Aller au contenu principal

Face à la hausse des charges, un endivier normand a choisi de baisser ses volumes de production

Les frères Decaen produisent des endives à Cambes-en-Plaine, dans le Calvados. En cette période où les charges explosent, où le système d’économies d’échelle a été poussé au maximum, Sylvain, l’un des deux frères, décrit un système à bout de souffle.

Pour compenser les hausses de charges, Sylvain Decaen doit augmenter son chiffre d’affaires de 18 000 € par mois.
Pour compenser les hausses de charges, Sylvain Decaen doit augmenter son chiffre d’affaires de 18 000 € par mois.
© J. Pertriaux

À quelques jours du début « du gros de la saison » de la production d’endive, Sylvain Decaen fait ses comptes et déroule les chiffres validés avec son comptable. Poste par poste : +40 000 € d’engrais en deux ans ; +3 500 € de semences ; +5 000 € de produits phytosanitaires ; +54 000 € sur le poste emballage en dix-huit mois à volume égal ; +40 000 € de transport et +5 000 € de GNR pour l’exploitation ; +37 000 € sur le poste main-d’œuvre à la suite de l’augmentation du Smic (chiffres à 20 ETP) et +30 000 € sur l’embauche en intérim. Le total avoisine +215 000 €. Pour compenser, Sylvain Decaen estime qu’il doit augmenter son chiffre d’affaires de 18 000 € par mois. « Cela devient compliqué de travailler, mais depuis le début de la saison nous arrivons néanmoins à tenir cet objectif. »

Quant à la question de l’augmentation du gaz et de l’électricité, Sylvain reconnaît que c’est un poste important qu’il arrive à assumer aujourd’hui, ayant signé un contrat bloquant ses tarifs pour encore deux ans. Et puis le monde de l’endive a voulu miser sur les économies d’échelle, souligne Sylvain Decaen. « Sauf que cela marche quand on peut écraser les charges. Mais aujourd’hui les charges représentent 50 % du coût de revient et elles augmentent de 10, 20, voire 30 % », constate-t-il, amer.

Des contraintes réglementaires

Alors, il a choisi de baisser ses volumes de production : « -20 % en deux ans. On est passé de 1 800 tonnes à 1 500 tonnes. On ne peut pas aller en dessous pour continuer d’amortir les charges de structure ». À cela s’additionnent les contraintes réglementaires. Celles sur les produits phytosanitaires, d’abord, avec le retrait de certains d’entre eux et pour lesquels il n’y a pas de solution de substitution. Et celles sur les emballages. « L’interdiction des plastiques est prévue pour le 31 décembre 2024. Or, nos emballages permettent une conservation longue durée. Je ne vois pas comment les remplacer. Les politiques nous envoient à l’abattoir. »

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes