Aller au contenu principal

Ile-de-France : quels seront les missions de la future plateforme d’approvisionnement Approv’Halle ?

 Les travaux de la plateforme d’approvisionnement de la restauration scolaire ont débuté à Provins (Seine-et-Marne).

Le bâtiment, couvrant 15 000 m2, se décompose en trois espaces égaux : deux dédiés au stockage et à l’éclatement des produits laitiers et carnés. Le troisième espace est une légumerie qui assurera le nettoyage, le parage et la découpe des fruits et légumes
© Aymeric Guillauneau

Le 21 avril dernier, a été officiellement posée la première pierre de la future plateforme Approv’Halles à Provins (Seine-et-Marne).  « A l’origine de notre projet, il y a la volonté de pouvoir approvisionner les collèges du département en repas de qualité issus de produits en circuits courts, tout en aidant au maintien et au développement de l’agriculture francilienne » explique Valérie Lacroute, vice-présidente du Conseil région d’ile de France en charge de l’alimentation. Le projet s’est étendu ensuite à un niveau plus régional, le périmètre s’étendant à l’académie de Creteil. Le projet Approv’Halles vise désormais à mettre en place une plateforme d’approvisionnement de la restauration scolaire des 170 lycées de l’académie de Créteil, soit l’équivalent de 9,4 millions de repas par an. Ce à quoi s’ajoutent les collèges du département de Seine-et-Marne. Au total, le site sera à même de fournir 15 millions de repas par an.

Une structure juridique idoine

Pour ce projet, le choix s’est porté sur la création d’une société publique locale (SPL). Elle sera à la fois un outil d’achat groupé, de logistique et de transformation industrielle, qui pourra assurer une filière régionale des produits bruts et transformés (appertisés, surgelés et prêts-à-cuire). La plateforme achètera dans la région Ile-de-France les fruits, légumes, volailles, produits laitiers etc. Les lycées pourront lui passer commande directement, simplifiant ainsi le travail des gestionnaires de cantines, avec ce fournisseur unique.

Un investissement de 55 millions d’euros

La nouvelle plateforme se situe sur un espace de 5 hectares. Le bâtiment, couvrant 15 000 m2, se décompose en trois espaces égaux : deux dédiés au stockage et à l’éclatement des produits laitiers et carnés. Le troisième espace est une légumerie qui assurera le nettoyage, le parage et la découpe des fruits et légumes. L’ensemble fait l’objet d’un investissement de 55 millions d’euro avec des frais de fonctionnement estimés entre 8 et 9 millions d’euros pas an. Sa mise en service est prévue pour la rentrée scolaire de septembre 2024.

Qu’en est-il de l’approvisionnement ? « Nous avons travaillé avec la Chambre d’agriculture car il n’est pas possible, pour assurer cet approvisionnement en circuit court et essentiellement en bio, d’aller frapper à la porte de chaque agriculteur, explique Valérie Lacroute. Nous avons procédé par allotissement : dix lots pour les fruits et légumes reparties en 4 lots en bio et 6 en conventionnel. Nous visons des producteurs inclus dans un périmètre de 50 kilomètres mais en laissant une possibilité de réponse à certains producteurs voisins hors de la région ».

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes