Aller au contenu principal

Salon de l'herbe
Gestion durable des prairies : tester les mélanges multi-espèces pour mieux s'adapter au changement climatique

VIDEO - Dans un contexte de changement climatique, l'optimisation des prairies devient un enjeu majeur pour l'agriculture. Patrice Pierre, ingénieur de l'Institut de l'Élevage, souligne l'intérêt d'un système plus structuré pour tester les mélanges de semences disponibles sur le marché.

Le changement climatique induit des décalages dans les périodes de production. Il est nécessaire de repenser la gestion des prairies pour s'adapter à ces nouvelles conditions. Par exemple, il est crucial de favoriser la production d'herbe au printemps, de laisser les prairies se reposer pendant l'été pour préserver leur pérennité, et d'optimiser leur valorisation à l'automne grâce aux repousses automnales et hivernales, qui seront plus importantes. Cela nécessite de travailler avec des mélanges d'espèces ayant de bonnes capacités productives au printemps ainsi que des capacités de repousse significatives en automne et en hiver.

Lire aussi Salon de l'herbe - 3 bonnes raisons de planter des arbres dans vos prairies

Evaluer la capacité des espèces à bien s'associer dans les prairies

"Les prairies aujourd'hui sont principalement de deux types : les prairies de courte ou moyenne durée, destinées à la production de stock, et les prairies pérennes, conçues pour durer. Jusqu'à présent, le progrès génétique a surtout porté sur les variétés isolées, en les évaluant individuellement pour leur comportement agronomique", explique Patrice Pierre, ingénieur de l'Institut de l'élevage. Actuellement, les variétés sont sélectionnées en pur, un système qui ne prend pas en compte la sociabilité des variétés, c'est-à-dire leur capacité à bien s'associer en mélange.

Des programmes d'évaluation de sélection des mélanges en prairies à étoffer

"Des programmes existent pour étudier ce comportement, mais ils sont encore disparates et manquent d'une organisation à l'échelle nationale. Un système post-inscription serait nécessaire pour tester le comportement agronomique et fourrager des mélanges multi-espèces, permettant ainsi une meilleure évaluation de leur performance en conditions réelles", détaille Patrice Pierre. Par exemple, le dactyle est riche en azote et présente une bonne capacité de repousse en été, mais elle tend à réduire la diversité en étant trop dominante. "Il est donc essentiel de travailler sur l'agressivité des variétés en mélange, plutôt que de les évaluer isolément comme c'est le cas actuellement. Un dispositif post-inscription pourrait répondre à ce besoin", estime Patrice Pierre.

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

  Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, devant son troupeau de montbéliardes.
Confidences d’Arnaud Gaillot au terme d’un mandat intense à la tête des Jeunes agriculteurs

Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a accepté de nous recevoir plus de deux heures sur son exploitation…

projet 270 000 désert algérie
270 000 vaches en plein désert : le projet fou qatari pour produire du lait en Algérie

L’Algérie vient de signer avec le Qatar un accord pour l’implantation d’une ferme gigantesque qui accueillera 270 000…

Publicité