Aller au contenu principal

Projet Palvip : « Evaluer l'impact des produits de biocontrôle sur l'environnement »

L'équipe Palvip de l'UPVD est composée de Mélina Ramos, de ses encadrant Pr Cédrid Bertrand et Dr Marie-Virginie Salvia, et de Hikmat Ghosson (doctorant).

Témoignage de Mélina Ramos, doctorante au Criobe – Université de Perpignan Via Domitia (UPVD).

« Il manque certaines références sur les produits de biocontrôle (PB), à la fois sur leur efficacité technique et sur leur profil écotoxicologique. C’est dans ce cadre que s’inscrit le projet Palvip (Protection alternative des productions végétales interrégionales pyrénéennes). Il associe des universités et des structures techniques basées en Catalogne et Roussillon pour évaluer les PB sélectionnés en développement chez les PME locales partenaires. Les PB sont étudiés selon leur efficacité, leur impact environnemental et leur effet sur les plantes traitées. Dans le cadre du projet, l’UPVD développe la partie « étude d’impact environnemental ». La méthode classique d’évaluation d’impact d’un produit phytosanitaire consiste à la détermination de sa demi-vie (t1/2). Cette méthodologie est peu adaptée aux PB, qui peuvent être des mélanges complexes. De plus, la demi-vie ne donne aucune information quant à la formation de produits de dégradation ainsi que les impacts des produits sur la biodiversité. C’est pourquoi nous utilisons l’approche EMF (Environmental metabolic footprinting, Empreinte métabolique environnementale) récemment mise en place au laboratoire. L’EMF permet d’étudier à la fois le xénométabolome (l’ensemble des métabolites du PB et de tous ses produits de dégradation) et le métabolome endogène à la matrice (l’ensemble des métabolites de la plante et de ses micro-organismes associés). L’étude cinétique de tous les métabolites peut donc nous donner le temps de résilience du produit, c’est-à-dire le temps nécessaire à la dissipation du PB et de ses effets sur la matrice. Le délai zéro résidu pourra également être déterminé : il correspond au temps nécessaire à la dissipation de l’ensemble des résidus du produit. Nous avons choisi de travailler sur vigne et plus particulièrement sur le suivi des PB sur feuilles de vigne. Les vignes ont été traitées contre l’oïdium avec deux fongicides de biocontrôle : Akivi (Akinao) à base d’extrait de plante et Bestcure® (Futureco Bioscience) à base d’extrait d’agrumes, ainsi qu’un produit de biocontrôle supposé stimulateur de défenses naturelles : Bacillus UdG (Université de Gérone) à base de Bacillus amyloliquefaciens. Nous avons prélevé des feuilles à différents moments entre deux traitements pour effectuer une cinétique de dégradation des produits. Il est prévu dans le projet d’étendre ces analyses à d’autres matrices que les feuilles de vigne comme la peau de pêche ou le sol. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

PVM Ribégroupe
Le Réseau Ribé accueille PVM dans ses rangs

PVM (Parmentière de la Vallée de la Mauldre) a rejoint Le Réseau Ribé (RibéGroupe) au 1er Octobre. Entreprise…

Sept producteurs drômois relancent la filière amande française
Réunis au sein de la Cuma des 4SA, les producteurs ont investi 750 000 € dans une casserie de taille industrielle afin que l’…
Tech & Bio 2021 a démarré pour trois jours
Le salon Tech & Bio a lieu du 21 au 23 septembre 2021 dans la Drôme. 80 conférences et 100 ateliers sur les techniques…
Emballage plastique : le décret paraît, l’aventure commence…
Cette fois, c’est fait : le décret précisant les modalités de la suppression des emballages plastiques pour les fruits et légumes…
Maroc-UE : la Cour de justice de l’Union européenne annule l’accord agricole qui reste néanmoins « en vigueur pour un certain temps »

Le 29 septembre, la Cour de justice de l'Union européenne a annulé les décisions du Conseil relatives, à l’accord…

Biocoop s’engage dans la filière amande drômoise
En s’engageant en volume et prix pour au moins cinq ans, le distributeur a assuré une visibilité à la Cuma des 4SA, lui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes