Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

Conjoncture
[Coronavirus Covid-19] Fraises : vers un retour à l’équilibre ?

Après une semaine 12 et un début de semaine 13 catastrophiques, le marché de la fraise s’est amélioré en milieu de semaine dernière. Les producteurs espèrent un durable retour à l’équilibre.

Le beau temps favorisant la consommation, des opérateurs estiment même qu’il pourrait manquer de fraises en fin de semaine. © Véronique Bargain - FLD
Le beau temps favorisant la consommation, des opérateurs estiment même qu’il pourrait manquer de fraises en fin de semaine.
© Véronique Bargain - FLD

« Après une semaine un peu folle, nous sommes plus confiants pour aborder la semaine 14 et imaginer un marché plus équilibré », indique Gilles Bertrandias, directeur de Rougeline. Pour la fraise, le confinement et la fermeture des écoles, restaurants et marchés sont tombés alors que les cultures précoces arrivaient en pleine production. Des dizaines de tonnes ont dû être détruites, données, vendues à l’industrie ou en direct, comme lors de l’opération « Fraisi-drive » de Rougeline à Agen.

L’appel aux distributeurs à remettre des fraises en rayon et à privilégier l’offre française a toutefois été entendu. Tout s’est joué entre le 25 et le 26 mars. L’arrêt des importations d’Espagne et l’engagement des enseignes ont permis de relancer les ventes. « Après un début de semaine catastrophique où nous envisagions d’arracher 20 % des cultures, les ventes sont reparties en fin de semaine », constate Jean-Jacques le Gall, administrateur fraise à Savéol.

S’ils sont remontés, les prix toutefois restent bas, avec une demande axée sur des produits de base, la catégorie 1 et les barquettes plastique 250 g ou 500 g, ces dernières pour remplacer l’offre espagnole. « Nous avons dû vendre des fraises extra en catégorie 1, à 4-4,50 €/kg au lieu de 8-9 €/kg normalement, indique Jean-Jacques Le Gall. Nous commençons à relancer l’extra, mais à 6-7 €/kg. »

Les innovations, segmentations, barquettes carton sont peu demandées. « L’enjeu est de remobiliser la filière sur l’offre variétale et la segmentation française et éviter de se focaliser sur le manque annoncé de fraises en barquette 500 g », estime Gilles Bertrandias.

La perte des marchés, qui peuvent représenter 30 % pour la fraise, pose aussi problème. Si les coopératives déjà engagées avec la GMS peuvent s’en sortir, la situation des indépendants est préoccupante. La vente en ligne, les drives, la livraison à domicile se développent fortement depuis le confinement, mais ne suffiront sans doute pas à compenser la perte des marchés.

S’y ajoute encore le manque de main-d’œuvre pour la récolte. En Bretagne, si les producteurs emploient surtout de la main-d’œuvre locale, la montée en puissance de la production pourrait être problématique, beaucoup d’étudiants étant rentrés chez leurs parents. Et dans le Sud, qui fait plus appel à la main-d’œuvre étrangère, la situation est tendue, même si les mesures pour amener des personnes au chômage partiel à aller vers l’agriculture commencent à donner quelques résultats.

Sur le même sujet :

Pour la fraise, des contrats de transformation anticipés

Les producteurs offrent leurs fraises aux soignants

En Dordogne, la filière fraise en danger

« L’enjeu est de remobiliser la filière sur l’offre variétale et la segmentation française. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Après quelques semaines un peu compliquées, le marché fin avril était plutôt favorable pour les producteurs français. © Véronique Bargain - FLD ...
[Coronavirus Covid-19] De la tomate française et c’est tout
L’arrêt de la RHD et des marchés, le confinement et l’appel à consommer français ont bouleversé le marché de la tomate, au…
« Le projet présente des intérêts pour tous et permet de produire du méthane sans perte de CO2 dans l’air », soulignent Jean-François Vinet (à gauche) et Erwan Bocquier.
Loire-Atlantique : des maraîchers et des éleveurs s'associent pour créer une unité de méthanisation
Maraîchers en Loire-Atlantique, Jean-François et Charles Vinet ont créé avec des éleveurs une unité de méthanisation innovante,…
[Coronavirus Covid-19] La cerise des Monts du Lyonnais, davantage en barquette ?
Une belle récolte en qualité et en quantité est attendue. Les deux gros faiseurs de la cerise de Bessenay, Cerifrais et Chambe…
[Coronavirus Covid-19] Les Français, confinés, font le choix de produits responsables
Quel est l’impact du confinement sur les achats alimentaires ? La forte croissance du bio-équitable-local sera-t-elle remise en…
11400 ha de melons devaient être cultivés en France en 2020. Le bio et la Haute valeur environnementale (HVE) se développent. © Véronique Bargain - FLD
Le melon en recherche de valorisation
Melon haut de gamme, bio, sans pesticides, nouveaux types : alors que les surfaces baissent et que les prix stagnent, les…
[Coronavirus Covid-19] Pomme de terre primeur : la saison semble sauvée
Après des débuts chaotiques, au début du confinement, le marché de la pomme de terre primeur est revenu à une situation plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes