Aller au contenu principal

Fruits et légumes à l’école : Freshfel Europe plaide pour une forte augmentation du budget

La Commission européenne a organisé, le 24 novembre, une conférence intitulée  "Un programme scolaire européen adapté à l'avenir". Freshfel Europe a souligné les domaines nécessitant des améliorations du programme « fruits et légumes à l’école ».

bunffet cantianes avec fruits et légumes
Le budget de l'UE permet la distribution annuelle d'environ 70 000 tonnes de fruits et légumes frais à chaque trimestre scolaire
© Mike Ljung /Pixabay

Alors que l'Union européenne évalue actuellement l'avenir du programme, et alors que la consommation de fruits et légumes frais est toujours bien inférieure à l'apport quotidien minimum recommandé par l'OMS (400 g par jour), Philippe Binard, délégué général de Freshfel Europe, a rappelé qu’ « il est important que le programme scolaire s'en tienne avant tout à sa valeur sanitaire et nutritionnelle. L'éducation des plus jeunes est essentielle pour inverser le taux d'obésité et faire évoluer les enfants vers une alimentation plus saine pour leur avenir ».  

Un milliard d’euros serait nécessaire

Freshfel Europe a profité de cette conférence pour partager certaines priorités et recommandations clés pour la poursuite du programme dans le cadre de la réforme à venir. « Le programme ne doit pas être basé sur l'exclusivité ou être dilué dans de nombreux critères liés à la durabilité. Pour être efficace, le programme doit sécuriser la distribution de fruits et légumes frais à l'école selon un calendrier renforcé à sécuriser chaque jour de toute la période scolaire. Cela impliquerait la nécessité d'augmenter considérablement le budget pour correspondre à la portée et aux ambitions attendues du programme. À cet égard, un budget d'un milliard d'euros serait nécessaire » a expliqué Philippe Binard.

Près de 17 millions d'enfants ont accès au programme scolaire, basé sur une politique dotée d'un budget de l'UE de 130 millions d'euros, parfois complété par des ressources supplémentaires provenant des budgets nationaux. Le budget de l'UE permet la distribution annuelle d'environ 70 000 tonnes de fruits et légumes frais à chaque trimestre scolaire. Cependant,  les niveaux de consommation les plus faibles sont observés chez les enfants et les jeunes adultes, beaucoup ne mangeant au mieux que 200 g par jour, parfois même beaucoup moins.

 

display de fruits et légumes
© Jasmine Lin/Pixabay

 

Favoriser la diversité et diffuser les connaissances

Pour obtenir l'impact le plus élevé, Freshfel Europe considère que le programme scolaire de l'UE doit inclure une diversité de produits et éviter les sélections homogènes. En complément, les enfants devraient être initiés et amenés à découvrir de nouveaux produits. La diffusion des connaissances sur la diversité des modes de production et des origines, la sensibilisation des enfants aux produits locaux et non locaux et aux différences entre les modes de production bio et autres est aussi importante pour la représentation européenne des fruits et légumes.Toutes les parties prenantes doivent être aussi sollicitées : direction de l'école, enseignants et parents doivent être davantage impliqués.

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes