Aller au contenu principal

Poivron, aubergine et courgette : une consommation en hausse

La consommation de poivron, d’aubergine et de courgette se démocratise en France. Mais cet élargissement du marché national n’est qu’en partie assuré par le développement de la production française.

Les achats de poivrons sont très typés « circuits généralistes » avec les trois quarts des ventes en hyper ou supermarchés. © RFL
Les achats de poivrons sont très typés « circuits généralistes » avec les trois quarts des ventes en hyper ou supermarchés.
© RFL

La production et la consommation de poivron, d’aubergine et de courgette (PAC) se développent en Europe et en France. Les volumes produits se situent surtout en Espagne et en Italie avec des surfaces qui ne cessent de croître mais aussi aux Pays-Bas grâce à des rendements de cultures hors-sol élevés. En revanche, la production française de courgette stagne depuis de nombreuses années et, même si celle d’aubergine et du poivron augmente, la part de l’offre française sur le marché national demeure inférieure à celle des produits d’importation. « La courgette française représente encore près de la moitié de l’offre mais celle-ci régresse, 70 % en pleine saison et 40 % sur l’année », mentionne Matthieu Serrurier, CTIFL(1). En tendance, la consommation de poivron, d’aubergine et de courgette par les ménages français est plutôt bien orientée.

Une dynamique forte et plus récente

En 2018, le trio de légumes représente plus de 10 % du volume du panier annuel d’un ménage contre 8,4 % en 2000. La courgette est le leader de ces « légumes ratatouille » (hors tomate) que ce soit en taille de clientèle (71 % de ménages acheteurs) ou en fréquence d’achat (8 achats/an). Elle présente une répartition des volumes achetés par circuit de distribution proche de celle des légumes en général. « Le poivron connait une dynamique forte et plus récente que l’aubergine et la courgette. Sa taille de clientèle a atteint son plus haut niveau en 2018 avec 67,4 % des ménages et un prix moyen de 3,20 euros/kg », commente Matthieu Serrurier. Les achats de PAC présentent quelques spécificités. L’aubergine est un légume particulièrement acheté chez les spécialistes (primeur, grande surface du frais) et en vente directe. A l’inverse, les achats de poivrons sont très typés « circuits généralistes » avec les trois quarts des ventes en hyper ou supermarchés. Le poivron se distingue aussi par une part importante des achats en préemballé (40 % contre 25 % en courgette et 15 % pour l’aubergine). Les achats et la consommation des légumes ratatouille sont très marqués géographiquement. Dans le sud-est de la France, le volume d’achat de courgettes par ménage est supérieur de 50 % à la moyenne nationale. Pour l'aubergine et le poivron, la différence est encore plus grande : les achats dans le Sud-Est sont supérieurs de 85 % à la moyenne nationale. Le trio de légumes affiche également un profil de consommateurs plutôt jeune avec 13,6 % d’acheteurs de moins de 35 ans (contre 12,8 pour l’ensemble de légumes). La courgette et le poivron sont également plus achetés par des ménages avec enfants.

(1) auteur de l’article Marché de l’aubergine, du poivron et de la courgette paru dans Infos-CTIFL avril 2020.
 
 

 A lire aussi : 

 

La consommation progresse en Europe depuis dix ans

Ces dix dernières années, le marché européen a connu des progressions de consommation très nettes pour le poivron (+34 % à 1,4 million de tonnes), la courgette (+41 %, 457 000 t) et l'aubergine (+49 %, 229 000 t).

Les quantités importées en Allemagne, en France et au Royaume-Uni ont été en forte croissance et représentent la moitié des volumes importés des 28 pays membres.

L’Espagne a une position dominante d’approvisionnement de ces marchés avec 45 % des volumes de poivron, près de 50 % en aubergine et 60 % en courgette.

Les Pays-Bas sont le second pays fournisseur du marché européen avec 25 % des volumes expédiés en poivron et 23 % en aubergine.

L’Italie est également un grand pays producteur, au premier rang de la production d’aubergine. Ses superficies sont en régression et la forte consommation nationale limite sa présence sur les marchés extérieurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Emballages plastique : vers l’annulation de l’interdiction pour les fruits et légumes ?
Le Conseil d’Etat a recommandé l’annulation du décret instituant l’interdiction de ventes des fruits et légumes dans un emballage…
La Cité maraîchère est implantée dans le quartier Marcel Cachin, composé de grands ensembles HLM des années 1960, rénové récemment.
Seine-Saint-Denis : la Cité maraîchère de Romainville au cœur de la ville
En Seine-Saint-Denis, la Cité maraîchère de Romainville est une expérimentation agricole urbaine unique. Propriété de la…
conditionnements pommes de terre Pomliberty
Pomme de terre : Vitalis entre au capital de Pomliberty
Le réseau Vitalis vient de prendre une participation minoritaire dans Atipic, la holding qui chapote Pomliberty et la Ferme Neuve 
Le prix des palettes et des emballages bois n’est pas près de baisser
Si le prix de matière première est en baisse, celui de l’énergie et d’autres intrants, comme la main d’œuvre, va toujours…
Biomonde : « Les fruits et légumes bio sont un des moteurs de la distribution bio », selon Sönam Walterspiler
Dans une période troublée pour la filière bio, Biomonde se veut au plus près de ses adhérents et soutient les magasins qui…
Chou romanesco blanc de Prince de Bretagne Véronique Bargain
Comment Prince de Bretagne entend diversifier sa gamme de choux
Soucieuse d’innover, Prince de Bretagne lance deux nouveautés en choux : un chou plat, à consommer cru ou cuit, et un chou…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes