (200 à 250) dans un rayon de 5 à 10 km, » expliquent-ils et affirment que les populations doivent diminuer de moitié. Comment ? En distribuant plus de bracelets pour autoriser le « prélèvement » des animaux. Autre idée suggérée : un transfert des animaux vers des zones qui en sont dépourvues.

La région Normandie n’est bien évidemment pas la seule concernée par ces nuisances. Dans les Vosges, l’enveloppe allouée à l’indemnisation des dégâts en zone agricole s’élève cette année à 2 millions d’euros, contre 900 000 euros l’an dernier, révèle Vosges matin. Dans cette région, c’est le sanglier qui est principalement visé. « En dépit d’un nombre élevé de prélèvements de sangliers l’an dernier (12 000), la présence du mammifère demeure très forte dans les Vosges », affirme le journal.

« En septembre dernier, des échanges musclés avaient eu lieu entre les agriculteurs des quatre coins du département et des chasseurs, devant la Direction départementale des territoires », rappelle le quotidien régional. Pourtant, ce 12 septembre, l'article parle de « la signature d’un schéma départemental de gestion cynégétique qui tarde ». La concertation entre chasseurs et agriculteurs semble urgente.

Les plus lus

Vignette
Le suicide des agriculteurs, réalité dans la vie et sur les écrans
La profession agricole est la plus touchée par le phénomène dramatique du suicide. Un fléau contre lequel des mesures de…
Vignette
Julia Landrieu interprète sa version agri de « Balance ton quoi »
Des cheveux longs blonds et une voix douce, comme la chanteuse Angèle. Alors pourquoi ne pas se lancer ? Sur Twitter, Julia…
Vignette
Sophie-Elodie, maraîchère candidate à « L’Amour est dans le pré »
Karine Le Marchand a rechaussé ses bottes et « L’Amour est dans le pré » est reparti pour un tour. Le très médiatique show…
Kverneland - Le cultivateur à dents Enduro travaille à toutes les profondeurs.
Machinisme
Le groupe Kverneland, qui célèbre cette année ses 140 ans, lance le cultivateur à dents polyvalent Enduro à l’occasion du salon…
Vignette
L'autoconsommation photovoltaïque est rentable en particulier en élevages laitier et porcin

Avec les hausses du prix de l’électricité, autoconsommer l’énergie photovoltaïque permet de plus en plus de réaliser des…

Vignette
L’attrait pour les médecines alternatives rend nécessaire une évolution du cadre réglementaire
Les médecines alternatives en santé animale séduisent de plus en plus vétérinaires et éleveurs. Les formations se développent.…
Publicité