Aller au contenu principal

Provence : la pistache structure sa filière

Réimplanter la culture de la pistache dans le paysage provençal est bien loin de l’utopie, la filière s’organise pour renaître de ses cendres.

Sécuriser et développer la production d'amandes de façon qualitative et garantir un niveau de valorisation, tels sont les enjeux de  la jeune filière "Pistache en Provence".
Sécuriser et développer la production d'amandes de façon qualitative et garantir un niveau de valorisation, tels sont les enjeux de la jeune filière "Pistache en Provence".
© ML

« Pistache en Provence » s’est réuni en octobre dernier autour du petit fruit à coque dont la demande se fait de plus en plus forte. « C’est un système d’aspiration par le haut qu’il ne faut pas rater », affirme Olivier Baussan, président de l’association. Ainsi, de nombreuses actions ont été menées cette année, prouvant le dynamisme associatif ambiant. Deux stagiaires ont inventorié les vergers et les usages de la pistache. Deux vergers expérimentaux sont maintenant suivis pour trouver la variété idoine de la pistache provençale. Le premier est à la station expérimentale La Pugère, à Mallemort, avec une cinquantaine de plants, couplé à une observation du verger quasi sauvage de la Sainte-Victoire à proximité d’Aix-en-Provence ; le second est le verger du conservatoire de la Thomassine, à Manosque, où l’on trouve une soixantaine d’arbres de diverses variétés sur différents porte-greffes.

Construire le bon itinéraire technique

Un travail de fond a également été mené pour le développement de nombreux partenariats, avec le syndicat « France pistache », mais aussi la Chambre d’agriculture de Vaucluse, des universités américaines spécialistes du sujet, et des partenaires, à commencer par la Maison Brémond 1830. L’entreprise – qui souhaite faire de son produit phare, le suprême de pistache, une production provençale et non plus italienne – portera effectivement le projet de structuration de la filière, « Pistache avenir », devant FranceAgriMer. Le syndicat le déposera, quant à lui, devant la Région Sud.

« Actuellement, il y a environ 100 hectares de plantations. La surface moyenne estimée est de 1,1 hectare par verger, et 2 hectares plantés par agriculteur », détaille Emmanuelle Filleron, chargée de mission pour la Chambre d’agriculture. Ces chiffres confirment la phase du test et de structuration dans laquelle se trouve la filière. « L’essentiel des plantations a été fait avec la variété américaine Kerman, une des seules disponibles mais le potentiel variétal est énorme et la diversification est en cours », ajoute-t-elle. Les enjeux pour la filière sont triples : il faut sécuriser la production ; la développer de façon qualitative ; et, enfin, garantir un niveau de valorisation.

 

Pour cela, les besoins sont nombreux et concrets, tels que l’estimation du coût de production, la question de l’approvisionnement en plants, l’accompagnement technique, la détermination de l’équipement et la situation en post-récolte ou encore quelle valorisation sur le marché. Pour atteindre l’ambitieux objectif de 2 000 hectares d’ici 2035, la recherche de financement d’un programme d’expérimentation à la hauteur est obligatoire. Les chercheurs sont en tout cas déjà présents. Un GIEE pour la diversification des exploitations provençales par la culture de la pistache a également été validé pour neuf ans (afin d’aller jusqu’à la récolte). Doucement, mais sûrement, le retour de la pistache en Provence fait son chemin et prend la forme d’une réalité tangible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Quelles sont les clés de réussite du rayon fruits et légumes, selon Olivier Dauvers ?
Lors de Medfel 2022, l’expert en grande consommation Olivier Dauvers a présenté les clés de la réussite du rayon fruits et…
« Avec peu de surfaces de framboisiers, on peut obtenir une bonne rémunération rapide », témoigne David Gery, enchanté par sa nouvelle activité.
En Corrèze, un éleveur bovin se diversifie avec la culture de framboises
En Corrèze, David Gery a réussi la diversification de son exploitation en devenant avec succès éleveur et producteur de…
Suisse : Stef se développe l’acquisition de la société Frigosuisse

Le groupe de transport et de logistique français Stef vient de signer un protocole d’accord en vue d’acquérir la…

Un nouveau président à AOPn Tomates et Concombres de France
L’AOPn Tomates et Concombres de France a été hier un nouveau président : Jean-Pierre La Noë.
Producteurs de fruits et légumes, ils parlent de leur métier sur les réseaux sociaux
Mickaël Mazan et Pauline Steinmetz montrent sur les réseaux sociaux « la réalité du terrain » de leurs métiers de producteur de…
[Medfel 2022] Comment Arnaud Montebourg compte révolutionner et restructurer une filière d’amandes françaises
La Compagnie des Amandes a expliqué comment elle compte rémunérer ab initio les producteurs partenaires et a fait le point de ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes