Aller au contenu principal
Font Size

Hauts-de-France : Le flageolet blanc des Flandres revient de loin

Réputés autrefois pour leurs haricots secs, les Hauts-de-France relancent leur culture avec l’image de variétés locales et de terroir. Les lingots du nord et les chevriers ont obtenu des signes de qualité. Le haricot de Soissons y travaille. Le flageolet blanc pourrait lui emboîter le pas.

Le flageolet blanc est séché sur des perches dans l'arrière-pays dunkerquois.
© CRRG

Le flageolet blanc des Flandres a bien failli disparaître. Cultivé historiquement dans le dunkerquois, il a progressivement décliné face à l’urbanisation croissante. Les lotissements et zones industrielles ont petit à petit pris le pas sur les serres et les activités de maraîchage, qui avaient fait la réputation de cette ceinture verte, jusqu’à la signature d’une convention entre la Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) et le Centre régional des ressources génétiques (CRRG) en 2015. « Cette convention visait à relancer certaines des productions traditionnelles et historiques de ce bassin légumier », explique Richard Boucherie du CRRG. Jusqu’aux années 1980, coexistaient en effet deux pôles de culture de part et d’autre de Dunkerque avec Rosendaël à l’est, et Grande Synthe et Petite Synthe à l’ouest de la ville. Le chou-fleur de la variété « Malines », le pissenlit blanc ainsi que les haricots ont fait le bonheur des maraîchers qui se sont développés sur ce cordon dunaire. Tout comme la production de chrysanthèmes qui avaient une solide réputation !

Relance de la production

Les élus de la CUD, qui organisent désormais un rendez-vous annuel consacré à la relance des productions traditionnelles, veulent inverser la tendance. « Il faut que le légume redevienne un emblème pour le territoire dunkerquois », défend Richard Boucherie. Ce fut d’abord le pissenlit blanc en 2017, puis cette année les légumineuses parmi lesquelles le flageolet blanc des Flandres. Contrairement aux lingots du Nord et aux flageolets verts cultivés dans la plaine de la Lys (25 producteurs pour 80 ha), la culture du flageolet blanc s’est faite exclusivement autour de Zegerscappel, dans l’arrière-pays dunkerquois depuis au moins 150 ans. Mal valorisé, avec des coûts de production élevés, il n’a pas résisté à la concurrence. Arraché à la main et non fauché, séché sur perches et non sur perroquet comme son homologue vert ou le lingot, il a très vite disparu des champs dunkerquois. Jusqu’à ce qu’en 2015, Denis Top, un producteur bio de Pitgam, décide de relancer sa production. Il réussit à convaincre quelques producteurs bio et conventionnels à le rejoindre pour produire un haricot local, issu d’un terroir bien identifié en surfant sur l’aura retrouvée des légumineuses ! L’association de producteurs est créée et le CRRG inscrit la variété au catalogue des espèces potagères. Une confrérie, parrainée par le haricot de Soissons, est même installée ! Si la production se cantonne actuellement à une dizaine d’hectares, « il revient de loin ! », conclut Richard Boucherie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes