Aller au contenu principal

Ile-de-France : La Ruche Qui Dit Oui ! ouvre sa première boutique

Le réseau La Ruche Qui Dit Oui !  a ouvert son premier magasin « en dur » dans les Hauts-de-Seine, à Sceaux. Clémence Fernet, responsable de la communication externe, explique à FLD le pourquoi du comment…

la ruche qui dit oui
La première boutique La Ruche Qui Dit Oui ! s'est installée dans une rue commerçante de Sceaux (Hauts-de-Seine)
© Market Value

La rue Houdan est une des rues les plus commerçantes de la ville de Sceaux (Hauts-de-Seine). Depuis, la fin février, elle accueille une nouvelle enseigne : la Ruche Qui Dit Oui ! C’est en effet la première fois que l’entreprise investit ainsi dans un magasin en dur, alors qu’elle s’est imposée en une décennie comme un leader dans la distribution en ligne des produits alimentaires en circuits courts.

rayon fl La ruche qui dit oui !
Les fruits et légumes sont fournis par deux maraîchers, dont un travaillant en bio (permaculture). Crédit photo : Market Value

La boutique, animé par Guillaume Peltier (ancien responsable d’un magasin bio),  présente une offre en fruits et légumes, viandes, produits en vrac et produits laitiers provenant de producteurs dans un rayon de 60 kilomètres. L’approvisionnement est assuré principalement par une demi-douzaine d’exploitations. Les fruits et légumes sont fournis par deux maraîchers, dont un travaillant en bio (permaculture).

Cinq magasins en région parisienne en 2021

L’ouverture d’un magasin à son nom pourrait paraître comme un changement de paradigme pour La Ruche Qui Dit Oui !. Il n’en n’est rien : « Le magasin est porteur des valeurs de l’entreprise : des produits frais et locaux en circuits courts, la transparence, le prix toujours fixé par le producteur sans aucune négociation, souligne Clémence Fernet, responsable de la communication externe, la marge est un peu différente à cause des coûts fixes engendrés par la logistique et la tenue d’un magasin : 60 % du prix est reversé au producteur. C’est un prix juste et toujours rémunérateur ». Pour mémoire, dans le modèle initial de La Ruche Qui Dit Oui !, 80% du prix revient au producteur.

Pourquoi se lancer ainsi dans le commerce « traditionnel » en 2021 ? « La crise de la Covid-19 a montré la maturité de notre modèle. En 2020, nous avons accueilli 60 000 nouveaux clients et le volume de commandes a été doublé, explique Clémence Vernet, nous avons aussi que l’appétence des consommateurs pour les produits frais et locaux se retrouve très majoritairement dans le commerce physique, d’où notre volonté de nous positionner sur ce créneau ».

L’objectif de La Ruche Qui dit Oui ! est d’ouvrir 5 boutiques en petite et grande couronnes parisiennes en 2021 (la prochaine devait ouvrir ses portes à Bois-Colombes, toujours dans les Hauts-de-Seine). Pas question de basculement néanmoins : « Notre modèle, avec ses 850 ruches et son système décentralisé, restera dominant, confirme Clémence Fernet, les attentes des clients sont multiples : offre hyper locale, achat en ligne et livraisons, achat en magasins. En fait, nous nous ouvrons à tous les modes de consommation et de distribution ».

 

 

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes