Aller au contenu principal

En 2024, Savéol prévoit une hausse de ses volumes en tomates et en fraises

Après une année 2023 marquée la baisse des volumes, mais une légère progression de son chiffre d’affaires, la coopérative bretonne Savéol prévoit en 2024 une hausse de ses volumes en tomates et en fraises. Elle poursuit ses investissements pour réduire son impact sur l’environnement. 

En 2024, Savéol lance une barquette et un plateau 1 kg associant du carton et un film en cellulose, qui améliore la visibilité du produit par rapport à la baquette 100 % carton.
© Véronique Bargain

En 2023, les 124 maraîchers de la coopérative Savéol, qui exploitent 292 hectares de serres, ont produit 70 000 tonnes de tomates et 2800 tonnes de fraises, pour 234 millions d’euros de chiffre d’affaires. « Le chiffre d’affaires a progressé de 2 % grâce à l’augmentation des prix, sans compenser la hausse des coûts de production, précise Pierre-Yves Jestin, président de Savéol. Et l’année a été dense, avec l’entrée en fonctionnement d’un ERP, l’impact des virus et bactéries et de la tempête Ciaran et de nouveaux investissements pour la loi Agec ».

Lire aussi : Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

En tomates, les volumes ont diminué du fait du manque de lumière au printemps et de problèmes sanitaires, notamment le ToBRFV, qui a touché quatre exploitations. Mais la tempête Ciaran n’a pas retardé les plantations, les serres ayant été réparées rapidement.

En 2024, l’objectif est de commercialiser 75 000 tonnes de tomates, avec toujours 80 % de petits fruits. « Malgré une légère baisse de rendement, liée au manque de lumière, le début de saison s’est bien passé, indique Pierre-Yves Jestin. Après le salon de l’Agriculture, les distributeurs ont fait des efforts pour mettre en avant l’origine France. Il est actuellement plus compliqué, avec plus d’importation ».

En fraises, le chiffre d’affaires a progressé de 3 % en gariguette, mais a baissé en mariguette. Les surfaces continuent d’augmenter, avec 37 producteurs exploitant 54 hectares de serres et 15 000 m² supplémentaires en 2024. L’objectif en 2024 est de commercialiser 3000 tonnes de fraises. « Les rendements sont pour l’instant en léger recul, mais le marché se porte bien. La fraise française répond aux attentes des consommateurs qui veulent se faire plaisir », poursuit le président de Savéol.

 

500 000 € pour des emballages compatibles loi Agec 

Un nouvel investissement de 500 000 € a été réalisé en 2023-2024 pour répondre à la loi Agec. En 2024, tous les emballages, hors fraise et salicorne, sont sans plastique. Après le 100 % carton, Savéol lance une barquette et un plateau 1 kg associant du carton et un film en cellulose, qui améliore la visibilité du produit par rapport à la baquette 100 % carton.

 

Objectif : 100 % d’énergies renouvelables en 2050

1,4 M€ ont aussi été investis pour rénover l’atelier fraise et dans un système de froid qui préserve la qualité. La coopérative continue aussi à réduire les pesticides, avec 90 % de tomates cultivées sans pesticides et les premiers essais en serre de lutte contre les pucerons du fraisier grâce à des parasitoïdes produits par Savéol Nature.

La coopérative poursuit aussi sa transition énergétique, avec trois projets de biomasse sur 40 hectares, deux de solaire thermique sur 5,5 hectares, deux de géothermie sur 8 hectares et 5 de photovoltaïque. L’objectif est d’atteindre 40 % d’énergies renouvelables en 2030 et 100 % en 2050.

 

« Toutes les serres bio ne pourront passer aux énergies renouvelables au 1er janvier 2025 »

Le bio reste par contre compliqué. En 2023, seuls 50 % des 2 000 tonnes produites en bio, ont été commercialisées en bio. « Nous avons gagné le combat sur la vente en bio avant le 1er mai de tomates issues de serres chauffées, note Pierre-Yves Jestin. Mais il reste celui de la décarbonation. Toutes les serres bio ne pourront passer aux énergies renouvelables au 1er janvier 2025. Et plus globalement, il faut une simplification administrative pour pouvoir continuer à installer, investir et innover ». 

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes