Aller au contenu principal

Début de campagne
Pomme : tous les indicateurs sont au vert

L’ANPP a lancé officiellement la campagne pommes-poires le 29 août à Paris. Les perspectives françaises, surtout au vu des estimations européennes, sont bonnes.

Daniel Sauvaitre, président de l’ANPP, s’est réjoui « d’un début de campagne déjà dynamique, notamment sur le maritime ».
© Julia Commandeur - FLD

De très belles perspectives. C’est le mot à utiliser si l’on devait résumer ce qui a été dit lors du lancement de campagne pommes de l’ANPP le 29 août. Reprenant et actualisant les analyses dévoilées à Prognosfruit, Vincent Guérin, économiste à l’ANPP, rappelle qu’une faible récolte européenne est prévue (10,6 Mt, stable en Europe de l’Ouest, en forte baisse en Europe de l’Est), avec une bonne qualité gustative et des calibres inférieurs. En parallèle, avec 1,652 Mt (contre 1,521 Mt en moyenne 10 ans), la France présente un bon potentiel de production si aucun aléa climatique ne vient perturber la campagne. « La qualité visuelle des fruits est belle, avec peu de défauts, et la qualité gustative est optimale avec un taux de sucre élevé. Les calibres sont prévus légèrement inférieurs. »

De bonnes nouvelles donc, auxquelles il faut ajouter l’aspect variétal. L’ANPP s’est livré à un petit exercice en calculant les volumes prévus pour les variétés dites internationales (celles concernées par les échanges, comme Golden, Gala, Granny,…), les variétés marketées (clubs), et les autres variétés (de terroirs, qui ne sortent pas de leur marché). En France, les variétés dites internationales sont attendues à 1,2 Mt, en hausse de 6 % (comparé à la moyenne 2015-2016-2018) alors que pour l’Europe, c’est une baisse de 8 % qui est prévue. « C’est une vraie opportunité pour la France ! ». Les variétés club devraient continuer leur progression, à la fois en France (+27 %) et en Europe (+31 %), « nouvelles plantations obligent » et les variétés terroirs en France sont en déficit, avec une baisse de 11 %.

Daniel Sauvaitre, président de l’ANPP, s’est réjoui « d’un début de campagne déjà dynamique, notamment sur le maritime [grand export, NDLR] », surtout vers l’Extrême-Orient qui est demandeur. Les volumes des producteurs d’Hémisphère Sud, qui concentrent leurs efforts sur ces marchés émergents ont été consommés. La campagne française devrait donc rester équilibrée sur la durée, et après deux années limitées en quantité, cette récolte devrait permettre de répondre aux besoins de tous les marchés.

 

Et aussi .... Et aussi .... Et aussi .... Et aussi .... Et aussi .... Et aussi ....

 

L'engagement des pommes et des poires

La filière est engagée, et pas que dans Vergers Ecoresponsables (lire ici). D'ailleurs, le label Vergers Ecoresponsables fait sa comm' (lire ici) et annonce un partenariat avec Materne (lire là).

 

Poires : une faible récolte française

La récolte française de poires est prévue à 115 000 t. Il s’agit d’une petite récolte comparée à la moyenne sur dix ans (151 000 t). Toutes les variétés sont concernées par la baisse. Même tendance en Europe, avec une des plus faibles récoltes de la décennie, comme annoncé à Prognosfruit : la France est prévue à -19 % (comparé à la moyenne 2015-2016-2018), l’Europe du Nord à -4 %, l’Europe du Sud à -17 % (l’Italie surtout est fortement impactée) et l’Europe de l’Est à -3 % (mais peu d’influence sur nos marchés). La récolte européenne devrait être normale en Conférence. Abate (-33 %) et Williams (-15 %) sont estimées en baisse et la Rocha (+11 %) devrait retrouver un niveau satisfaisant.

 

Compotes : demande de pommes en hausse

La demande des compotiers français serait en hausse, selon l’ANPP. Environ 20 % de la récolte française leur est destinée. Concernant l’origine des pommes, l’ANPP note une érosion des contrats, une hausse des marchés libres origine France, et une augmentation de l’import de pommes fraîches destinées à la transformation en France. Pour cette année, les besoins de l’industrie en pommes sont estimés à 320 000 t, dont 230 000 t pour les compotiers. L’offre française étant attendue à la hausse, l’ANPP a appelé les transformateurs à favoriser l’origine nationale.

 

Pommes-poires : consommation en baisse

Selon les données Kantar relayées par l’ANPP, la consommation en France de pommes est aujourd’hui de 5,73 kg/an/personne (-18,7 % entre 2009 et 2019 !). En poires, à 1,80 kg/an/personne, la baisse est de 17,9 %. « Pour deux poids lourds du rayon, perdre 1 à 2 % de consommation, c’est un fait important », s’est inquiété Vincent Guérin, économiste à l’ANPP.

Les plus lus

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

« Il n’y aura pas de dérogation pour ces molécules », a confirmé la ministre déléguée, malgré l'insistance des professionnels.
Endive : « il n’y aura pas de dérogation » pour les trois molécules qui vont être retirées, prévient la ministre Agnès Pannier-Runacher

Les producteurs d’endives restent sans solution, ni espoir de dérogation, pour désherber et lutter contre les pucerons, suite…

Pomme : la nouvelle variété Soluna, petite sœur de Pink Lady, et sa robe bordeaux à la conquête du marché français ?

Soluna est une nouvelle variété de pomme sous marque par TopStar. Les Australiens ont réalisé une première saison commerciale…

À la reprise de l'exploitation, Simon Mermet a fait une étude économique avec les conseillers de Sicoly et a été accompagné dans ses choix.
« J'ai repris une exploitation fruitière hors cadre familial »

Depuis quatre ans, Simon Mermet s’est installé, en hors cadre familial, dans les monts du Lyonnais. Une transmission bien…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes