Aller au contenu principal

Fruits & Légumes : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière fruits & légumes, de la production à la distribution

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

Pommes 
Pommes bio : développer un marché prometteur sans « perdre son âme »

Restauration collective, GMS : le marché de la pomme bio se développe. Mais pour faire face à la demande, une plus grande organisation entre opérateurs est nécessaire.

Lors du Sival, s'est tenue une conférence sur le développement du marché de la pomme bio. La table ronde a permis d’évoquer les moyens de répondre à une demande en progression, aussi bien en distribution que dans le secteur de la restauration.

Selon l’Agence bio, la production de pommes bio en 2018 a été de 56 665 t. Si l’essentiel des tonnages passe par le stade détail (plus de 52 000 t), la restauration collective (4 500 t) demeure un marché appréciable et surtout exigeant. Pour Stéphane Bonneau, directeur des achats TerreAzur Pays de Loire (Pomona), « Il faut être à même de répondre aux demandes du client. En restauration collective, il peut s’agir de servir entre 10 000 et 15 000 repas par jour. Cela entraîne une volumétrie forte et des besoins définis : pour les plus jeunes convives, il faut une pomme de calibre 95/115. Plus grosse, elle risque d’être délaissée créant du gâchis ».

Il préconise la mise en place de contrats tripartites (producteur, grossiste, client). Il faut aussi regarder du côté de la GMS. « Son développement est avéré sur ce créneau mais elle est surtout en train de passer d’une stratégie « préemballé » à la création de véritables ilots dédiés de ventes en vrac », note Stéphane Bonneau.

Pour Éric Le Chat, responsable des jus de fruits bio Nature de Pommes (Groupe Pom’Evasion), « le marché est fractionné et demande de nouvelles offres. Aujourd’hui, un consommateur qui veut 15 cl de jus de pommes bio ne doit pas avoir à faire 2 km pour ne trouver qu’un format 1 litre dans son magasin ».

Évidemment, répondre à un tel marché demande une offre conséquente mais il ne faudrait pas passer pour autant en surrégime. « Attention à ne pas basculer dans la surproduction qui serait nuisible aux prix rendus aux producteurs. Déjà 2020 s’annonce comme une grosse année de production alors que le marché reste à organiser. Cependant, même si le monde du bio y est réticent, il ne faudrait pas avoir peur de se tourner vers des opérateurs de poids », avertit Michel Delhommeau, directeur général des Coteaux Nantais.

« Attention à ne pas basculer dans la surproduction », avertit Michel Delhommeau (Coteaux Nantais).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Les feuilles atteintes de cylindrosporiose présentent des petites taches violacées arrondies. © Estación Fitopatolóxica Do ...
Cerise : observer le feuillage pour surveiller la cylindrosporiose
Si en 2019 la cylindrosporiose a été moins présente dans les vergers, en raison de conditions climatiques remarquables par leur…
Lors de l'opération « Truffe, une planète à explorer » à Valence, les 25 et 26 janvier, la truffe noire de la Drôme s'est vendue autour de 90 € les 100 g.  © Pierre-Louis Berger - FLD
Drôme : Une truffe plus rare et plus chère
La récolte 2019-2020 de truffes noires dans la Drôme est environ de 15 t. Une baisse expliquée, entre autres, par la sécheresse.
fruit logistica 2020
[Fruit Logistica 2020] Berlin et coronavirus : une déclaration à remplir

Dernière minute :

Conformément à l'ordre des autorités sanitaires de la ville de Berlin, tous les participants à Fruit…

[Fruit Logistica 2020] Une nouvelle signature pour Prince de Bretagne

Retour aux sources pour Prince de Bretagne qui a fêté officiellement ses 50 ans le 5 février sur le Salon Fruit Logistica à…

Avec la chapelle octroyée par la ville de Nantes, Le Champignon urbain entend commercialiser, en 2020, 7 t de champignons en circuits courts.  © Le Champignon urbain
Nantes : une chapelle pour Le Champignon urbain

Lancé en 2018 par Romain Redais, Philippe Girard et Camille May, Le Champignon urbain a pour objet la culture de…

Virus de la tomate : premier cas en France
L’AOPn Tomates de France et les producteurs de Légumes de France rappellent qu'il s'agit d'un virus végétal, sans impact sur l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes