Aller au contenu principal
Font Size

Paca : la tomate industrie a repris des couleurs en 2019

Avec des volumes au rendez-vous et les contrats remplis, la tomate industrie retrouve ses couleurs. Et le bio gagne toujours du terrain.

Avec 154 240 tonnes livrées, les contrats ont été remplis cette année sur le territoire français. © DR
Avec 154 240 tonnes livrées, les contrats ont été remplis cette année sur le territoire français.
© DR

La campagne 2019 n’a rien à voir avec la précédente. Au niveau national, 154 240 tonnes auront été livrées aux usines de première transformation, pour un total contractualisé de 153 000 t. Avec un peu plus de 100 000 t, le grand Sud-est représente les deux tiers de la production nationale. Les premières tomates destinées à l’industrie ont commencé à être récoltées autour du 25 juillet. Les producteurs ont dû négocier deux épisodes de canicule, sur la fin juin et la mi-juillet. « Nous n’avons pas observé de perte de production. Mais les fortes températures ont généré un blocage de la végétation dans son ensemble. Avec les problèmes du printemps, cela a contribué à décaler un peu la maturation », détaille Robert Giovinazzo, ingénieur responsable technique de la Sonito (Interprofession nationale de la tomate destinée à la transformation). Le bio continue à augmenter à la demande des industriels. Les surfaces représentent aujourd’hui 17 % des surfaces au niveau national et 13 % dans le Sud-est. Sur un total de 2 220 ha, la tomate d’industrie bio représente 372 ha, contre 275 ha l’an passé.

Une qualité très satisfaisante

Les rendements ont été autour de 74 t/ha en conventionnel au niveau national. Le bio a atteint 48 t/ha. En Paca, le rendement est encore meilleur : 80 t/ha en conventionnel, et 49 t/ha en bio. « La qualité est aussi très satisfaisante cette année avec un degré-brix proche de 5, ce qui est très intéressant pour élaborer des produits de basse concentration », souligne Robert Giovinazzo. Ainsi, au final en France, après 140 000 t en 2018 et 154 000 t cette année, l’ambition de l’interprofession est de retrouver, comme les années précédentes, des volumes qui flirtent avec les 200 000 t.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes