Aller au contenu principal

Invenio-Ciref : vers un avenir commun

Les récentes assemblées générales communes d’Invenio et du Ciref symbolisent leur volonté de se rapprocher davantage, dans un contexte de réduction des subventions.

Vincent Schieber, président d’Invenio, Pierre Gaillard, directeur d’Invenio et du Ciref, et Jean-Louis Olivier, président du Ciref dont les structures sont de plus en plus proches.
© A. Merlingeas

« Nous avons voulu faire nos assemblées générales ensemble, signe de nos convergences et de la synergie de nos deux structures », a expliqué Pierre Gaillard, directeur d’Invenio et du Ciref, en juin dernier à Douville (24). Dans son rapport moral, Jean-Louis Olivier, président du Ciref, a été explicite en demandant à l’assemblée générale réunie de prendre acte de « l’engagement immédiat du Ciref à étudier avec Invenio, toutes formes de rapprochement et/ou de restructuration, qui permettra de mener à bien et dans les meilleures conditions possibles la réalisation des objectifs respectifs, souvent communs aux deux associations ». Pour Vincent Schieber, président d’Invenio, cette démarche se justifie aussi par la baisse des financements.

Des expérimentations non soutenues stoppées

Pour 2018, la réduction du soutien de FranceAgriMer à Invenio est de presque 350 000 euros. « On n’a pas encore trouvé de solutions pour compenser », a-t-il ajouté, précisant que « nous avons pour la première fois stoppé les expérimentations correspondantes aux programmes non soutenus par FranceAgriMer. On n’a plus les moyens d’assumer ce qui n’est pas financé ». Rien qu’entre 2016 et 2017, le total des subventions d’exploitation a été réduit de 139 000 euros pour atteindre 1,396 M euros, soit 41 % du total des produits d’exploitation en 2017 (3,375 M euros). « Nous soutenons la constitution du réseau national Reffel, qui tarde à se mettre en place, et la démarche régionale initiée par Propulso pour rassembler les stations d’expérimentations. Invenio y tiendra toute sa place, dans le respect de chacun, pour partager les compétences humaines de façon réciproque et équitable », a mentionné Vincent Schieber. Les rapports d’activité ont démontré le travail de coopération du Ciref et d’Invenio, avec comme exemples le projet régional « Qualifraise », pour stabiliser la qualité de la production de fraise, ou le projet européen « Goodberry », pour mieux connaître les caractères étudiés et mettre au point la SAM (Sélection assistée par marqueurs). Le Ciref s’est engagé dans la création variétale de service et collaborative. Tout cela avec l’appui de divers acteurs tels que l’Inra, Fraise-concept, Invenio, le GIE Aire fruits et légumes… « C’est un équipage complet qui œuvre pour l’innovation variétale de la fraise. Toutefois, des mises à jour sont impératives pour continuer. Le Ciref existe depuis quarante ans. Ne faudrait-il pas envisager de changer de nom afin d’incarner notre évolution ? », s’est interrogé Jean-Louis Olivier. Les visites Inovchâtaigne (transformation), des vergers de châtaigniers sur le site de Douville (24), des cultures et des installations de sélection en fraise ont permis aux 115 participants de visualiser concrètement les outils de recherche et d’expérimentation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Une Boussole des Labels pour guider le consommateur dans les rayons alimentaires
Les trois ONG ActionAid France, Bio Consom'acteurs et FAIR[e] un monde équitable publient un guide pratique téléchargeable…
Kiwi : SCAAP Kiwifruits de France et Euralis, partenaires pour développer la production

SCAAP Kiwifruits de France et la coopérative Euralis ont signé le 17 mai un partenariat pour le développement local de…

Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes