Aller au contenu principal

Pommes 
Pommes bio : développer un marché prometteur sans « perdre son âme »

Restauration collective, GMS : le marché de la pomme bio se développe. Mais pour faire face à la demande, une plus grande organisation entre opérateurs est nécessaire.

Lors du Sival, s'est tenue une conférence sur le développement du marché de la pomme bio. La table ronde a permis d’évoquer les moyens de répondre à une demande en progression, aussi bien en distribution que dans le secteur de la restauration.

Selon l’Agence bio, la production de pommes bio en 2018 a été de 56 665 t. Si l’essentiel des tonnages passe par le stade détail (plus de 52 000 t), la restauration collective (4 500 t) demeure un marché appréciable et surtout exigeant. Pour Stéphane Bonneau, directeur des achats TerreAzur Pays de Loire (Pomona), « Il faut être à même de répondre aux demandes du client. En restauration collective, il peut s’agir de servir entre 10 000 et 15 000 repas par jour. Cela entraîne une volumétrie forte et des besoins définis : pour les plus jeunes convives, il faut une pomme de calibre 95/115. Plus grosse, elle risque d’être délaissée créant du gâchis ».

Il préconise la mise en place de contrats tripartites (producteur, grossiste, client). Il faut aussi regarder du côté de la GMS. « Son développement est avéré sur ce créneau mais elle est surtout en train de passer d’une stratégie « préemballé » à la création de véritables ilots dédiés de ventes en vrac », note Stéphane Bonneau.

Pour Éric Le Chat, responsable des jus de fruits bio Nature de Pommes (Groupe Pom’Evasion), « le marché est fractionné et demande de nouvelles offres. Aujourd’hui, un consommateur qui veut 15 cl de jus de pommes bio ne doit pas avoir à faire 2 km pour ne trouver qu’un format 1 litre dans son magasin ».

Évidemment, répondre à un tel marché demande une offre conséquente mais il ne faudrait pas passer pour autant en surrégime. « Attention à ne pas basculer dans la surproduction qui serait nuisible aux prix rendus aux producteurs. Déjà 2020 s’annonce comme une grosse année de production alors que le marché reste à organiser. Cependant, même si le monde du bio y est réticent, il ne faudrait pas avoir peur de se tourner vers des opérateurs de poids », avertit Michel Delhommeau, directeur général des Coteaux Nantais.

« Attention à ne pas basculer dans la surproduction », avertit Michel Delhommeau (Coteaux Nantais).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

En avril 2021, les trois logos GGN originels seront fondus en un seul et unique visuel. © Capture d'écran de ...
Avec son label GGN, GlobalGap veut s’adresser aux consommateurs
Lancé mondialement au second semestre 2021, le label GGN apparaîtra sur les emballages des fruits et légumes engagés dans la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes