Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

Sud-Ouest
[Salon de l'agriculture] La tomate de Marmande, marque collective... en attendant l’IGP

La marque collective Tomate de Marmande a été officiellement lancée sur sur le Salon de l’Agriculture le 25 février.

Danièle Marcon, productrice et présidente de la tomate de Marmande :  « Les producteurs sont demandeurs de cette marque collective pour créer de la valeur et rassurer le consommateur quant à son origine. L’objectif est de demander l’IGP d’ici deux-trois ans ».  © Julia Commandeur - FLD
Danièle Marcon, productrice et présidente de la tomate de Marmande : « Les producteurs sont demandeurs de cette marque collective pour créer de la valeur et rassurer le consommateur quant à son origine. L’objectif est de demander l’IGP d’ici deux-trois ans ».
© Julia Commandeur - FLD

Le dépôt à l’INPI de la marque avait été fait le 19 septembre 2019 et son enregistrement officiel le 19 décembre. Sur le Salon de l'agriculture, rappelant l’histoire de la tomate dans le Marmandais, Danièlle Marcon, présidente de la section tomate à l’AIFLG* et du collectif, précise : « Les producteurs sont demandeurs de cette marque collective pour créer de la valeur et rassurer le consommateur quant à son origine. L’objectif est de demander l’IGP d’ici deux-trois ans. Nous voulons faire vite car nous voulons capitaliser sur la mémoire collective et ce sont surtout les consommateurs seniors qui connaissent la marque ; et nous voulons sauver une filière d’industrie qui souffre de la concurrence étrangère. »

Selon une étude Ipsos pour le collectif, 65 % des Français connaissent la tomate de Marmande et les chefs lui reconnaissent des caractéristiques culinaires et organoleptiques. Et surtout, le consommateur rattache le terme « de Marmande » à l’origine et non au type variétal, point qui bloquait les démarches auprès de l’INAO.

Deux cahiers des charges : un pour le frais, l'autre pour le transformé

Marque réservée au collectif, elle regroupe la plupart des volumes avec 90 producteurs (dont une quinzaine en frais) pour 640 ha et 50 000 t en transformé et 2 000 t de bouche, sous les marques Clair&Vert, Rougeline, Val d’aure et la ferme de Jardiney pour le frais, et Les Jus de Marmande et Tomates d’Aquitaine (les deux usines de Terres du Sud) et Lucien Georgelin (confitures) pour le transformé.

Un cahier des charges pour le frais et un pour le transformé ont été mis en place : la tomate doit être produite dans la zone de Marmande (de Bergerac à Agen), en pleine terre, de mi-mai à fin octobre en PBI (protection biologique intégrée) et récoltée à maturité (et à la main pour le frais), ce qui implique la formation du personnel. La commercialisation des produits concerne le territoire national.

* Association des fruits et légumes du Lot-et-Garonne.

Marque réservée au collectif, elle regroupe la plupart des volumes des 90 producteurs en frais et transformé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

11400 ha de melons devaient être cultivés en France en 2020. Le bio et la Haute valeur environnementale (HVE) se développent. © Véronique Bargain - FLD
Le melon en recherche de valorisation
Melon haut de gamme, bio, sans pesticides, nouveaux types : alors que les surfaces baissent et que les prix stagnent, les…
Le désherbage par travail mécanique du sol et la tonte des lignes de plantation sont les deux méthodes alternatives déjà mises en œuvre par les arboriculteurs.  © RFL
Le CTIFL évalue l'impact du retrait du glyphosate
Le CTIFL a dressé un état des lieux technico-économique pour apprécier les enjeux du retrait du glyphosate en France. Des…
[Coronavirus Covid-19] La cerise des Monts du Lyonnais, davantage en barquette ?
Une belle récolte en qualité et en quantité est attendue. Les deux gros faiseurs de la cerise de Bessenay, Cerifrais et Chambe…
Pour Lionel Wolberg, PDG d’Organic Alliance, « pendant la crise du Covid-19, certains consommateurs sont venus pour la première fois en magasin bio et je pense qu’ils reviendront ».   © Organic Alliance
[Coronavirus Covid-19] L’activité d’Organic Alliance n’a pas été handicapée par la pandémie
Acteur historique de la distribution de fruits et légumes bio, Organic Alliance, né du regroupement ProNatura et Vitafrais, a…
[Coronavirus Covid-19] Les saisonniers européens peuvent venir travailler en France, sous conditions
[Article mis à jour le 26 mai 2020] Les saisonniers agricoles européens munis d'un contrat de travail en France sont…
(Photo d'illustration) La nouvelle légumerie emploiera des personnes en réinsertion professionnelle.  © Philippe Gautier - FLD
La légumerie Rhône Saône Légumes devrait ouvrir en 2021
Une nouvelle légumerie bio devrait bientôt voir le jour dans la région de Lyon. Elle s’adressera aussi bien à la restauration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes