Aller au contenu principal

Lot-et-Garonne : des kiwis cultivés sous une serre photovoltaïque

Jean-Michel Aurières, arboriculteur dans le Tarn-et -Garonne loue les serres photovoltaïques de Reden Solar pour produire du kiwi rouge.
© RFL

C’est sous une serre verre photovoltaïque appartenant à Reden Solar que Jean-Michel Aurières a voulu développer son activité kiwi. Producteur à Golfech dans le Tarn-et-Garonne sur 174 ha, il exploite déjà depuis quatre ans, sept hectares de kiwi vert Hayward en agriculture biologique. Suite à sa rencontre avec Reden Solar qui cherchait un producteur expérimenté pour exploiter sa serre de Boé (Lot-et-Garonne), l’arboriculteur se lance dans l’aventure du kiwi rouge sous serre photovoltaïque. « Le kiwi étant une plante de mi-ombre, sa culture sous serre photovoltaïque est idéale », insiste Jean-Michel Aurières. Les neuf hectares de serre qu’il loue  sont de type Venlo. Elles sont orientées sud-nord, la partie sud étant couverte par les panneaux. Leur construction a coûté 15 millions d’euros et elles produisent 10 Mégawatts/an. Les rangs sont implantés parallèlement aux chéneaux et les arbres conduits en pergola. « Cette variété rouge, encore sans nom commercial, développée par la marque italienne Summerkiwi, est extrêmement sensible à la PSA, explique le producteur. En plein champ, le verger doit être arraché au bout d’un an. Elle ne peut se produire que sous-serre. » Avec cette variété, Jean-Michel Aurières est un précurseur, il est pour le moment le premier en France à la produire et le plus gros producteur en Europe. « J’ai implanté ce verger début 2018, et nous allons obtenir notre première récolte cette année. On espère récolter 6 à 7 t/ha. » Une montée en production très rapide par rapport au plein champ, où il faut souvent attendre quatre ans avant d’atteindre ce rendement. En pleine production, il espère récolter 30 à 40 t/ha.

 

A lire aussi : kiwi : à couvert contre la PSA

 

Concernant la protection phytosanitaire, la serre verre, fermée aussi sur les côtés, tient pour le moment ses promesses, le producteur n’a pas rencontré de problème : ni PSA, ni araignées rouges, ni thrips, ni punaise diabolique. L’occultation d’une partie de la lumière par les panneaux, la hauteur de la serre et le blanchissement des côtés évitent les températures excessives. « Il fait la même température à l’intérieur qu’à l’extérieur », commente l’arboriculteur. En cas de fortes chaleurs, un système de micro-aspersion permet de diminuer la température de quelques degrés. L’irrigation est en goutte-à-goutte et se gère avec les sondes connectées de l’entreprise Comsag. Contre le gel, le producteur prévoit de s’équiper de Frostbuster. La fertilisation est organique. « Mais je ne suis pas en bio car je me laisse trois à quatre ans pour voir comment le verger se comporte, notamment par rapport à la PSA », continue-t-il. Pour la pollinisation, le producteur a choisi de séparer les pieds mâles des femelles, d’aspirer le pollen des mâles et de le congeler à - 50°C. Au moment de la floraison, l’année suivante, le pollen est décongelé et placé dans des ruches de bourdons. En sortant, ils s’en enduisent les pattes. « J’ai installé 21 ruches sur mes 4 ha, mais c’était trop. Quand ils sont trop nombreux, les bourdons s’excitent, ce qui tend à marquer les fleurs puis les fruits. » Le pollen est aussi appliqué en mélange avec de l’eau avec un pulvérisateur à dos en trois passages qui suivent la floraison.

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes