Aller au contenu principal

Pomme de terre : après les pluies et les inondations dans le Nord-Ouest de l’Europe, quels sont les motifs d’inquiétude ?

La récolte de pomme de terre est retardée dans le Nord-Ouest de l’Europe. La filière est dans le flou quant aux quantités qui pourront être effectivement arrachées et leur qualité. Les prix sont déjà en hausse. Le NEPG est aussi préoccupé par la disponibilité probablement faible en plants de pomme de terre pour le printemps 2024. Le NEPG appelle à la prise en compte de la hausse des coûts et des risques dans les contrats à venir.

La récolte dans le Nord-Ouest européen était annoncée à 23,6 millions de tonnes. Le NEPG estime qu'il reste encore 1,4 million de tonnes en terre.
© Ilo de Pixabay

Le NEPG avoue être dans le flou concernant la campagne en cours, suite aux importantes précipitations des dernières semaines dans le Nord-Ouest de l’Europe. Il reste encore beaucoup de pommes de terre à récolter. Inondations ou terres saturées en eau, jusqu’à 250 mm de pluie à mi-novembre dans différentes régions… Le Nord de la France, l'Ouest de la Belgique et les régions côtières des Pays-Bas ont été les plus touchés.

 

Encore 1,4 million de tonnes en terre

Pourtant, comme le précise le groupe des producteurs de pomme de terre du nord-ouest européen (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas) les rendements en pommes de terre ont été généralement bons, avec une moyenne de 45,8 tonnes/hectare dans l’UE-4 (+6,3 % sur un an). Compte tenu de la hausse des surfaces, la production totale de l’UE-4 est estimée à 23,6 millions de tonnes (22,9 millions de tonnes en 2021, année “comparable”). 

« Pour l'instant, environ 22,2 millions de tonnes semblent avoir été récoltées, précise le NEPG dans un communiqué fin novembre. Il reste donc environ 1,4 million de tonnes dans les champs. Le NEPG ne se prononce pas sur la quantité qui sera encore récoltée, mais une partie de la récolte est définitivement perdue. »

La plupart des surfaces restant à récolter se trouvent aux Pays-Bas (15 %) et en Belgique (11 %). Les coûts engendrés (récolte, lavage, séchage et stockage) sont largement plus élevés que la normale. 

 

Les prix déjà en hausse face à l'incertitude de la qualité

Les producteurs s’inquiètent de la qualité des surfaces non récoltées. Certaines pommes de terre ne sont pas récoltables ; d’autres qui seront récoltées pourraient connaître des problèmes de qualité. Certains contrats ne seront pas livrés, affirme le NEPG. 

Côté marché et prix, l’offre désormais en disponibilité réduite entraîne de fortes hausses de prix sur le marché libre, de 8 €/q à 20 €/q en quelques semaines. La demande de pommes de terre saines et sèches est élevée, tant pour l'industrie que pour l'exportation. « Il n'y a aucune raison pour que les prix baissent à long terme. La livraison anticipée des contrats pourrait même entraîner des manques à long terme (printemps 2024) », estime le NEPG.

« 2023 nous rappelle que la production de pommes de terre devient de plus en plus difficile, risquée, coûteuse et stressante. » Le NEPG appelle à ce que les contrats pour la saison à venir doivent tenir compte de la hausse des risques et des coûts.

 

Inquiétudes aussi en ce qui concerne la disponibilité en plants (NEPG)

En production de plants, il y a moins d'hectares (94 100 ha, - 6,6 % par rapport à 2022), moins de tubercules et des tubercules plus gros que d'habitude dans le Bénélux, en France, en Allemagne, au Danemark et en Écosse. Les déclassements plus élevés de plants conduiront à une diminution d’environ -20 % de la disponibilité en plants pour 2024. Les producteurs de plants de pommes de terre devraient être les premiers à bénéficier des augmentations de prix annoncées pour le plant.

Les plus lus

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Face à la sécheresse, comment l'agriculture des Pyrénées-Orientales envisage sa gestion de l'eau ?

Face au manque d’eau, à l’amenuisement des réserves et à la sécheresse prolongée, les Pyrénées-Orientales se concertent pour…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes