Aller au contenu principal

Fraise : une production européenne stable

Les surfaces de production de fraise progressent légèrement de 2% en France, comme dans d'autres pays européens.
Les surfaces de production de fraise progressent légèrement de 2% en France, comme dans d'autres pays européens.

La rencontre annuelle du groupe de contact Fraise, réunissant les représentants des filières espagnole, italienne et française, s’est tenue en février à Agen. L’objectif de ce groupe est d’établir un dialogue entre professionnels de cette filière, en partant notamment d’un état des lieux (bilan de campagne 2019) et des échanges sur la campagne à venir. Pour 2020, la situation s’annonce globalement stable en Espagne, en Italie et en France (les Portugais n’ont pu être présents à la rencontre). L’Espagne devrait proposer une production en légère progression de 3 à 4 %, avec une gamme variétale comparable aux années précédentes où les variétés Fortuna, Rociera et Victoria composent la majorité de l’offre. En Italie, les surfaces sont stables au sud de la péninsule. Les zones de production du nord ont diminué leurs surfaces par manque de disponibilité de main-d’œuvre saisonnière. Celle-ci, essentiellement originaire d’Europe de l’Est (Pologne, Roumanie), choisit désormais plus facilement l’Allemagne. « La problématique main-d’œuvre est également récurrente en France. Elle est commune à tous les pays producteurs de fraise, et devient un facteur limitant », commente Xavier Mas, président de l’AOPN Fraises. La France voit ses surfaces progresser légèrement de 2 %.

Condamnation des fraudes sur l’origine des produits

Le développement de la production bio est peu marqué. En Espagne, la production bio ne se développe pas, et en Italie, elle ne représente que 10 % des surfaces, essentiellement destinées à l’export. En France, la production hors-sol écarte une grande partie des volumes produits de cette démarche. La rencontre a également donné lieu à un partage d’informations sur les problématiques phytosanitaires et les moyens de lutte. « Un inventaire et un comparatif des produits homologués sont en cours dans le but d’accéder plus facilement à la reconnaissance mutuelle de leur usage prévue dans le cadre de la législation européenne », explique le professionnel. « Nous sommes toujours convaincus de l’importance du développement des méthodes de production alternatives », commente-t-il. Les professionnels ont également partagé une vision commune du marché européen où les deux poids lourds de la production de fraise, Espagne et Italie, écoulent 90 % de leurs exportations. De manière unanime, ils ont condamné les fraudes sur l’origine des fraises vendues dans leur pays. L’Espagne doit faire face à des produits marocains, l’Italie à des fraises grecques, la France à la francisation de fraises espagnoles. « Ce problème a été mis au jour avec le kiwi, mais il touche d’autres produits, notamment la fraise. En 2019, nous avons déjà eu des soupçons concernant ces pratiques en France. Une enquête est en cours, l’AOPN fraise se portera partie civile si les faits sont avérés », conclut Xavier Mas.

A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine : deux pôles dédiés à la fraise à Invenio 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

kiwi francisation
Une condamnation exemplaire pour la « francisation » de kiwis
Le tribunal correctionnel de Montauban a lourdement condamné une tentative de « francisation » de kiwis, à la hauteur du…
Comment (ré)apprendre à bien manger ? Les multiples leviers de l’éducation alimentaire
Alors que le monde a subi de plein fouet la crise de la Covid et que la prise de conscience environnementale est désormais…
Dégâts de gel : la filière abricot très affectée, la pêche s'en sort mieux
L'AOP Pêches et Abricots de France dresse un premier bilan très provisoire des épisodes de gel sur les deux filières, en fonction…
Une filière de fleurs comestibles en construction
Devant le succès actuel des fleurs comestibles en gastronomie, un projet franco-italien vise à organiser une filière.
A la station CTIFL de Balandran, les bidons noirs de 20 litres ont été disposés sur trois hauteurs sous les gouttières. © CTIFL
La serre bioclimatique, une opportunité pour les producteurs sous abri ?
La serre bioclimatique pourrait être une opportunité d’amélioration pour les abris froids ou peu chauffés. De plus en plus de…
Prévisions de récolte : une très faible production européenne d'abricot en 2021
Les prévisions de récolte européenne d'abricot sont particulièrement basses cette année. Si les chiffres sont encore incertains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes