Aller au contenu principal

Tomate transformée : les organisations de producteurs réclament une meilleure valorisation

Selon les OP de la filière tomate industrie, la valorisation de la tomate n'est pas alignée sur les coûts engendrés. Elles appellent à une augmentation des prix.

© RFL

« Il ne faut que quelques centimes d’euros pour redonner une viabilité économique à toute une filière de production de tomate destinée à la transformation », clament les Organisations de producteurs de la filière tomate industrie, qui appellent à plus de responsabilité dans les négociations entre leurs partenaires et la grande distribution. « Une augmentation des prix par la grande distribution de 2 à 3 centimes par kilogramme de ketchup ou de sauce permettrait à l’ensemble des acteurs de la filière Tomate transformée de pérenniser leurs outils de production agricole, de transformation agroalimentaire, et de renouveler ainsi les générations tout en garantissant la qualité et la souveraineté alimentaire française exprimées et attendues par tous », assurent les organisations dans un communiqué.

Selon elles, « la valorisation de leur tomate n’est pas alignée sur les coûts engendrés ». En effet, la rémunération actuelle est en complet décalage avec leurs engagements notamment ceux vers la transition agroécologique qui ont nécessité des investissements forts, et dans un contexte de plus en plus fréquent d’aléas climatiques. Au niveau des consommateurs, qui mangent 3 à 5 kg de sauces tomates et ketchup par personne et par an, l’augmentation représenterait 10 à 15 centimes par an.

A lire aussi : « La filière des légumes industrie est concentrée pour assurer la continuité alimentaire »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
Entre Le Marché de Léopold et les Comptoirs de la Bio, c’est fini !
Le Marché de Léopold table désormais sur son modèle actionnarial et opérationnel pour assurer son développement.
bananes équitables en rayon
100 % certifiées et projets pilote en production : comment Lidl s’engage pleinement pour la banane ?
Biodiversité, rémunération, environnement, pesticides… Lidl France s’est engagé dans la responsabilisation de ses filières de…
Pommes de terre bio : « Il est urgent de relancer la consommation !»
La baisse de consommation et les incertitudes sur les rendements amènent certains opérateurs à se désintéresser de la pomme de…
Légumes de France appelle son réseau à effectuer des relevés de prix et d'origine en magasins
Le syndicat Légumes de France veut vérifier les prix pratiqués en magasin, ainsi que la place des productions françaises vis-à-…
« On observe moins de pucerons sur pommier en présence de romarin »
Sylvaine Simon, ingénieure de recherche INRAE, expose les résultats d'un essai mené dans un verger de pommiers bio, visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes