Aller au contenu principal

Provence-Alpes-Côte d’Azur
La serre bioclimatique se diffuse en Provence

Inventée en Himalaya, la serre bioclimatique a des adeptes en Provence. Les maraîchers ‘pilotes’ témoignent, comme Patricia Lenne à Villeraure.

Une serre bioclimatique capte la chaleur et la stocke dans des matériaux à forte inertie thermique durant la journée puis la restitue la nuit.

De nombreux professionnels sont venus visiter la serre bioclimatique de Patricia Lenne, à Villelaure, à l’invitation du Grab (Groupe de recherche en agriculture biologique). « Après nos expérimentations en Asie, de nombreux maraîchers de la région en avaient fait la demande. Nous les avons accompagnés et les résultats sont là ! », Amélie Himpens, de l’association Geres (Groupe énergies renouvelables, environnement et solidarités) qui diffuse depuis quinze ans des serres agricoles bioclimatiques, appelées aussi serres solaires passives, dans les régions froides d’Asie Centrale. Dès 2012, le bureau d’études Agrithermic et les centres techniques Ratho et Astredhor développent des techniques bioclimatiques adaptées au contexte français. Ils ont mis au point cinq nouveaux modèles adaptés au contexte de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Des bidons noirs remplis d’eau

« Le principe d’une serre bioclimatique est très simple : durant la journée, elle capte la chaleur et la stocke dans des matériaux lourds puis, la nuit, la restitue », résume Vincent Stauffer, directeur d’Agrithermic. La chaleur est emmagasinée dans des bidons noirs remplis d’eau, à forte inertie thermique. Le principe s’adapte aux serres neuves ou lors de la rénovation. Les performances thermiques obtenues entre 2016 et 2018 révèlent un écart de température en hiver de 7 à 9°C en moyenne en situation de plaine, et de 12 à 15°C en zone montagneuse. Aucune température négative sous serre bioclimatique n’a été observée. Le chiffre d’affaires hors taxe a été doublé de janvier à avril sur la production de plants maraîchers. « La limite du système est lorsqu’une journée nuageuse est suivie d’un ciel dégagé à la nuit tombée, et que des températures gélives surviennent. La serre est conçue pour supporter cinq journées successives de ce type », précise l’expert.

« Je voulais sécuriser ma production »

Depuis deux ans, Patricia Lenne a aménagé ce tunnel pépinière en serre bioclimatique, 1 000 jerricans noirs de 20 litres empilés sur deux niveaux, remplis d’eau, sont alignés sur un maximum de surface de la serre (147 m2). Le coût de toute l’opération s’est chiffré à 27 €/m2 autofinancé avec 4 000 € HT et un apport du fonds de dotation de 1 600 € pour l’achat de matériaux. La serre a augmenté la production de plants de 13 % et le chiffre d’affaires de 17 % entre 2017 et 2018. Les résultats agronomiques sont intéressants, avec une précocité de huit jours pour le basilic, et de 15 jours pour les haricots verts. « Je voulais sécuriser ma production. Le rendement est amélioré, même si cela ne se chiffre pas forcément au niveau économique, en tout cas le stress a diminué et le moral est meilleur ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Les Crudettes ouvre les portes de sa serre de R&D Cap Vert
Le spécialiste des salades IVe gamme et snacking a investi 4 M€ dans une serre de R&D pour bâtir un modèle économiquement et…
reseau bioazur
Distribution Bio : Carrefour met la main sur Bioazur

Le 13 octobre, le groupe Carrefour annonce avoir fait l’acquisition l’enseigne spécialisée Bioazur par sa filiale So.…

Les tonnages de cerises d'industrie baissant d'année en année, la coopérative a décidé de miser sur la culture de l'amande et de la pistache.  © Pierre-Louis Berger - FLD
La coopérative Coopfruit Luberon (cerises d'industrie) se diversifie dans les fruits à coque
Après le Brexit, la crise du Covid-19 et la mouche de l’olive, la coopérative Coopfruit Luberon cherche une diversification plus…
Agroalimentaire : La région Centre-Val de Loire veut réinventer l’alimentation de demain
A l’occasion d’une journée dédiée à la presse, la région Centre-Val de Loire a voulu montrer qu’elle n’était pas qu’une terre…
Les Sial Innovation dévoilés
Le jury Sial Innovation s'est réuni le 19 octobre. 17 prix ont été décernés. Entre plaisir, goût et engagement, les produits…
Un virus s’attaquant aux courgettes, concombres et melons détecté pour la première fois en France

Un virus affectant des cultures maraîchères a été détecté pour la première fois en France. Selon un communiqué du ministère de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes