Aller au contenu principal
Font Size

Expérimentation : La Pugère se projette dans l’avenir

Avec le renouvellement de sa présidence, une intégration au CTIFL qui se profile, et davantage de diversification dans ses programmes, la station d’expérimentation de La Pugère ouvre une nouvelle période.

La Pugère va s’ouvrir plus largement à des productions comme l’amande, mais aussi potentiellement la pistache ou la prune. © E.Delarue
La Pugère va s’ouvrir plus largement à des productions comme l’amande, mais aussi potentiellement la pistache ou la prune.
© E.Delarue

Après plusieurs années délicates sur le plan financier, la station d’expérimentation fruitière de La Pugère est aujourd’hui bien résolue à repartir de l’avant. Sa nouvelle présidente, Marianne Di Costanzo, productrice de fruits à noyau et à pépins depuis une dizaine d’années à Eyragues (Bouches-du-Rhône), ambitionne de permettre à la station régionale de « rester la référence pour la qualité de ses essais, en adéquation avec son terroir. »

A l’occasion de l’assemblée générale annuelle de la structure qui s’est tenue en visioconférence en juin dernier, Marianne Di Costanzo a indiqué vouloir s’investir pour « continuer les essais et pérenniser La Pugère en menant une restructuration interne des postes et des responsabilités, et surtout, en développant les partenariats financiers avec les demandeurs d’expérimentation. »

Cap sur la diversification

La station entend poursuivre ses partenariats techniques grâce auxquels elle peut mettre en place des expérimentations à grande échelle, sur son site ou en d’autres lieux. Cela va notamment passer par une diversification des espèces sur lesquelles la station va travailler. Essentiellement centrée sur les productions emblématiques du bassin, la pomme et la poire, « La Pugère va s’ouvrir plus largement, comme l’expriment les besoins des professionnels, à des productions comme l’amande, mais aussi potentiellement la pistache ou la prune ». Dans ses programmes, La Pugère va continuer à mener des essais variétaux, sur la conduite et les techniques culturales, mais aussi plancher sur les solutions nécessaires pour assurer la compétitivité des exploitations, et s’employer à répondre aux exigences du changement climatique. Les travaux sur les ombrières photovoltaïques, qui ont débuté l’an dernier, en font partie. « Les changements qui s’opèrent sur les marchés, et le bouleversement climatique qui bouscule aussi les maladies potentielles, nécessitent que l’on puisse apporter des idées et des solutions viables, et des données techniques sûres à la profession », ajoute Marianne Di Costanzo. Les arboriculteurs doivent aussi avoir des moyens de répondre, par exemple, à la problématique du feu bactérien ou à l’émergence de la punaise diabolique dans les vergers. Pour conserver sa position régionale, la qualité de ses essais et sa proximité avec les arboriculteurs, la station souhaite aussi mener à bien son partenariat avec le CTIFL. Le dossier de cette nouvelle intégration de l’expérimentation régionale est toujours à l’étude.

 

A lire aussi :

Les paillages en verger à l’essai à La Pugère

Expérimentation : La Pugère sort de la zone d’ombre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
 © RFL
Moins travailler les sols agricoles pour une meilleure fertilité
La conservation des sols fait des émules. De plus en plus de producteurs, chercheurs et conseillers préconisent de ne pas…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes