Aller au contenu principal

Isère  : Coopenoix face au retournement du marché

La coopérative, leader européen de la noix, ne cache plus la fragilité du marché, bousculé par l’arrivée massive de la production chilienne.

© RFL

Lors de l’assemblée générale de Coopenoix, les nuciculteurs ont parlé d’une seule voix des dégâts causés dans les vergers par l’orage de grêle du 15 juin, et pour certains de celui du 1er juillet. La coopérative s’apprêtait à célébrer ses 90 ans : « c’est un signe de longévité », a déclaré Yves Renn, son président, rappelant aux adhérents que la coopérative est toujours là, en dépit des coups du sort et de la météo. « Elle a toujours su se redresser et elle compte sur le dynamisme de ses adhérents ». Un dynamisme nécessaire face aux marchés devenus difficiles. L’embellie des années 2010 semble marquer le pas. En 2018, le kilo de noix a été payé au producteur 2,55 euros en calibre supérieur à 28 mm, contre plus de 3 euros en 2017.

« Nous devons défendre notre AOP qui a été fortement secouée »

L’avenir de la noix de Grenoble passe immanquablement par sa qualité. « Ne donnons pas aux clients l’envie de s’approvisionner à l’importation », tance Yves Renn, face au retournement du marché. Il insiste sur les labels comme une des planches de salut de la filière. « La noix AOP, c’est notre différence par rapport aux importations, c’est un savoir-faire, une notoriété, une qualité et la proximité », a-t-il martelé. La coopérative a aussi pour objectif de passer de 1 600 à 2 500 tonnes de noix certifiées GlobalGAP, pour répondre aux exigences de la grande distribution. La certification bio est également très demandée et bien valorisée (+25 % par rapport à la noix conventionnelle).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes