Aller au contenu principal

Congrès mondial
« La production de cassis en Pologne doit être planifiée »

Premier fournisseur européen de cassis et de loin, la Pologne inquiète les autres pays producteurs qui voudraient que le pays contrôle sa production.

Tous les pays producteurs de cassis se sont retrouvés à Angers, du 6 au 8 juin, pour des conférences et des visites.
© Véronique Bargain-FLD

Le Congrès mondial du Cassis, coorganisé par l’International Blackcurrant Association (IBA) et l’Association nationale Cassis-Groseille, a réuni du 6 au 8 juin à Angers (Maine-et-Loire) les filières cassis des principaux pays producteurs. Si jusqu’à présent, le marché mondial du cassis était dominé par le Royaume-Uni (12 000 t/an), la France (7 000 t), l’Allemagne (6 000 t), les pays baltes et la Nouvelle-Zélande (10 000 t), l’arrivée de la Pologne avec 130 000 t de cassis par an bouleverse de plus en plus le marché.

Historiquement grand pays producteur et consommateur de cassis, avec la Russie et l’Ukraine, la Pologne réservait jusqu’ici l’essentiel de ses volumes à sa consommation intérieure et à l’exportation vers la Russie. Son entrée dans l’Union européenne et l’embargo russe sur les produits de l’UE l’ont amenée à se positionner sur le marché mondial, avec des coûts de production et une organisation très différents de ceux des autres pays.

Environ 15 000 fermiers produisent du cassis en Pologne, dont plus de la moitié exploite moins de 1 ha. L’essentiel des volumes est fourni par ces producteurs qui entretiennent quelques plantations en complément de leur activité principale, avec peu d’intrants et une livraison à des points de collecte. L’Association nationale polonaise des producteurs de cassis (KSPCP) réunit toutefois 50 producteurs pouvant exploiter 200-300 ha, avec dans ce cadre une production beaucoup plus encadrée et intensive.

13 % du cassis récolté en Pologne est désormais produit dans le cadre du KSPCP. Au total, 85 % des volumes sont transformés et consommés sur place (jus 45 %, surgelés 30 %). Mais des volumes importants se retrouvent désormais sur le marché mondial, à des prix très bas.

« La production de cassis en Pologne doit être planifiée, a insisté Anthony Snell, président d’IBA. Les producteurs ne doivent planter que s’ils ont des marchés ou mieux des contrats. Il faudrait aussi qu’il y ait une collaboration entre producteurs et transformateurs, que la production soit organisée et que les transformateurs n’achètent qu’aux producteurs professionnels pour assurer la traçabilité et la sécurité alimentaire. » L’Ukraine, qui produit 25 000-30 000 t/an de cassis, jusqu’à présent autoconsommées, pourrait aussi arriver sur le marché.

Pour connaître les prévisions françaises, lire : ici.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Emballages plastique : vers l’annulation de l’interdiction pour les fruits et légumes ?
Le Conseil d’Etat a recommandé l’annulation du décret instituant l’interdiction de ventes des fruits et légumes dans un emballage…
La Cité maraîchère est implantée dans le quartier Marcel Cachin, composé de grands ensembles HLM des années 1960, rénové récemment.
Seine-Saint-Denis : la Cité maraîchère de Romainville au cœur de la ville
En Seine-Saint-Denis, la Cité maraîchère de Romainville est une expérimentation agricole urbaine unique. Propriété de la…
Epreuve d'artisteCité gastronomie Paris Rungis
Cité de la gastronomie Paris-Rungis : premier coup de pioche en 2024
Nouvel équipement au sein d’un quartier animé de sept hectares, la Cité de la gastronomie Paris-Rungis ouvrira ses portes en 2027…
Le prix des palettes et des emballages bois n’est pas près de baisser
Si le prix de matière première est en baisse, celui de l’énergie et d’autres intrants, comme la main d’œuvre, va toujours…
70% des surfaces de serres de tomate chauffées au gaz sont équipées de cogénération.
Tomate sous serre : y aura-t-il assez de gaz cet hiver ?
Les serristes utilisant la cogénération sont très inquiets concernant les prix mais aussi la disponibilité en gaz cet hiver, même…
Biomonde : « Les fruits et légumes bio sont un des moteurs de la distribution bio », selon Sönam Walterspiler
Dans une période troublée pour la filière bio, Biomonde se veut au plus près de ses adhérents et soutient les magasins qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes