Aller au contenu principal

Isère : Nuciculteurs et riverains ont signé une charte de bon voisinage

La filière nucicole iséroise a signé une charte de bon voisinage avec une association de riverains afin d’apaiser les tensions dans la vallée de l’Isère.

En Isère, les représentants de la filière noix et ceux des riverains du Sud Grésivaudan ont longuement négocié une charte de bon voisinage, sous l'égide des élus, pour apaiser les tensions sur le territoire. © M. Boilève-Terre Dauphinoise
En Isère, les représentants de la filière noix et ceux des riverains du Sud Grésivaudan ont longuement négocié une charte de bon voisinage, sous l'égide des élus, pour apaiser les tensions sur le territoire.
© M. Boilève-Terre Dauphinoise

La filière nucicole iséroise a officiellement signé, sous l’égide de la Chambre d’agriculture et du Département, une charte de bon voisinage avec l’association de riverains Noix nature santé (1). C’était pourtant loin d’être gagné avant la première réunion publique en février 2018. Yves Borel, le président du comité interprofessionnel de la noix de Grenoble, a fait le premier pas en lançant la rédaction d’un Guide des bonnes pratiques à l’usage des nuciculteurs, perçu par l’association Noix nature santé « comme un pas vers une réflexion sur l’utilisation des pesticides ». Pour avancer, chacun a essayé de comprendre le point de vue de l’autre.

Engagement et respect collectifs

Les professionnels ont ainsi accepté de « partir des attentes des riverains » et les représentants de Noix nature santé se sont efforcés de « comprendre les pratiques agricoles de l’intérieur », allant même jusqu’à participer aux journées techniques de la Senura, station d’expérimentation nucicole Rhône-Alpes. Les choses se sont peu à peu mises en place en mars dernier. « Nous avons commencé par la question des distances et les produits utilisés », précise Christian Nagearaffe, producteur de noix de Grenoble. La demande d’interdire les produits phytosanitaires à moins de 150 mètres des maisons s’est ainsi transformée en un engagement à « ne pas traiter les 50 premiers mètres autour de tous lieux habités […] avec des traitements phytosanitaires de synthèse ». En revanche, « les produits autorisés en agriculture biologique pourront être appliqués sur ces 50 premiers mètres, en excluant la première rangée […] qui ne subira aucune pulvérisation ». Si les nuciculteurs prennent ainsi « collectivement » des engagements, Noix nature santé, les riverains et les élus s’engagent de leur côté à respecter chacun les leurs (« conduire un dialogue constructif et courtois », « condamner les incivilités et le vandalisme », « respecter la propriété privée », « ne pas récolter les fruits », « saisir la cellule de médiation en cas de différends », etc). Il est également précisé que les élus devront désormais « prendre en considération la protection des riverains, sans pénaliser l’activité agricole ». Autrement dit arrêter d’octroyer des permis de construire dans certaines zones cultivées.

(1) Les « partenaires » signataires de la charte sont le Conseil départemental, la Chambre d’agriculture, le CING, Coopenoix, Sica Noix, la Senura et l’association Noix nature santé en tant que représentante des riverains

A lire aussi : Les zones de non-traitement riverains (ZNT), entre discorde et dialogue

                      Pesticides : apaiser les tensions avec les riverains

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le tomato leaf curl New Delhi virus (ToLCNDV) est un organisme de quarantaine au niveau européen, ce qui implique l’obligation de déclaration. © OEPP
Melon : le nouveau virus ToLCNDV sera à surveiller en 2021
Le tomato leaf curl New Delhi virus (ToLCNDV) a été identifié dans quatre parcelles de courgette du sud de la France en septembre…
L’idée d’une aquaponie «commerciale» a émergé en France au travers du programme de recherche de l' Itavi et divers projets privés.  © ITAVI
Un essai prometteur sur la culture de tomate en aquaponie
L’aquaponie produit des poissons et des légumes. Un essai de l’Itavi a permis de produire des tomates sans apport d’engrais…
« 20% des légumes sont destinés aux restaurants qui pourront notamment valoriser les légumes non vendables en frais », expliquent Maxime Lefebvre (à gauche) et Christophe Godineau.   © Véronique Bargain - FLD
Maraîchers et restaurateurs créent une coopérative à Nantes
En région nantaise, les salariés d’un restaurant et des maraîchers ont créé une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif)…
plateforme frais er local
Lancement de la plateforme « Frais et local »

A l’occasion de ses vœux à la presse le 12 janvier, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a présenté la…

Le Synabio veut aller plus loin que la réglementation
Le Synabio a publié dix-neuf indicateurs de progrès pour que les entreprises aillent plus loin que la réglementation en termes de…
L’image de Bonduelle au plus haut sur les réseaux sociaux

Agence conseil en stratégies de contenus, Ultramedia édite un baromètre qui classe les plus grandes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes