Aller au contenu principal

Tomate
Le Tomato Lab, un incubateur de projets autour de la tomate

Le Tomato Lab a été officiellement lancé, le 7 septembre, au Château de la Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire).

Le jour du lancement officiel, les trois associés dans le projet (Laurent Bergé pour l’AOPn Tomates et Concombres de France, Louis Albert de Broglie pour le Conservatoire de la Tomate et Arnaud Lebert pour la Recycleraie) ont signé un accord avec l’Université de Tours.
© Claire Tillier - FLD

Le Tomato Lab est un incubateur de projets et lieu privilégié de rencontres autour de la tomate. Il a été créé par trois partenaires : le Conservatoire de la Tomate avec à sa tête, l’emblématique Louis Albert de Broglie, dit le Prince Jardinier, l’AOPn Tomates et Concombres de France représenté par son président Laurent Bergé, tous deux rejoints par Arnaud Lebert, "l’organisateur d’idées du trio", au sein de la Recycleraie. Le Tomato Lab travaille également en partenariat avec les département recherche d’université ou d’écoles.

Le Tomato Lab s’adresse à tous ceux qui, de près ou de loin, « ont un intérêt à travailler ensemble autour de la tomate ». L’une des idées phares : développer des produits naturels issus de tomates déclassées mais aussi des coproduits (feuilles et tiges par exemple).

Des projets sont déjà bien avancés. La société Alban Muller a mis par exemple 5 ans à développer une machine de zéodratation (déshydratation par zéolite) innovante utilisant des zéolites de synthèse pour une tomate déshydratée nature qui garde des caractéristiques organoleptiques. Une solution innovante respectueuse du produit et de l’environnement.

Valérie Anne (Cœur de couleurs) issue elle de l’industrie pharmaceutique, récupère les aliments invendus, dont les tomates et créé des pigments de couleur naturels issus : les tiges feront des pigments verts ; pour le fruit, les différentes variétés composent toute une palette. L’idée est d’installer la machine à fabriquer les pigments directement chez le producteur.

Autre possibilité de valorisation innovante, une fibre textile à base des tiges de tomates : « Les premiers essais viennent d’être validés », annonce Arnaud Lebert.

Plusieurs opérateurs tomates étaient présents lors de ce lancement. Parmi eux, Pascal Delahaye, des Jardins de Rabelais. Pour ces tomates d’exception, « on ne récolte qu’à maturité », explique-t-il. 10 % de la production sont donc écartés. Peut-être trouvera-t-il grâce au Tomato Lab, une valorisation haut-de-gamme à ces produits. « Le Tomato Lab sert aussi à ça, donner des clés à la production, montrer d’autres approches », conclut Laurent Bergé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes