Aller au contenu principal

Légumes et jeunes pousses
Fruit Attraction 2022 : Picvert dresse un premier bilan pour Bimi

Le nouvel emballage conçu pour Bimi pourrait être décliné sur la gamme de mini-légumes. Celle-ci est en cours de redynamisation après une période Covid qui a compliqué la restauration.

Vincent Bringer, responsable export chez PicVert, sur le stand à Fruit Attraction.
© Julia Commandeur - FLD

Chez Picvert, la grosse actualité de l’année reste le lancement du brocoli Bimi. La première saison de l’origine France « s’est bien passée en qualité », confie Vincent Bringer, responsable export chez PicVert, producteur qui a l’exclusivité de distribution. Bimi reste un « produit difficile techniquement » en production.

PicVert avait aussi élaboré un nouveau packaging pour Bimi, une barquette carton entouré d’un film 100 % biodégradable home-compostable. « Cet emballage plait, on a de bons retours clients. Nous sommes en étude pour le décliner sur toute notre gamme mini-légumes. A voir s’il est adapté techniquement à ces produits, et si oui, le coût des rachats de nouvelles machines de conditionnement. »

PIcvert vient de mettre en place une barquette Agec-compatible qui sera utilisée pour Bimi (en remplacement de la barquette plastique noire), puis déployée sur les mini-légumes. Pour Bimi et le débouché de la restauration, une cagette bois a aussi été développée.
© Julia Commandeur - FLD

 

Bimi est pour le moment commercialisé sur le réseau grossistes et quick commerce (La belle vie, Getir, Gorillas) de Picvert. « Les nouveaux acteurs du marché sont très intéressés par le Bimi, les réseaux traditionnels moins car Bimi n’est pas connu », précise Vincent Bringer. La communication grand public est gérée par Sakata.

 

Covid et crise de l’électricité compliquent les ambitions sur le mini-légume

Pivert est spécialisé en jeunes pousses (80 % des volumes) et en mini-légumes (produits au Potugal) et désormais en Bimi. En termes de stratégie, l’entreprise tend à « vouloir faire croître le mini-légume » mais cette ambition a été ralentie par le Covid et désormais par la crise du coût de l’énergie. « Cette année, nous avons surtout relancé le mini-légume en production pour retrouver un rythme pré-Covid. Nous avons beaucoup de difficulté en ce qui concerne la main d’œuvre, tant en coût qu’en disponibilité », regrette Vincent Bringer.

Si la saison se passe « à peu près bien » sur tous les produits, Picvert note tout de même une forte hausse des coûts de production, de l’ordre de 15 %, qui est « difficile à faire passer », notamment avec « la grande distribution française qui joue la carte des bas prix pour les consommateurs en cette période d’inflation ». « Nos partenaires nous suivent quand même », rassure Vincent Bringer. L’export a lui aussi repris, notamment en mini-légumes (Danemark, Royaume-Uni). « Mais le futur s’annonce sombre, met en garde Vincent Bringer. En Belgique certains restaurants ont fermé à cause du coût de l’électricité, et au Royaume-Uni ils sont dans le flou. »

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes