Aller au contenu principal

Vrac
[Coronavirus Covid-19] « Pas de retour du plastique après la crise sanitaire »

Pour la PME Un Air d’Ici, connue pour sa marque de fruits secs en vrac bio Juste Bio, vrac et hygiène ne sont pas incompatibles, au contraire. Et les consommateurs ont montré leur attachement au vrac et à la lutte anti-plastique. Une volonté à prendre en compte pour l’après-crise.

La PME vauclusienne Un Air d'Ici plaide pour le côté sécurité hygiénique de ses meubles vrac.
© Un Air d'Ici

La crise du Covid-19 a des répercussions auxquelles on ne s’attendait pas : le retour en force du plastique, notamment dans la grande distribution. Gants fournis à l’entrée des magasins, suremballages, flacons de gels hydroalcooliques, mais aussi le retour en force des produits pré-emballés. Alors faut-il craindre la fin des efforts réalisés en faveur de l’écologie et du développement durable ?

Dans son argumentaire paru le 24 avril, la PME vauclusienne Un Air d’Ici, spécialisée dans les fruits secs et céréales en vrac pour la GMS, explique que non. « Cette crise sans précédent n’a pas entrainé de crise de conscience : les citoyens restent toujours très sensibles à l’impact environnemental », estime son PDG Franck Bonfils, soulignant trois tendances de fond plaidant pour un recul durable du plastique après la crise.

 

Trois tendances anti-plastique

  1. Un engagement de l’Etat

Premièrement, en France, l’Etat a pris des engagements forts pour limiter l’usage du plastique avec sa loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. Celle-ci programme l’interdiction progressive de tous les objets plastiques jetables d’ici 2040.

  1. Le vrac, plébiscité par les consommateurs

Deuxièmement, depuis les accords de Grenelle, les consommateurs sont toujours plus nombreux à se déclarer prêts à modifier leurs comportements d’achat afin d’en limiter les conséquences sur la planète. Notamment en préférant les emballages réutilisables, composables ou recyclables et en ayant recours aux achats en vrac. Le marché du vrac est d’ailleurs en plein essor, dépassant en 2019 le milliard d’euros en France, soit une hausse de plus de 40 % sur un an. Selon Nielsen, 40 % des Français déclarent acheter en vrac, en hausse de trois points sur un an. « Les industriels, de plus en plus conscients de ces enjeux, investissent beaucoup pour accélérer la recherche de solutions éco-friendly », insiste Franck Bonfils.

  1. Les meubles vrac, « plus hygiénique » que le rayon fruits & légumes

Enfin, le vrac n’est pas incompatible avec l’hygiène. « Il ne faut pas confondre le vrac épicerie, des produits distribués dans des meubles spécifiques, et le rayon fruits et légumes avec produits proposés sur un étal en libre-service, explique Franck Bonfils. Contrairement aux idées reçues, choisir des produits emballés ne garantit pas de se protéger davantage des risques de contamination, puisque de nombreux consommateurs peuvent les manipuler pour en sélectionner un au fond du linéaire par exemple. Alors que dans nos meubles vrac, le produit est conditionné dans des trémies hermétiques, et que le consommateur ne touche jamais le produit.  Seule notre force de vente remplit ces trémies. »

 

Innovation et communication, le programme post-crise pour les acteurs du vrac

Alors, quels défis post-crise pour le vrac ? « Pour les industriels, il s’agit de continuer à travailler sur des emballages recyclables et compostables mais aussi de soutenir les points de vente : innover sur le matériel, améliorer l’organisation et la rigueur dans la gestion du rayon. Et pour rassurer les consommateurs, il faudra prendre la parole et communiquer régulièrement », conclut Franck Bonfils.

 

Lire aussi : [Coronavirus Covid-19] « Le Covid-19 et le confinement vont redonner de l’intérêt aux fruits secs emballés »

[Coronavirus Covid-19] Fruits secs en GMS : l’équation compliquée du vrac

 

Les plus lus

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

« Il n’y aura pas de dérogation pour ces molécules », a confirmé la ministre déléguée, malgré l'insistance des professionnels.
Endive : « il n’y aura pas de dérogation » pour les trois molécules qui vont être retirées, prévient la ministre Agnès Pannier-Runacher

Les producteurs d’endives restent sans solution, ni espoir de dérogation, pour désherber et lutter contre les pucerons, suite…

Pomme : la nouvelle variété Soluna, petite sœur de Pink Lady, et sa robe bordeaux à la conquête du marché français ?

Soluna est une nouvelle variété de pomme sous marque par TopStar. Les Australiens ont réalisé une première saison commerciale…

Plusieurs références de fraises françaises en rayon en juin 2024
Retard des fraises françaises : les producteurs lancent un « appel urgent » à la GMS et aux consommateurs

Face à un pic de production de fraises françaises attendu en juin, l’AOPn Fraises Framboises de France lance un appel à la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes