Aller au contenu principal

Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse est-elle due ? La filière pourra-t-elle fournir le marché français ?

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
En abricot, petite récolte 2024 prévue pour la France, après une campagne 2023 qui aura été finalement et malgré la sécheresse très (trop au regard de la consommation ?) abondante.
© Réussir Fruits&Légumes

Exercice délicat que celui des prévisions européennes de récoltes d’abricot. D’autant plus quand la France et le nord de l’Espagne sont au même moment en alerte gel. Ce mercredi 24 avril ont ainsi été présentées les traditionnelles prévisions de récolte d’abricot de Medfel, mais pour des chiffres arrêtés au 19 avril, avant la vague de gel.

 

Prévisions "sûrement trop optimistes" de 87 852 tonnes pour l'abricot français

« Nous sommes prudents sur la prévision, confirme Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêches et Abricots de France. En France nous sommes en alerte gel pour cette nuit [de mercredi 24 au jeudi 25 avril]. » Pour la France, les prévisions, « sûrement optimistes », tablent sur une récolte 2024 d’abricots de 87 852 tonnes, qu’il faudra nuancer après gel.

A ces alertes gel s’ajoute un probable effet d’alternance (2023 avait été une forte récolte pour la France) et un phénomène possiblement de coulure lié à un excès d’eau dans le Gard, la Crau et la Vallée du Rhône : « On y observe pas ou peu de fleurs, ou même pas de fruits, comme en variétés Bergeron. Il y a tout de même eu plus de 200 mm d’eau sur la floraison », souligne Bruno Darnaud.

Lire aussi : En Ardèche, de fortes pertes dans les vergers d'abricotiers sont à déplorer

Bruno Darnaud souligne aussi une forte hétérogénéité d’un producteur à l’autre et d’une région à l’autre. Au global, la récolte française d’abricot pourrait être en retrait de -30 à -40 % comparé à la forte récolte de 2023. C’est aussi une baisse de -13 % par rapport à la moyenne quinquennale. Côté précocité, la campagne française d’abricot observait jusqu’ici une quinzaine de jours d’avance. Mais cette avance pourrait être ralentie suite aux gels de cette fin avril.

Bruno Darnaud prévoit donc pour cette campagne « des volumes normaux en juin, un mois de juillet un peu plus chaotique avec un déficit de variétés et un mois d’août plus modéré ». « Mais on pourra fournir le marché français », affirme-t-il.

« Mais on pourra fournir le marché français », Bruno Darnaud.

Par bassin français : 

  • Rhône-Alpes en forte baisse à 40 328 tonnes (contre 65 000 tonnes en 2023), en raison des fortes pluies et du phénomène d’alternance.
  • Languedoc-Roussillon : 33 538 tonnes. Le potentiel est normal dans le Roussillon, avec une charge en fruits sur les arbres qui impliquera des travaux d’éclaircissage. 
  • PACA : à 13 986 tonnes, c’est une légère baisse. Le potentiel dans le Gard et la Crau ne sera pas complet.

A noter : pour cette saison 2024, l’abricot des Baronnies dispose de l’IGP

 

Sécheresse : inquiétude dans les Pyrénées-Orientales 

Jean Prats, producteur d’abricot à Rivesaltes dans les Pyrénées-Orientales, est venu témoigner de la forte inquiétude des producteurs du département quant à la problématique de l’eau. « Selon la vallée, il y a pu avoir zéro recharge en eau des nappes phréatiques. Les prévisions météorologiques annoncent des pluies pour la semaine prochaine [semaine du 1er mai, NDLR]. Ça serait salvateur pour nos vergers qui sont sous perfusion d’irrigation. Mais le goutte-à-goutte ce n’est pas suffisant pour nourrir un arbre. »

Lire aussi : Sécheresse : arboriculture et maraichage, quelles pertes de production selon la chambre d’Agriculture des Pyrénées-Orientales ? [22/05/23]

Les plus lus

« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

« Il n’y aura pas de dérogation pour ces molécules », a confirmé la ministre déléguée, malgré l'insistance des professionnels.
Endive : « il n’y aura pas de dérogation » pour les trois molécules qui vont être retirées, prévient la ministre Agnès Pannier-Runacher

Les producteurs d’endives restent sans solution, ni espoir de dérogation, pour désherber et lutter contre les pucerons, suite…

Plusieurs références de fraises françaises en rayon en juin 2024
Retard des fraises françaises : les producteurs lancent un « appel urgent » à la GMS et aux consommateurs

Face à un pic de production de fraises françaises attendu en juin, l’AOPn Fraises Framboises de France lance un appel à la…

Fret ferroviaire : mort du train des primeurs Perpignan-Rungis ou arrêt temporaire ?

La liquidation de Fret SNCF met l’avenir du train des primeurs en grande incertitude. Le futur terminal mixte sur le Min de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes