Aller au contenu principal

Pomme et technologies numériques : la combinaison du futur ?

Le congrès Interpoma 2024 aura pour fil rouge la digitalisation du verger et les nouvelles technologies. Les annonces de l’édition à venir ont été faites sur Fruit Logistica.

Comment les technologies numériques peuvent-elles augmenter la durabilité des productions ? Comment de nouvelles applications peuvent influencer la production, la planification de la récolte, le contrôle qualité des pommes sur l’arbre ou en stockage ? C’est la question que posera la prochaine édition du congrès Interpoma -la 13e- du 21 au 23 novembre 2024 à Bolzano en Italie. 

« La digitalisation et les nouvelles technologies ont déjà un impact sur la production et la commercialisation des pommes. Alors que de nouveaux défis tombent sur le chemin des producteurs tous les mois, il s’agit de relier tout le monde à Interpoma et voir ce qui est déjà en place et ce qui est possible dans le futur quant aux technologies numériques », souligne Giulia Montanaro, brand manager Interpoma, lors de la conférence de lancement de l’édition 2024 le 7 février sur Fruit Logistica.

 

Attirer les jeunes dans la pomiculture grâce à la technologie

Ce fil rouge de la digitalisation sera l’objet de la 2e conférence du congrès, le deuxième jour : le verger de pommes du futur, en lien avec les innovations engendrées notamment par le développement des technologies numériques, l’intelligence artificielle« Nous voyons les technologies numériques comme un outil pour faire face aux nouveaux défis dans la production de pommes », confirme Walter Guerra, coordinateur du congrès Interpoma, évoquant les essais et technologies déjà là, des laboratoires vivants dans lesquels sont testés la robotique, de nouveaux capteurs, l’intelligence artificielle

Les NBT en débat 

Interpoma 2024 mettra aussi en débat, le 1er jour, les nouvelles technologies de sélection et les évolutions génétiques : "Les NBT représentent-ils une réelle opportunité pour la filière pomme ?". « C’est la deuxième fois qu’Interpoma abordera ce thème. Après 24 ans, il est temps d’y revenir car le débat suscite toujours autant d’intérêt, avec des avancées technologiques et réglementaires en cours et à venir, s’enthousiasme Walter Guerra, coordinateur du congrès Interpoma. On a déjà commencé les OGM aux Etats-Unis. Il y a des sceptiques, et c’est important de les faire venir autour de la table des débats. » Et de conclure : « Les progrès en matière de recherche variétale se doublent de plus en plus souvent de l’aide offerte par les technologies numériques, intelligence artificielle en tête. »

Plus qu’un congrès, Interpoma se veut une expérience à 360°. « C’est un écosystème pour changer et faire évoluer la filière », revendique Thomas Mur, directeur de Fiera Bolzano, rappelant la présence des universités et de la recherche, en plus des producteurs. Le verger digital sera aussi le thème des Interpoma Awards (pour mémoire, l’eau était le thème de la précédente édition). 

« On veut attirer les jeunes générations dans la pomme et nous pensons que ce thème leur fera écho », affirme Walter Guerra.

 

« Des perspectives positives » pour la pomme et pour Interpoma

Georg  Kössler, président de VOG (association des coopératives de producteurs de fruits du Sud-Tyrol) a souligné « une perspective positive » pour Interpoma mais aussi pour le secteur des pommes. « C’est le bon moment, ici sur Fruit Logistica, de lancer Interpoma 2024. » Georg Kössler a rappelé que la dernière édition en 2022 a été un succès, et en particulier « les jeunes ont apprécié le congrès l’année dernière ».

Ce rendez-vous bisannuel qui rassemble des professionnels du secteur de la pomme du monde entier affiche des chiffres qui laissent augurer une nouvelle édition record, après les excellents résultats de 2022 : 490 entreprises venant de 18 pays et plus de 16 000 visiteurs de 70 nations différentes, le tout dans un espace d’exposition de 25 000 m2. 

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes