Aller au contenu principal

CAP Primeur : un premier livre scolaire sur les fruits et légumes

Après avoir mis en place le CAP Primeur, Saveurs Commerce continue sur sa lancée en proposant le premier support de cours destinée à la vente spécifique des fruits et légumes.

Le lancement du livre "Primeur Réussir son CAP" a été l'occasion de réunir professionnels, apprentis, formateurs... à la Maison des Fruits et Légumes.
© Claire Tillier

Cinq ans après le CAP Primeur, formation et diplôme créés en 2018, les apprentis ont désormais leur support de cours. Il s’agit en outre du premier livre scolaire sur les fruits et légumes. Un grand pas rendu possible par le syndicat des primeurs, Saveurs Commerce, déjà à l’initiative du CAP destiné à former des professionnels à la vente spécifique des fruits et légumes, une nécessité soutenue par toute une filière.

Lire aussi : "Pourquoi j'ai choisi le CAP Primeur", témoignages d'apprentis et de professionnels 

« Depuis la création du CAP Primeurs, il n’existait pas de de support de cours », rappelle Marie Daniel, chargée de communication de Saveurs Commerce. Le syndicat s’est donc attelé à cette tâche de longue haleine. Saveurs Commerce a fait appel à un de ses Meilleurs Ouvriers de France pour concevoir les contenus de l’ouvrage, Frédéric Jaunault. Le choix de la maison d’édition s’est porté sur Délicéo, un éditeur spécialisé dans l’alimentaire avec plusieurs ouvrages de professionnels de bouche à son actif. Frédéric Jaunault avait d’ailleurs déjà travaillé avec lui.

« Le livre a été très difficile à réaliser parce qu’il y a beaucoup de réglementation dans le métier de primeurs », témoigne Madjid Lakhdari, l’éditeur.

Lire aussi : Comment le Cifca entend séduire de nouveaux apprentis primeurs ?

 

« Primeurs indépendants, formez des jeunes ! »

L’ouvrage a été officiellement lancé devant un parterre de professionnels (primeurs, GMS, formateurs…) et d’apprentis. L’occasion pour Sandrine Choux, la directrice de Saveurs Commerce, d’interpeller les primeurs indépendants « qui devraient se bouger les fesses pour former des jeunes ». C’est en effet, la GMS qui emploie la majorité des apprentis primeurs en CAP, ce qui en soi est plutôt rassurant pour la vente de fruits et légumes dans ce circuit de distribution, mais dommage pour les primeurs. Créé à la base spécialement pour eux, ces derniers recrutent malheureusement souvent des Bac Pro ou des BTS plus polyvalents. L’un n’empêche pas l’autre : certains commencent par le CAP Primeur spécifiquement adapté au métier et poursuivent par un Bac Pro et un BTS plus généraliste ensuite. Et une fois diplômé, c’est souvent le CAP Primeur qui prime dans le CV, ce que confirme Cristin Ambros, meilleur apprenti primeur de France, issu de la toute première promotion du CAP Primeur et actuellement en BTS Management commercial opérationnel : « Le CAP Primeur est très valorisant. Il est beaucoup plus recherché que le BTS »

 

Une appli avec des vidéos en support 

Epoque oblige, l’ouvrage s’accompagne d’une application digitale. L’apprenti y trouvera des vidéos pour mieux appréhender certains gestes professionnels mais aussi visualiser les bonnes pratiques en termes de théâtralisation et valorisation des fruits et légumes. L’alternant peut aussi s’y entraîner à passer des examens blancs et autres QCM, qui sont notés dans l’application, tests auxquels le formateur a accès.  

Ces supports de cours étaient attendus par les apprentis. Beaucoup nous ont confirmé que ça serait vraiment un plus, « surtout avec l’application ». « Le livre peut susciter aussi des vocations », ajoute Audrey Laury, primeur professionnelle employant une apprentie.

 

Les plus lus

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Face à la sécheresse, comment l'agriculture des Pyrénées-Orientales envisage sa gestion de l'eau ?

Face au manque d’eau, à l’amenuisement des réserves et à la sécheresse prolongée, les Pyrénées-Orientales se concertent pour…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes