Aller au contenu principal

[Sival 2022] Des pistes pour développer la consommation des légumes secs bio

La production de légumes secs bio est en forte croissance en France. Des efforts doivent être faits pour développer la consommation en y apportant de la praticité.

En bio, 75% des lentilles cultivées sont des lentilles vertes, 20% des lentilles corail et rouges et 5% des lentilles blondes. En conventionnel, la part des lentilles blondes est plus élevée (66% lentilles vertes, 25% lentilles blondes, 9% lentilles corail et rouges).
© Véronique Bargain-FLD

Intéressants dans les rotations et pour une alimentation équilibrés, boostés par le Plan National Nutrition Santé et par la loi Egalim et la Loi Climat dans le cadre des menus végétariens à l’école, les légumes secs sont en forte croissance sur les exploitations, notamment en bio. « De 2016 à 2020, les surfaces ont progressé de 4820 ha/an, pour atteindre 28 000 ha en 2020, dont 66% de lentilles, 26% de pois chiches et 5% de haricots» a précisé Goulven Oillic, d’Initiative Bio Bretagne, lors d’une conférence au Sival.

Pour aller plus loin :

Légumes secs : un fort potentiel de développement de filières françaises mais des freins à lever en production et en consommation

Communiquer sur le plaisir des légumineuses et non sur la notion de protéines végétales

En parallèle, le marché national des légumes secs est estimé à 110 000 t (1,42 kg/habitant), dont 10-15% en bio, avec 49% de lentilles, 31% de haricots, 10% de pois chiches, 8% pois cassés, le reste en flageolet, pois, fèves. 48% sont destinés à l’industrie, 42% à la Gms et 10% à la RHD. De 2017 à 2020, les ventes ont augmenté de 15,8% et de 159% en bio.

 

Une production plus forte que la consommation

Malgré tout, la filière fait face à de nombreux défis. Les rendements aléatoires et la montée en puissance des ravageurs avec le développement des surfaces rendent la prévision des volumes très ardue. « Nos engagements résultent d’un équilibre fin entre les ventes, l’agronomie et les aléas climatiques, explique Alban Le Mao, responsable Filières bio à la Cavac, qui cultive 6300 ha de légumineuses. Le financement des stocks est un enjeu majeur.» L’irrigation est également importante pour sécuriser la production. « Mais ce n’est pas simple, car il y a des enjeux sociétaux et environnementaux autour de l’eau » constate Simon Berland, cogérant du GIE Légumes secs de Vendée (500 t graines/an). Et surtout, la consommation augmente moins vite que la production.

Augmenter la praticité

« Il faut accompagner le marché, estime Vincent Seyeux, gérant d’Agro-Logic, qui récolte et commercialise des graines bio, dont des légumes secs, pour une centaine d’agriculteurs, Tout le monde dit qu’il faut produire des légumineuses bio. Mais les céréales bio sont déjà en surproduction et les légumineuses pourraient l’être rapidement.» Un enjeu majeur est donc de développer la consommation, notamment en restauration hors foyer pour répondre à l’obligation des menus végétariens. « Il faut augmenter la praticité pour la RHD, en particulier sur les temps de cuisson qui sont un frein à la consommation, estime Alban Le Mao. La Cavac a investi dans des lignes de précuisson surgélation pour proposer des légumes secs bio précuits, surgelés et portionnables »

La diversification en fer de lance

La diversification de l’offre est aussi un levier pour augmenter la consommation.  « Pour répondre aux menus végétariens, il faut diversifier l’offre, estime Jacky Petiz, de l’entreprise de transformation Avenia, qui propose des galettes et tartinables de légumes secs bio, On peut proposer des lentilles corail, qui cuisent plus vite et ont une image plus moderne, des pois cassés, du houmous de haricot blanc, des boulettes, des fingers... sans aller toutefois jusqu’à l’ultra-transformation. Le prix reste toutefois un challenge compliqué. La Turquie va exporter plus de lentilles corail, il y a la concurrence du conventionnel... »

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes