Aller au contenu principal

[Etude Nielsen] « Le marché du végétal semble avoir encore du potentiel »

Lors de la première journée du CFIA, le 9 juin, Isabelle Kaiffer de Nielsen a fait un point sur les grandes tendances alimentaires pour 2021. Voici ce qu’on peut retenir en ce qui concerne le marché des substituts végétaux.

La part des Français qui achètent de l'ultrafrais végétal est stable depuis 3 ans.
© Claire Tillier

« Les alternatives végétales continuent de progresser. On y croit », lance Isabelle Kaiffer, directrice consumer & shopper insights de Nielsen, en présentant les chiffres des substituts végétaux. Elle ajoute néanmoins que si le marché concerne ¼ des Français, ce qui « n’est pas petit », il ne faut pas espérer convertir tout le monde.   

En 2020, les ventes liées à la consommation « alternative » (Nielsen regroupe sous ce nom les aliments d’origine végétale, ou bio, ou local, en vrac, affichant « sans… » ou « moins de… ») ont continué à croître en GMS (+12 %, à 12 Md€)… mais moins qu’en 2019 (où les ventes augmentaient de 16 %). Dans cet ensemble, la croissance du bio a ralenti. Le marché des produits « végétaux » a lui continué de croître. En 3 ans, le marché du végétal en GMS* est passé de 435 M€ à 497 M€ (+4 % en 2020 ; +10 % en 2021).

43 % des Français déclarent consommer moins de viande. Le marché du substitut végétal semble avoir encore du potentiel selon Isabelle Kaiffer, mais l’étude montre que la part des Français qui en achètent progresse peu.

Que consomment-ils parmi les produits à base de végétal ? 26 % achètent des boissons végétales (25 % en 2018 et 2019) ; 24 % achètent de l’ultrafrais végétal (stable). Ils sont moins nombreux à acheter les produits du rayon « traiteur végétal » et leur nombre baisse sur les trois années étudiées (17 % en 2018 ; 16 % en 2019 ; 15 % en 2020).

Néanmoins en chiffre d’affaires dans les magasins, si les boissons végétales dominent toujours (39 % du CA global des substituts végétaux), produits traiteur, surgelés salés et aides culinaires gagnent du terrain.

L’étude souligne que, comme pour le segment bio, le prix consommateur est un des leviers pour élargir la clientèle. Il faut certes répercuter effectivement les coûts liés à la production, mais ne pas espérer gagner trop d’argent sur l’image du végétal. Les consommateurs ne suivront pas.

* Traiteur végétal, ultrafrais végétal, boissons végétales ambiantes, aides culinaires végétales, crèmes dessert végétales, surgelés salés « végétal », en GMS (drive et hard discount compris).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes