Aller au contenu principal
Font Size

Congrès mondial
« La production de cassis en Pologne doit être planifiée »

Premier fournisseur européen de cassis et de loin, la Pologne inquiète les autres pays producteurs qui voudraient que le pays contrôle sa production.

Tous les pays producteurs de cassis se sont retrouvés à Angers, du 6 au 8 juin, pour des conférences et des visites.
© Véronique Bargain-FLD

Le Congrès mondial du Cassis, coorganisé par l’International Blackcurrant Association (IBA) et l’Association nationale Cassis-Groseille, a réuni du 6 au 8 juin à Angers (Maine-et-Loire) les filières cassis des principaux pays producteurs. Si jusqu’à présent, le marché mondial du cassis était dominé par le Royaume-Uni (12 000 t/an), la France (7 000 t), l’Allemagne (6 000 t), les pays baltes et la Nouvelle-Zélande (10 000 t), l’arrivée de la Pologne avec 130 000 t de cassis par an bouleverse de plus en plus le marché.

Historiquement grand pays producteur et consommateur de cassis, avec la Russie et l’Ukraine, la Pologne réservait jusqu’ici l’essentiel de ses volumes à sa consommation intérieure et à l’exportation vers la Russie. Son entrée dans l’Union européenne et l’embargo russe sur les produits de l’UE l’ont amenée à se positionner sur le marché mondial, avec des coûts de production et une organisation très différents de ceux des autres pays.

Environ 15 000 fermiers produisent du cassis en Pologne, dont plus de la moitié exploite moins de 1 ha. L’essentiel des volumes est fourni par ces producteurs qui entretiennent quelques plantations en complément de leur activité principale, avec peu d’intrants et une livraison à des points de collecte. L’Association nationale polonaise des producteurs de cassis (KSPCP) réunit toutefois 50 producteurs pouvant exploiter 200-300 ha, avec dans ce cadre une production beaucoup plus encadrée et intensive.

13 % du cassis récolté en Pologne est désormais produit dans le cadre du KSPCP. Au total, 85 % des volumes sont transformés et consommés sur place (jus 45 %, surgelés 30 %). Mais des volumes importants se retrouvent désormais sur le marché mondial, à des prix très bas.

« La production de cassis en Pologne doit être planifiée, a insisté Anthony Snell, président d’IBA. Les producteurs ne doivent planter que s’ils ont des marchés ou mieux des contrats. Il faudrait aussi qu’il y ait une collaboration entre producteurs et transformateurs, que la production soit organisée et que les transformateurs n’achètent qu’aux producteurs professionnels pour assurer la traçabilité et la sécurité alimentaire. » L’Ukraine, qui produit 25 000-30 000 t/an de cassis, jusqu’à présent autoconsommées, pourrait aussi arriver sur le marché.

Pour connaître les prévisions françaises, lire : ici.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
 © RFL
Moins travailler les sols agricoles pour une meilleure fertilité
La conservation des sols fait des émules. De plus en plus de producteurs, chercheurs et conseillers préconisent de ne pas…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
L’atelier d’écossage du haricot Coco de Paimpol a été perfectionné pour la campagne 2020. © Cerafel
L’UCPT s’adapte et devient les Maraîchers d’Armor
La nouvelle coopérative Les Maraîchers d’Armor regroupe les adhérents des coopératives de base de l’UCPT, Bro Dreger, la Presqu’…
La plantation en sol de trayplants de fraisier est en augmentation chez les maraîchers diversifiés. Cette technique est maintenant bien maîtrisée par les professionnels. © C.A Savoie Mont-Blanc
Des trayplants de fraisiers pour se diversifier
La production de fraises sous abris froids se démocratise dans les systèmes maraîchers diversifiés, afin de disposer d’un produit…
La tomate de Marmande veut se faire reconnaître
La marque collective Tomate de Marmande est une première étape vers l'IGP Tomate de Marmande qui concerne déjà les produits frais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes