Aller au contenu principal
Font Size

Pays de la Loire
Maraîchers nantais : « Expliquer nos pratiques et nos métiers »

Face au « maraîchage bashing », la Fédération des maraîchers nantais veut amplifier ses actions de communication pour expliquer les pratiques des maraîchers et leurs démarches de progrès.

Le maraîchage nantais est contesté localement sur de nombreux aspects. © V. Bargain
Le maraîchage nantais est contesté localement sur de nombreux aspects.
© V. Bargain

« 2019 a vu s’amplifier un sentiment de défiance vis-à-vis du maraîchage nantais qualifié « d’industriel » et accusé de tous les maux », a souligné Philippe Retière, président de la Fédération des maraîchers nantais, lors de l’assemblée générale de la Fédération. En Loire-Atlantique, 4 000 ha, soit 1 % de la SAU, sont occupés par le maraîchage, dont 150 ha de serres verre et 500 ha de grands abris plastique. Les surfaces augmentent de 40 ha par an, avec aujourd’hui une certaine diversification des productions et un développement du bio qui atteint 10-15 % des surfaces et se fait en général en parallèle d’une activité conventionnelle. Un déplacement des surfaces est également constaté, sous l’effet de la pression urbaine et désormais de conflits de voisinage. Depuis 2018, le secteur est contesté localement sur de nombreux aspects : pesticides, grands abris plastique, serres verre, usage de l’eau, du foncier et de l’énergie, emploi, utilisation d’hélicoptères pour le déblanchiment des serres… Les dossiers de construction de serres et grands abris plastique sont également de plus en plus difficiles à monter et de nouvelles réglementations sont annoncées, notamment sur la gestion quantitative de l’eau.

Si les maraîchers savent qu’ils doivent faire évoluer leurs pratiques, ils veulent aussi mieux communiquer. « Nous devons renforcer la communication pour expliquer l’engagement de la filière dans de nombreuses démarches de progrès en faveur du recyclage des plastiques, de la biodiversité, de la recherche de solutions alternatives, de l’intégration paysagère et de l’accompagnement social », a insisté Philippe Retière.

Outre la rénovation de son site, la Fédération a développé un « Pack communication » destiné à faciliter l’accueil de visiteurs dans les entreprises. Elle multiplie aussi les rencontres avec les élus, les instances spécialisées nationales et locales et le grand public, dans le cadre de manifestations (Marathon de Nantes, Floralies, Foulées du Tram, Muscadétours…) mais aussi de réunions plus tendues avec les habitants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes