Aller au contenu principal

« La filière des légumes industrie est concentrée pour assurer la continuité alimentaire »

Questions à Anne-Sophie Kouassi, chef du service technique d’Unilet, l'interprofession des légumes de conserve et surgelés.

Anne-Sophie Kouassi, chef du service technique d’Unilet © Unilet
Anne-Sophie Kouassi, chef du service technique d’Unilet
© Unilet

Quel est le bilan de l’année 2020 pour les légumes destinés à la transformation et leur filière après cette année particulière marquée par la Covid ?

En 2020, les consommateurs ont plébiscité les légumes en conserve et surgelés, reconnaissant leurs qualités en matière de traçabilité, praticité, équilibre nutritionnel et sécurité alimentaire. Les achats ont particulièrement bondi durant le premier confinement (+31 % pour les surgelés et +28 % pour les conserves) au-delà de la progression des produits de grande consommation (+15 %). Après le déconfinement, les consommateurs ont confirmé leur engouement. Ainsi, sur les neuf premiers mois de 2020, les achats en magasin ont ainsi enregistré des hausses records  : +8,5 % pour les surgelés et +7,7 % pour les conserves par rapport à la même période en 2019. Et avec les nouvelles restrictions de cet automne, les ventes ont de nouveau progressé. Pour répondre à ces pics d’achats, toute la filière est mobilisée et fait preuve d’une grande adaptation malgré les contraintes et les surcoûts liés à la crise. Les entreprises de transformation se sont en particulier donné les moyens de réassigner rapidement leurs offres dédiées à la restauration aux circuits de distribution à domicile. Les agriculteurs ont œuvré tout l’été malgré une météo exceptionnellement défavorable pour l’ensemble des productions légumières afin que les consommateurs puissent disposer de leurs légumes préférés dans les mois à venir. La filière constate à regret aujourd’hui que malgré ses efforts et l’agilité dont elle a fait preuve, et malgré le plébiscite des consommateurs, la juste valorisation des produits n’est pas au rendez-vous.

Comment l’année écoulée impacte déjà la campagne à venir ?

La filière est concentrée aujourd’hui pour poursuivre ses engagements sociétaux et assurer la continuité alimentaire. Elle représente un tiers des surfaces de légumes cultivés en France, 4 500 producteurs et 23 sites de production de légumes en conserve et surgelés, soit 10 000 emplois directs. La culture des légumes s’effectue de mai à octobre, en plein champ. Les relations contractuelles qui lient 100 % des producteurs aux entreprises de conserves et surgelés permettent d’organiser l’évolution de la production en équilibre avec les besoins des marchés. Le développement de la consommation en 2020, ainsi que les mauvaises récoltes nécessitent d’envisager un développement des surfaces mises en cultures en 2021.

Unilet organise prochainement une convention. Quels sont les enjeux techniques de votre filière ?

Pour fournir des légumes de qualité, économiques et faciles à préparer, la filière travaille sans relâche à garantir des cultures saines et propres, où la récolte mécanique n’entraîne ni organes défectueux, ni corps étrangers, ni morceaux de plantes toxiques… Elle s’est également engagée à répondre à l’évolution des demandes sociétales : développement du bio, réduction de l’usage des produits phytosanitaires et développement de gammes de légumes « zéro résidu », gestion durable des sols et de l’eau… La transition agroécologique mais aussi l’adaptation aux changements climatiques constituent ainsi de nouveaux champs d’investigation pour proposer des pratiques et des itinéraires qui maintiennent l’intérêt économique de ces cultures. Notre convention en janvier s’inscrit dans la volonté de l’interprofession de nourrir les échanges techniques entre tous les maillons de la filière, et de restituer aux producteurs et techniciens en région le fruit des travaux qu’ils financent par leurs cotisations et qui permettront d’accompagner ces changements.

 

Inscriptions de la convention technique d'Unilet

A lire aussi : L'Unilet observe l'innovation variétale des légumes industrie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

kiwi francisation
Une condamnation exemplaire pour la « francisation » de kiwis
Le tribunal correctionnel de Montauban a lourdement condamné une tentative de « francisation » de kiwis, à la hauteur du…
Comment (ré)apprendre à bien manger ? Les multiples leviers de l’éducation alimentaire
Alors que le monde a subi de plein fouet la crise de la Covid et que la prise de conscience environnementale est désormais…
Dégâts de gel : la filière abricot très affectée, la pêche s'en sort mieux
L'AOP Pêches et Abricots de France dresse un premier bilan très provisoire des épisodes de gel sur les deux filières, en fonction…
Une filière de fleurs comestibles en construction
Devant le succès actuel des fleurs comestibles en gastronomie, un projet franco-italien vise à organiser une filière.
A la station CTIFL de Balandran, les bidons noirs de 20 litres ont été disposés sur trois hauteurs sous les gouttières. © CTIFL
La serre bioclimatique, une opportunité pour les producteurs sous abri ?
La serre bioclimatique pourrait être une opportunité d’amélioration pour les abris froids ou peu chauffés. De plus en plus de…
Prévisions de récolte : une très faible production européenne d'abricot en 2021
Les prévisions de récolte européenne d'abricot sont particulièrement basses cette année. Si les chiffres sont encore incertains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes