Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Hervé Pillaud, ancien agriculteur, membre du Conseil national du numérique
[Salon de l'agriculture] Enjeux et défis de la mise en place d'une blockchain agricole

Auteur de deux livres remarqués (Agronumericus et Agroéconomicus), Hervé Pillaud considère que la filière agricole doit se positionner rapidement sur l’échange des données.

Hervé Pillaud, ancien agriculteur, membre du Conseil national du numérique : « Je pense qu’il existe une plage où il est possible de développer une blockchain qui puisse répondre véritablement aux besoins de chaque maillon de la filière agricole jusqu’au consommateur ». © Ludylab/Eddie Rivière
Hervé Pillaud, ancien agriculteur, membre du Conseil national du numérique : « Je pense qu’il existe une plage où il est possible de développer une blockchain qui puisse répondre véritablement aux besoins de chaque maillon de la filière agricole jusqu’au consommateur ».
© Ludylab/Eddie Rivière

FLD : Pourquoi prônez-vous l’avènement rapide d’une blockchain agricole ?

Hervé Pillaud : Le numérique est partout et l’agriculture n’y échappe pas. Qui plus est, nous sommes dans une époque de transparence totale, surtout dans le domaine alimentaire, où le doute provoque une réaction forte du consommateur avec les conséquences que cela entraîne sur le plan commercial.

La blockchain, en tant que base de données sécurisée, distribuée et partagée par ses différents utilisateurs sans intermédiaires (ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne) est une réponse à cette situation. Mais, il ne faudrait pas voir en elle la panacée. Comme toute technologie, il y a des côtés positifs et négatifs. Ainsi, elle est très gourmande en énergie. Dans le contexte actuel, il faut y penser.

FLD : Comment pourrait-elle s’articuler ?

H. P. : Il existe plusieurs blockchains : un modèle très distribué (celui des cryptomonnaies) et un beaucoup plus centralisé. Mais entre ces deux extrêmes, je pense qu’il existe une plage où il est possible de développer une blockchain qui puisse répondre véritablement aux besoins de chaque maillon de la filière agricole jusqu’au consommateur. À ce stade, on en vient rapidement à cette habitude française d’avoir toujours une « tête de réseau », que cela soit l’organisation de producteurs, la coopérative ou très souvent le distributeur. Ici, ce ne serait plus le cas.

Voir aussi :
[Vidéo] Du lait tracé grâce à la blockchain Connecting Food

FLD : Justement quel serait le rôle d’une organisation de producteurs ou d’une coopérative dans la blockchain ?

H. P. : La blockchain, c’est, d’une part, l’authentification des données et, d’autre part, la contractualisation des échanges. L’automatisation du contrat fait qu’une partie des missions de l’organisation de producteurs, celle relevant de la garantie, n’aurait plus lieu d’être. On gagnerait du temps et de la productivité dans le domaine des procédures. Tout serait sur la blockchain.En revanche, le rôle de l’organisation de producteurs resterait entier pour ce qui relève de la négociation du contrat. En ce qui concerne la coopération, je citerais le très bon exemple de Terrena et de sa plate-forme collaborative de traçabilité développée avec GS1 France.

« L’interprofession doit lancer le processus car elle regroupe l’amont et l’aval »

FLD : Comment la filière fruits et légumes pourrait-elle s’engager ?

H. P. : À mes yeux, l’interprofession doit lancer le processus. Elle regroupe les parties prenantes de l’amont à l’aval. Il y a des arguments pour agir. Si le Maroc, ou l’Espagne, met en place le système avant la France, cela compliquera la fonction d’importation.

Les fruits et légumes subissent, comme d’autres, les aléas climatiques : la blockchain peut être très utile dans le domaine assuranciel en libérant les données. Le déclenchement automatique de la procédure permettrait une plus grande rapidité dans le traitement et le remboursement.

Si la filière connaît la crise économique, la blockchain, supprimant le temps passé à gérer la complexité administrative, permet de se focaliser sur l’opérationnel tout en réduisant les coûts. Sa mise en place pourrait cependant impacter l’emploi. Il faudra donc beaucoup de pédagogie en amont. Sinon, on risque un blocage total.

« La blockchain, c’est, d’une part, l’authentification des données et, d’autre part, la contractualisation des échanges  ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

[Coronavirus Covid-19] L'alimentaire et l'agriculture s'adaptent
Le point, en bref, sur les moyens mobilisés et l'adaptation des filières alimentaires face à la crise sanitaire du Coronavirus.
primeur
[Coronavirus Covid-19] Pas de problème d’approvisionnement pour les professionnels des fruits et légumes, mais des inquiétudes
La filière fruits et légumes française fait face à la crise sanitaire liée au Coronavirus Covid-19 tout en étant inquiète pour…
[Coronavirus Covid-19] Les producteurs de légumes face au manque de travailleurs saisonniers étrangers
Qu’ils soient polonais, roumains, espagnols, portugais, les travailleurs saisonniers étrangers ont des difficultés à rejoindre…
[Coronavirus Covid-19] Les fruits et légumes, en crise, restent mobilisés
Semaine 2 : le point, en bref, sur les moyens mobilisés et l'adaptation des filières alimentaires face à la crise sanitaire du…
Samira Lemaire Primeur Uzès
[Coronavirus Covid-19] Samira Lemaire, détaillante en fruits et légumes à Uzès : « Pour éviter les contacts, j’ai ouvert un drive ! »
En cette période, particulièrement compliquée, le drive improvisé de Sam’s Primeur à Uzès dans le Gard témoigne d’un bel exemple…
[Coronavirus Covid-19] Les ventes en ligne de Prince de Bretagne en forte hausse
Même si elles restent modestes, les ventes de légumes de la Sica Saint-Pol-de-Léon sur Amazon ont fortement augmenté depuis l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes